Navratilova, la boulimique

Navratilova, la boulimique

Publié le , modifié le

Durant cet US Open -quatrième levée du Grand Chelem, nous vous présentons une galerie de stars qui ont marqué leur époque depuis 1978, première année où le tournoi s'est disputé sur le decoturf de Flushing Meadows. Aujourd'hui, flashback sur la carrière américaine de Martina Navratilova, l'une des plus grandes joueuses de l'Histoire, quatre fois victorieuse à New York.

Quatre fois vainqueur à l’US Open, la Tchécoslovaque Martina Navratilova a régné à New York comme sur tous les terrains du monde même si cela lui a pris du temps pour s’imposer aux Etats-Unis. Dix ans après sa première participation à Flushing Meadows, elle décrochait enfin le titre suprême en 1983. Trois autres suivront (1984, 1986, 1987). Sa rivalité avec Chris Evert fut légendaire, comme sa lutte héroïque contre la jeune génération emmenée par Steffi Graf puis Monica Seles. La boulimie de victoires de celle qui fut naturalisée américaine en 1981 s’est également traduite en double (9 succès !) et en mixte (3 titres). Durant cette période du milieu des années 80, l’ogresse n’aura laissé que des miettes à la concurrence…

Sa plus belle victoire : contre Steffi Graf, finale 1987 : 7-6, 6-1

Le chant du cygne. Après s’être inclinée face à une jeune Allemande de 17 ans nommée Steffi Graf en finale de Roland Garros, Martina Navratilova a pris sa revanche contre l’étoile montante du tennis mondial à Wimbledon. Comme par enchantement, les deux joueuses se retrouvent en finale de l’US Open pour une belle explosive. Entre la reine vieillissante qui s’accroche à son pouvoir et la nouvelle terreur des circuits, certains voient déjà une passation de pouvoir. Mais Navratilova va faire respecter le droit d’aînesse. A 31 ans, la gauchère prouve que son tennis d’attaque parvient encore à résister au jeu plus « moderne » et plus puissant de Graf. Après une bataille accrochée lors de la première manche, où les volées basses de la native de Prague rivalisent avec les fabuleux coups droits de l’Allemande, Navratilova parvient, à l’expérience, à empocher le premier set au tie-break. Galvanisée, elle marche sur l’eau lors de la deuxième manche et s’impose pour la 4e et dernière fois à l’US Open. En dépit de ce succès, la joueuse aux 167 titres en simples cèdera à son adversaire battue sa place de numéro un mondiale à la fin de la saison. Elle ne la retrouvera jamais plus.

Ses autres matchs de référence :

Sa victoire contre Chris Evert en finale de l’édition 1983 : 6-1, 6-3

1983, la référence absolue pour Martina Navratilova. Cette année-là, la Tchécoslovaco-Américaine remporte 86 matchs pour une seule défaite (en huitième de finale de Roland Garros face à la surprenante Kathy Horvath) ! Même son éternelle rivale Chris Evert ne peut rien face à la soif de succès de Martina, décidée à régner sans partage. Au sommet de son art, Navratilova, qui à cette époque révolutionne les méthodes d’entraînement et qui est l’une des premières joueuses à utiliser des raquettes en graphite, domine comme rarement Evert, balayée en deux manches sèches (6-1, 6-3) devant un public médusé. Dans la foulée, Elle s’imposera également en Australie à la fin de la saison et à Garros en 1984 signant un Grand Chelem sur deux saisons.

Sa défaite contre Monica Seles en finale de l’édition 1991 : 7-6, 6-1

En 1991 Martina Navratilova n’est plus la reine du tennis mondiale. A 35 ans, ses plus belles années sont derrière elle mais la « vieille lionne » peut encore donner de sérieux coups de griffe. La preuve, elle a gagné son 9e titre à Wimbledon l’année précédente. A Flushing, la quadruple vainqueur de l’épreuve parvient encore à surprendre et, après une mémorable demi-finale face à Graf, alors numéro un mondiale, remportée après une lutte farouche (7-6, 6-7, 6-4), elle s’apprête à affronter celle qui succèdera à l’Allemande sur le trône du tennis féminin, la redoutable Monica Seles. A bout de forces après son parcours homérique, Navratilova ne peut malheureusement que constater l’inéluctable domination de la jeunesse de Seles qui s’impose 7-6, 6-1.

Palmarès à Flushing Meadows : 4 victoires, 4 finales, 4 demi-finales

1973 premier tour contre V. Burton
1974 3e tour contre J. Heldman
1975 demi-finale contre C. Evert
1976 premier tour contre J. Newberry
1977 demi-finale contre W. Turnbull
1978 demi-finale contre P. Shriver
1979 demi-finale contre T. Austin
1980 huitième de finale contre H. Mandlikova
1981 finale contre T. Austin
1982 quart de finale contre P. Shriver
1983 victoire contre C. Evert
1984 victoire contre C. Evert
1985 finale contre H. Mandlikova
1986 victoire contre H. Sukova
1987 victoire contre S. Graff
1988 quart de finale contre Z. Garrisson
1989 finale contre S. Graff
1990 huitième de finale contre M. Maleeva
1991 finale contre M. Seles
1992 2e tour contre M. Maleeva
1993 huitième de finale contre H. Sukova

Julien Lamotte