Richard Gasquet et Rafael Nadal
Richard Gasquet et rafael Nadal, lors de leur premier affrontement à l'US Open en 2009 | AFP - GETTY IMAGES

Gasquet-Nadal, l'Histoire sans fin

Publié le , modifié le

Depuis les catégories de jeunes, Richard Gasquet et Rafael Nadal, nés à quinze jours d'écart, se suivent. Mais hormis lors du Tournoi des Petits As, en 1999, et dans le Challenger de Saint-Jean-de-Luz (sur abandon), en 2003, le Français n'est jamais sorti vainqueur du terrain contre l'Espagnol, qui l'a battu à dix reprises sur le circuit principal. Ce soir, vers 21h, à l'US Open, le Biterrois s'attaque donc à une montagne pour se qualifier pour la première fois de sa carrière en finale d'un Grand Chelem.

Ils ont 27 ans, et se croisent sur les terrains depuis qu'ils ont 13 ans. A l'époque, en cette année 1999, Richard Gasquet l'avait emporté en quarts de finale des Petits As de Tarbes, le plus grand tournoi de jeunes de la planète. "J'avais perdu 6-4 dans le 3e set, en quart de finale, c'était mon premier tournoi international. Richard jouait super bien", se souvient Nadal. "J'ai déjà vu des extraits sur YouTube, comme ça je peux voir que je l'ai déjà battu, je n'y crois pas parfois", s'amuse Gasquet. "Il se battait déjà beaucoup, je me souviens d'avoir dit à mon père que ce Nadal était un guerrier, raconte Gasquet . Mais personne n'imaginait qu'il allait gagner huit fois Roland-Garros, se remémore Gasquet . Je n'avais pas tant que ça entendu parler de lui avant ce match. Depuis, c'est clair que j'en ai entendu parler... Il est devenu le meilleur joueur de tous les temps avec Federer. Il a tout pour dépasser le nombre de titres du Grand Chelem de Roger. C'est bien de gagner dans un tournoi de moins de 14 ans, mais c'est mieux de gagner chez les pros. La vie est longue, on n'a que 27 ans alors pourquoi pas ?", espère le Biterrois.

Une deuxième demi-finale en carrière

Pour sa deuxième apparition dans le dernier carré d'une épreuve majeure (21e pour Nadal), six ans après celle de Wimbledon en 2007, le Français va devoir soulever une montagne. Le N.2 mondial est absolument insatiable cette saison sur surface dure (20 matches gagnés avec 3 titres Masters 1000 au passage) et n'a jamais perdu contre son ami Richard en dix affrontements chez les pros. Et cette année l'octuple vainqueur de Roland-Garros est sur un nuage à New York où il n'a toujours pas perdu son service après cinq matches.

"En ce moment, Nadal est en train de disputer un autre tournoi", résume d'ailleurs le co-entraîneur de Gasquet , l'Italien Riccardo Piatti. "Je l'ai vu s'entraîner plusieurs fois et je peux vous dire qu'il est à un autre niveau." "Pour le battre, il ne faudra pas que je sois bon, il faudra que je sois monstrueux", tranche le joueur Français."Tout le monde est intimidé à l'idée de jouer Nadal avec la confiance qu'il a en ce moment. Il y a toujours un peu de craintes avant de l'affronter mais il y a aussi beaucoup d'envie et de plaisir à l'idée de faire ce match. C'est un vrai bonheur pour moi de jouer une demi-finale de ce tournoi contre lui", ajoute Gasquet , à la fois intimidé et excité. "On connaît tous la tactique à mettre en place contre lui mais personne n'arrive à le faire. A moi d'aller sur le court en étant persuadé que je peux gagner ce match, je sais ce que je dois faire pour l'embêter même si je n'ai jamais gagné contre lui", poursuit le Français, qui, pour récupérer de deux combats en cinq sets épuisants tant physiquement que mentalement face à Milos Raonic et David Ferrer, a pu bénéficier de deux jours entiers de repos.

Battre Nadal, mission impossible ?

Comme à son habitude, Nadal joue la prudence malgré son statut d'hyper favori. "Si je ne fais pas un super match contre Richard, je regarderai la finale à la télévision, assure le Majorquin. Il a enregistré une belle victoire contre un joueur qui ne lui réussissait pas (en quart de finale contre Ferrer, ndlr), ça va lui donner beaucoup de confiance." Autour du N.2 Français, on croit en tout cas l'exploit possible. "Beaucoup considèrent que c'est quasiment mission impossible de battre Nadal en ce moment, mais Richard nous a montré des choses magnifiques. Avec sa percussion et son jeu il peut déranger n'importe qui. Pourquoi pas Nadal ?", souligne Arnaud Clément, capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis.

L'unique autre Français à avoir disputé une demi-finale à Flushing Meadows a un seul conseil à donner à Gasquet : à l'attaque ! "Il ne faudra pas que Richard soit attentiste, qu'il laisse trop jouer Nadal car sinon il va commencer à visiter le court et il va s'épuiser. Il va devoir avancer, avancer, pour bousculer un Nadal très en forme", juge ainsi Cédric Pioline (finaliste en 1993 et demi-finaliste en 1999). Cela tombe bien, le Biterrois a battu David Ferrer en quarts de finale en laissant de côté son attentisme passé. Mais Nadal, c'est Ferrer puissance 10, et pour éviter de revivre une 11e fois la même scène en fin de match, "Ritchie" va devoir réaliser l'exploit de sa carrière.