Serena Williams US Open 2014
L'Américaine Serena Williams a remporté son 18e Grand Chelem à New York | AFp - KENA BETANCUR

Serena Williams, la force Majeurs

Publié le , modifié le

Victorieuse de la Danoise Caroline Wozniacki (N.10) en deux sets secs (6-3, 6-3), Serena Williams a remporté son 6e US Open et son 18e titre du Grand Chelem, score de Chris Evert et de Martina Navratilova égalé. Il s’agit également du 63e tournoi enlevé par l’Américaine qui n’a jamais tremblé au cours d’un match parfaitement maîtrisé.

Incapable de dépasser le quatrième tour en Grand Chelem cette saison avant son arrivée à New York (8e de finale en Australie, 2e tour à Roland-Garros puis 3e tour à Wimbledon), Serena Williams s’est rachetée en inscrivant son nom sur le trophée de l’US Open pour la sixième fois -comme Evert- en huit finales !

Graf et Court dans le viseur

La cadette des sœurs Williams s’est adjugée son 18e sacre dans les tournois qui comptent, les fameux Majeurs, ceux qui forgent la légende des stars du circuit. Grâce à ce nouveau triomphe dans son antre de Flushing Meadows, le troisième consécutif, la native de Saginaw revient à hauteur de deux légendes des années 70-80, Chrissie et Martina. Elle n’est plus qu’à quatre grands titres de Steffi Graf, recordwoman de l’ère Open (22 sacres) et à six de l’Australienne Margaret Court, légende des sixties (24).

Au cours de cet US Open, Serena Williams n’a lâché aucun set et n’a jamais laissé plus de trois jeux par manche à ses adversaires, Townsend, King, Lepchenko, Kanepi, Pennetta (N.11) et Makarova (N.17) avant Wozniacki. Elle n’a perdu que 32 jeux en sept rencontres et 14 sets disputés ! La finale n’a pas failli à la règle malgré la bravoure de l’opposante.

Wozniacki trop faible au service

Caroline Wozniacki se procurait la première balle de break d’entrée à 30-40, mais Serena Williams l’annihilait d’un ace imparable. Dans la foulée, l’Américaine remportait les deux échanges suivants grâce à des attaques de revers imparables (1-0). Dans le jeu suivant, la Danoise servait très moyennement. La numéro 1 mondiale en profitait pour se créer deux balles de break grâce à des retours fulgurants. Elle s’emparait du service adverse pour se détacher (2-0).

Wozniacki refusait d’abdiquer. Plus à l’aise sur ses jeux de retour, la blonde Nordique réussissait à breaker sa rivale pour recoller à 1-2. Mais elle servait trop mal pour lutter à armes égales. Quasiment incapable de gagner des points après sa deuxième balle de service, la Danoise concédait de nouveau sa mise en jeu. Avant de reprendre la mise en jeu adverse en profitant d’une double faute grossière de Serena, puis de reperdre le sien en suivant (4-2). Sur six jeux, cinq venaient d’être perdus par la serveuse. Williams mettait fin à cet échange d’amabilités pour gagner son engagement et mener 5-2 après 30 minutes. Quelques instants plus tard, elle obtenait une balle de premier set, mais Wozniacki s’en sortait pour revenir à 5-3. Peine perdue puisque Serena concluait la manche d’une superbe attaque de revers après un échange accroché (6-3).

Williams déroule

Le plus dur était fait pour Serena Williams qui breakait d’emblée dans le second acte. Malgré ses qualités de battante, et même avec le soutien d’un public qui espérait un match plus long, Caroline Wozniacki ne faisait que résister par à coups à la tornade Williams, extraordinaire côté coup droit (2-0).

Contrairement au premier acte, les deux joueuses conservaient ensuite leurs mises en jeu jusqu’à 5-3, Williams. L’Américaine portait alors le coup de grâce à sa rivale pour conclure son récital avec notamment un point magistral qui faisait se lever la foule à 15 A. Deux points plus tard, la messe était dite. La meilleure avait gagné. Elle pouvait bien alors s’écrouler sur le decoturf de Flushing, sous les ovations d’un public conquis.

Grégory Jouin @GregoryJouin