Rafael Nadal
Rafael Nadal en pleurs après sa victoire à l'US Open | GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Nadal ému, Djokovic beau joueur

Publié le , modifié le

Revenu à son meilleur niveau après ses problèmes au genou, Rafael Nadal nage dans le bonheur. Vainqueur de l'US Open en battant en finale Novak Djokovic 6-2, 3-6, 6-4, 6-1, l'Espagnol veut savourer son triomphe. Le Serbe s'avoue lui vaincu par un très grand Nadal mais il regrette ses fautes directes dans les moments clés.

"Pour plusieurs raisons, cette saison est probablement la plus émouvante de ma carrière." Rafael Nadal sait d'où il vient et tous les efforts qui ont été nécessaires pour relancer sa carrière. "J'ai fait tout ce qu'il fallait pour avoir mes chances ici. Quand vous défiez le numéro un mondial sur sa meilleure surface, vous devez être presque parfait. Je suis content d'avoir ce trophée à côté de moi mais ce qui me rend le plus heureux, c'est ce que j'ai fait pour l'obtenir, a-t-il confié. Beaucoup de gens ont été à mes côtés, dans les moments difficiles. A de nombreuses reprises, j'ai pu continuer à travailler grâce à eux. Quand vous allez à la salle de gym et que vous ne voyez pas beaucoup d'amélioration (NDLR : à propos de son genou), vous perdez un peu votre énergie. La présence de ces gens a été décisive."

Un 3e set clé

Invaincu sur dur cette saison, Nadal a avoué qu'il stressait un peu avant le match contre Djokovic. "En vérité, je ne sais pas comment j'ai fait pour le battre... (rires).  Pour être honnête, quand nous étions aux vestiaires avant le match, je me suis  surpris à penser qu'il était peut-être trop fort, que je n'arriverais pas à  gagner. Mais une fois sur le court, dans le feu de l'action, c'était une autre  histoire. Mais de la finale, Nadal retient surtout le 3e set décisif. Mal en point à ce moment de la partie, le Majorquin a su résister avant de saisir la minuscule occasion laissée par Djokovic pour reprendre dessus. "A la fin du deuxième et au début du troisième, Novak jouait incroyablement, raconte-t-il. Quand il joue ainsi, je ne suis pas sûr que quelqu'un puisse le stopper. C'était un moment crucial. Je savais qu'avec un seul break, c'était encore possible. En plus, il y a eu ce jeu à 0-40 (NDLR : à 4-4). J'ai servi un ace et un coup droit long de ligne incroyable." Côté Serbe, cette 3e manche est aussi la clé du match. "C'est décevant de perdre ce troisième set alors que je dictais le jeu et que  je dominais le match depuis le milieu du deuxième set, explique le N.1 mondial . C'est de ma faute, j'ai  fait des fautes directes dans les moments cruciaux et Rafa s'est mis à bien  joué. Tout d'un coup, il mène deux sets à un. Je n'ai pas pu m'en remettre.  J'étais censé concrétiser mes occasions, je ne l'ai pas fait. De toute  évidence, dans les moments importants, Rafa a pratiqué du meilleur tennis et il  mérite sa victoire."

Nadal veut savourer

Rafael Nadal se retrouve à la tête de treize tournois du Grand Chelem mais se refuse à lorgner vers le record de Roger Federer. "Laissez-moi savourer ce triomphe, a-t-il souri. Déjà, c'est plus que je ne pouvais rêver. Comme je le dis toujours, je vais continuer à travailler dur, à me donner des  chances de gagner des tournois comme celui-là. Pas plus qu'on ne sait quand on  va commencer (à gagner un tournoi du Grand Chelem), on ne sait quand ça va  s'arrêter. Mais treize, c'est un chiffre incroyable." L'objectif le plus réalisable dans l'immédiat, c'est de retrouver la première place mondiale. Djokovic s'y attend. Il est même résigné. "Rafa a gagné tellement de  tournois, il a beaucoup plus de chances que moi de finir N.1 mondial à la fin  de la saison." Quant au Masters, Nadal y songe mais lance une polémique sur la surface. "Je n'ai pas de chance que tous les Masters de fin d'année soient  disputés sur dur en salle. Ce n'est pas juste. Les huit meilleurs joueurs du  monde se qualifient pour le Masters sur toutes les surfaces, en salle et en  plein air, mais à la fin la finale se joue toujours sur dur en salle. Pourquoi ne pas jouer tous les ans sur une surface différente ?" Un Masters sur terre battue a pourtant peu de chance d'aboutir...