Huis clos, vols affrétés pour les joueurs, les scénarios envisagés par la fédération américaine de tennis pour l'organisation de l'US Open

Publié le , modifié le

Auteur·e : Apolline Merle
US Open

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Si Roland Garros a été reporté en septembre et Wimbledon annulé, l'US Open est toujours maintenu aux dates initiales, du 31 août au 13 septembre 2020. Mais pour cela, des mesures sanitaires et une organisation spécifique doivent être mises en place. La fédération américaine de tennis planche sur plusieurs scénarios.

Vols affrétés pour les joueurs, nombre limité d'accompagnateurs, tests covid-19 à effectuer avant le déplacement, logements centralisés, vérifications de la température, pas de spectateurs, moins d'officiels sur le terrain, pas d'accès aux vestiaires les jours d'entraînement... Voici une liste, publiée samedi par The Associated Press, des scénarios envisagés pour la prochaine édition de l'US Open, toujours maintenue aux dates initiales, du 31 août au 13 septembre 2020. 

"L'idée d'un lieu alternatif, d'une date alternative... nous avons la responsabilité de l'explorer, mais elle n'a pas beaucoup d'élan"

Mais pour l'heure, rien n'est encore tranché. "Tout cela est encore fluide. Nous n'avons pris aucune décision", a déclaré Stacey Allaster, directrice générale de la Fédération américaine (USTA) à AP. Celle-ci souhaite d'ailleurs que l'US Open se déroule dans son enceinte habituelle. "Nous continuons à être, je dirais, à 150% concentrés sur la mise en place d'un environnement sûr pour la tenue d'un Open des Etats-Unis au Centre national de tennis Billie Jean King à New York aux dates initiales", a-t-elle indiqué. "L'idée d'un lieu alternatif, d'une date alternative... Nous avons la responsabilité de l'explorer, mais elle n'a pas beaucoup d'élan." Des précisions devraient être données et affinées entre "mi-juin et fin juin", a précisé à l'AP Stacey Allaster.

"Tout le monde serait d'accord sur les principes fondamentaux, j'en suis sûre : protéger la santé des participants, respecter les lois locales et minimiser le risque de transmission du virus", a déclaré, toujours à AP, Stuart Miller, qui supervise la politique de retour au tennis de l'ITF. "Mais il faut ensuite entrer dans les détails précis". Ces détails précis voulus par l'USTA sont par exemple l'ajout de vestiaires, y compris dans les cours intérieures qui abritaient des centaines de lits d'hôpitaux temporaires au plus fort de l'épidémie de coronavirus à New York, ou encore l'amélioration de la filtration de l'air.

à voir aussi La fédération US de tennis veut maintenir l'US Open à New York La fédération US de tennis veut maintenir l'US Open à New York

Le huis clos de plus en plus envisagé

Les gouverneurs de tout le pays, comme le New-Yorkais Andrew Cuomo, qui sont ouverts à l'idée d'autoriser la reprise du sport professionnel, affirment que cela devrait se faire sans public. "Nous consacrons beaucoup de temps et d'énergie à tous les modèles, y compris à l'absence de fans sur place", a déclaré Stacey Allaster. "Le gouvernement va nous aider et nous guider". Lew Sherr, le directeur des recettes de l'USTA, a déclaré qu'il est "de moins en moins probable" que des spectateurs soient présents à l'US Open cette année. Cela signifie, selon lui, "renoncer aux recettes des billets, renoncer aux recettes de l'accueil, renoncer à une partie des recettes de sponsoring". Mais les droits de télévision et les droits numériques, ainsi que le reste des revenus de sponsoring, sont "suffisamment importants pour qu'il vaille la peine d'aller de l'avant avec un US Open sans supporter sur place", a-t-il déclaré.

L'USTA a présenté son plan opérationnel à un groupe médical consultatif vendredi. A présent, il va être discuté avec des représentants de la ville, de l'état et du gouvernement fédéral. "L'objectif fondamental ici est d'atténuer les risques", a affirmé Stacey Allaster.