Roger Federer
Roger Federer | MATTHEW STOCKMAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Federer: "L'important, c'est la passion"

Publié le , modifié le

Roger Federer aborde l'US Open, tournoi dont il avait fait sa chasse gardée entre 2004 et 2008, en tant que 7e mondial, son pire classement depuis près de onze ans, mais il écarte les critiques, l'essentiel étant que "la passion soit toujours là". Le Suisse de 32 ans, qui n'a gagné qu'un tournoi cette saison (Halle/gazon), n'a remporté qu'un seul des 14 derniers tournois du Grand Chelem.

Les gens ne sont pas habitués à vous voir 7e mondial après tant d'années  de domination. Est-ce le cycle normal des choses?
RF: "Je ne pense pas que tomber de la 4e à la 7e place soit une grande chute  mais les gens vont dire ce qu'ils veulent. L'important, c'est que je reste  concentré sur mon jeu et que la passion soit là, que je sente que je peux  encore gagner un tournoi. Le classement en lui-même, c'est secondaire. J'y ai  fait attention toute ma vie mais plus on vieillit et moins on y prête  attention. Mais cela dit, c'est clair que je veux remonter. Je n'ai qu'un quart  de finale à défendre ici, j'espère donc pouvoir gagner des points."
   
Justement, en quart de finale, vous pourriez croiser Rafael Nadal. Qu'en  pensez-vous ?
"C'est excitant, d'autant que nous n'avons jamais joué l'un contre  l'autre ici. J'espère vraiment que je vais atteindre ce niveau. Je suis ici  pour gagner le tournoi mais je fais comme tout le monde et je prends chaque  match l'un après l'autre. Le premier a lieu lundi (contre le Slovène Grega  Zemlja). Je suis impressionné par le niveau de jeu de +Rafa+ sur dur, même sur  les courts rapides (comme à Montréal et Cincinnati, où Nadal s'est imposé en  août). Il a montré qu'il fallait compter sur lui sur cette surface rapide. Il y  avait beaucoup d'interrogations après son retour de blessure sur son  calendrier, mais il joue tous les tournois et il fait une saison incroyable."
   
Votre dos vous pose-t-il toujours des problèmes ?
"Je n'y pense plus. Il y a des moments où je jouais en pensant à mon dos  dans un coin de ma tête et ça me jouait des tours au niveau de la confiance en  mes déplacements et mon jeu, je n'étais pas capable d'être réellement concentré  sur l'approche point par point qu'il faut avoir sur le court de tennis. J'ai  retrouvé cette mentalité et c'est pour ça que mon dos ne m'inquiète pas, ce  n'est pas un problème majeur. Il faut que je m'assure que je n'ai plus de  problèmes à ce niveau-là en faisant les bonnes choses au bon moment. C'est un  équilibre à trouver et je crois que j'y arrive petit à petit."

AFP