Fin de l'aventure en double pour Caroline Garcia et Kristina Mladenovic
Fin de l'aventure en double pour Caroline Garcia et Kristina Mladenovic | MINAS PANAGIOTAKIS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Flushing Meadows : Garcia/Mladenovic, trajectoires distinctes

Publié le , modifié le

Les deux anciennes amies ne vivent pas une saison identique. Caroline Garcia, qui a renoncé à la Fed Cup cette saison, a trouvé une certaine régularité et des résultats encourageants ces derniers temps tandis que Kristina Mladenovic, pilier de l’équipe de France dans l’épreuve, connait un été difficile après cinq premiers mois très bons. L’Us Open confirmera-t-il cette tendance ?

Les deux meilleures chances françaises à Flushing Meadows appartiennent au top 20 de la WTA mais elles suivent depuis quelques semaines des trajectoires diamétralement opposées.

Mladenovic stagne après l'embellie 

Kiki Mladenovic a attaqué l’année tambour battant, s’adjugeant la Hopman Cup avec Richard Gasquet avant de remporter à Saint-Péterbourg (indoor) le deuxième tournoi de sa carrière, en battant au passage Venus Williams et Roberta Vinci. Puis elle s’offre deux nouvelles finales, d’abord à Acapulco sur dur extérieur puis sur la terre battue de Stuttgart où elle sort des joueuses bien classées qu’elle n’avait jamais dominées (Mirjana Lucic, Angélique Kerber alors numéro 2 mondiale, Carla Suarez Navarro et Maria Sharapova de retour sur le circuit) avant de s’incliner devant Laura Siegemund (7-6 au 3e set).

La Nordiste brille également à Indian Wells en atteignant sa première demi-finale dans un tournoi de cette catégorie en éliminant notamment Simona Halep (N.4 mondial) et Caroline Wozniacki avant de tomber contre Elena Vesnina. Mais c’est à Roland-Garros qu’elle régale ses supporters avec un beau parcours : en huitièmes de finale, elle vient à bout de la tenante du titre et favorite Garbine Muguruza (6-1, 3-6, 6-3) dans une ambiance de corrida. Elle subit alors le contrecoup de cet exploit face à la coriace Timea Bacsinszky en quarts, mais s’offre son meilleur classement à ce jour (13e).

Depuis ce printemps radieux, c’est moins bien avec notamment un échec prématuré à Wimbledon (2e tour contre Alison Riske) et des éliminations prématurées (2e tour à Washington, 1er tour à Cincinnati, 2e tour à New Haven). Comme s’il fallait digérer ce premier semestre qui l’a propulsé leader du tennis français et potentielle top 10 WTA.

Garcia: "chi va piano va sano" 

Caroline Garcia est, elle, allée crescendo cette année. Après un troisième tour en Australie où elle a annoncé sa décision de ne plus représenter la France en Fed Cup, la Lyonnaise est arrivée en huitièmes de finale à Indian Wells en mars (défaite contre Svetlana Kuznetsova).

C’est sur la terre battue qu’elle va véritablement enclencher la marche forcée. Demi-finaliste à Strasbourg, elle réussit à enfin bien jouer à Roland-Garros où elle livre un combat superbe à la Taïwanaise Hsieh Su-Wei (6-4, 4-6, 9-7) au troisième tour avant de dézinguer Alizé Cornet au tour suivant (6-2, 6-4). Elle ne s’incline qu’au stade des quarts de finale face à Karolina Pliskova (3e WTA) malgré une belle réplique (7-6, 6-4).

Garcia confirme ensuite ses promesses sur gazon en atteignant les demies à Majorque puis les huitièmes à Wimbledon où elle tombe face à la locale Johanna Konta malgré une belle résistance (7-6, 4-6, 6-4). Des succès qui lui valent d’intégrer le top 20 fin juillet (19e, son classement actuel) alors qu’elle n’a disputé aucune finale en 2017.

Kiki à la relance, Garcia pour confirmer

Les deux anciennes partenaires de double gravitent donc dans les mêmes eaux et elles n’ont pas fini leur progression vu leur potentiel physique et tennistique. Relativement jeunes (24 ans pour Kiki, 23 pour Caro), elles représentent le présent et l’avenir à moyen terme du tennis tricolore surtout qu’Alizé Cornet et Océane Dodin –certes plus jeune- naviguent aux alentours de la 50e place mondiale.

L’US Open survient à point nommé pour vraiment jauger la saison de ces demoiselles. Soit il est réussi et 2018 sera gage de promesses –y compris peut-être pour l’équipe de Fed Cup car Yannick Noah espère toujours convaincre Garcia de revenir-, soit il est raté et cette année restera belle sans plus. Profitez du temps présent et croquer Big Apple à pleines dents, voilà ce que Kiki Mladenovic et Caro Garcia ont en tête à l’heure d’aborder l’ultime Grand Chelem de la saison.

Grégory Jouin @GregoryJouin

US Open