Richard Gasquet
Richard Gasquet | EMMANUEL DUNAND / AFP

US Open 2013 : Nadal mate Gasquet

Publié le , modifié le

Richard Gasquet (N.8) s’est incliné en trois manches (6-4, 7-6(1), 6-2) face à Rafael Nadal (N.2) en demi-finale à Flushing Meadows. Le Français ne rejoint donc pas Cédric Pioline, seul Frenchie à avoir atteint la finale à New York. L’Espagnol disputera lundi contre Djokovic sa troisième finale à l’US Open (un succès en 2010), la 18e de sa carrière en Grand Chelem.

Malgré une belle résistance, surtout dans les deux premières manches, Richard Gasquet n’est pas parvenu à se défaire de sa bête noire ibérique (11e défaite en 11 matches) mais il s’est bien battu, concédant quelques points décisifs notamment en fin de deuxième acte. Nadal a remporté contre le Biterrois sa 18e demi-finale dans un tournoi Majeur (sur 21 tentatives). Il n’a pas évolué dans les mêmes sphères que lors de sa démonstration devant Robredo au tour précédent (la faute au vent, probablement), mais il a très bien su négocier les points importants du match, se montrant excellent au jeu décisif du deuxième acte et montant en puissance au fil du match.

Nadal solide

Rafael Nadal démarrait pied au plancher. Mené 40-15, il s’emparait d’emblée du service de Richard Gasquet sur un revers dans le filet du Français. L’Espagnol effectuait la course en tête même si le Français ne lâchait rien. Par moments, il régalait même le public de coups splendides notamment en revers (comme en témoigne ce point exceptionnel dans le jeu pour égaliser à 5-5). Mais le Majorquin concluait (6-4) en moins de trois-quarts d’heure après un bon enchainement service extérieur-coup droit. Il avait été juste un peu au dessus de son rival (13 points gagnants à 9, 1/1 contre 0/1 sur les balles de break).

Dès l’entame du second acte, Nadal breakait Gasquet pour assommer la rencontre, un peu comme pour dire : « n’insiste pas Richard ».  Le Biterrois ne se démoralisait pas et il parvenait à recoller en prenant l’initiative sur quelques échanges. Il venait surtout de réaliser un véritable exploit en ravissant l’engagement de l’Ibère (Nadal n’avait plus perdu son service depuis sa demi-finale au Masters 1000 de Cincinnati).

Gasquet résiste puis flanche

Pour la première fois, il menait au score (3-2). A 4-3, il se procurait même deux balles de break. Nadal annihilait la première sur un ace et la seconde grâce à un service au corps. Les deux hommes arrivaient finalement au jeu décisif. Dans celui-ci, Nadal haussait son niveau de jeu d’un cran et profitait de deux vilaines double-fautes de son rival pour s’imposer sans coup férir (7-1 après 1h43).

Le coup était rude pour Gasquet qui repartait pourtant à l’abordage. Le Français obtenait de nouveau une balle de break mais Nadal serrait le jeu pour mener 1-0 et faire la course en tête (3-0). Le Taureau de Manacor lâchait ses coups et trouvait enfin des angles dignes de son talent notamment en revers. Il jouait vraiment au dessus de ce qu’il avait pu produire en début match. Ajoutez à cela la baisse de régime physique de Gasquet et le score enflait rapidement. Inéluctablement.

Nadal concluait finalement la manche (6-2) et le match en trois petits sets et moins de deux heures et demie de jeu. Invaincu sur dur cette saison (trois tournois gagnés à Indian Wells, Montréal et Cincinnati), il partira favori de la finale de lundi face à son grand rival, Novak Djokovic (N.1) contre qui il a gagné ici (en 2010) puis perdu la finale (en 2011):. "C'est formidable de revenir ici jouer encore une finale", a-t-il dit. De son côté, Gasquet peut être fier de son parcours. Ses succès en cinq manches contre Raonic et Ferrer vont le booster pour une fin de saison attendue où le Français tentera d'obtenir son ticket pour le Masters, six ans après.