Novak Djokovic
Novak Djokovic | EMMANUEL DUNAND / AFP

Djokovic survit à Wawrinka

Publié le , modifié le

Novak Djokovic (N.1) est venu à bout de Stanislas Wawrinka (N.9) en cinq manches décousues (2-6, 7-6(4), 3-6, 6-3, 6-4) pour se qualifier pour la finale de Flushing Meadows, sa quatrième consécutive à New York. Le Serbe affrontera le vainqueur du match entre Rafael Nadal (N.2) et Richard Gasquet (N.8). Il visera un second sacre à l’US Open (après 2011), un 7e en Grand Chelem. Il est sûr de conserver après l'US Open sa place de N.1 mondial, qu'il occupe depuis 97 semaines.

Huit mois après leur intense combat de Melbourne (un 8e de finale gagné 12-10 au cinquième set par Novak Djokovic), Nole et Stan se sont livrés une autre grande bataille ce samedi en demi-finales de Flushing. Force est finalement restée au mieux classé des deux, comme d'habitude serait-on tenté de dire (le Suisse ne l'a plus battu depuis 2006). Les quatre heures de plus passées sur le court par Stanislas Wawrinka depuis le début du tournoi (et notamment ses succès convaincants contre Tomas Berdych (N.5) puis Andy Murray (N.3)) ont pesé en fin de rencontre, alors que Djokovic semblait plus frais. 

Wawrinka prend les devants

Stan Wawrinka a nettement dominé la première manche. Malgré un jeu blanc concédé dès l’entame, le Suisse réalisait le premier break du match à sa deuxième occasion, sur un coup droit –dévié par la bande du filet- hors limite de Djokovic. Wawrinka sauvait ensuite deux balles de break grâce à un gros service puis un coup droit énorme avant de profiter des fautes du Serbe pour se détacher à 4-1. Il perdait sa mise en jeu mais reprenait dans la foulée le service adverse pour conclure (6-2) le premier acte en 34 minutes. Sans avoir volé quoi que ce soit.

Le deuxième set était plus serré. Djokovic commençait par un jeu blanc, mais il gâchait trois balles de break à 2-1 (gros service de Wawrinka, attaque de coup droit du Vaudois, coup droit trop long) avant de concéder son engagement au jeu suivant à la troisième balle de break contre lui. Il récoltait même un avertissement de l’arbitre de chaise pour coaching, ce qui avait le don de l’agacer. Et de le réveiller de sa torpeur. Il parvenait à recoller au score et même à mener 5-4. Wawrinka égalisait à 5-5 puis à 6-6 grâce à une première balle très utile aux moments clefs. Mais le numéro 1 mondial ne commettait quasiment plus de fautes directes et il se détachait irrésistiblement dans le jeu décisif en retrouvant notamment son coup droit. Il concluait (7-4) après 1h43 pour relancer totalement la partie.

Djokovic monte en puissance

Dès le premier jeu de la troisième manche, Wawrinka était contraint de sauver une balle de break. Mis sous pression par le lauréat de l’Open d’Australie, le numéro 2 helvète s’en sortait finalement en s’appuyant sur une bonne mise en jeu. Mais Djokovic ne lui donnait presque plus aucun point, contrairement à la première heure. Le natif de Lausanne tenait toutefois son service, effectuant ainsi la course en tête (3-2 puis 4-3). Il choisissait ce moment pour prendre des risques et ravissait l’engagement adverse sur un jeu blanc conclu par une faute de coup droit de Djokovic (5-3). Il concrétisait dans la foulée en remportant notamment un point de folie (35 échanges) avant un service gagnant imparable (6-3). On jouait depuis 2h22.

L’effort important produit par Wawrinka en fin de troisième set lui valait une grosse décompression à l’entame du suivant. Il concédait donc son service d’entrée pour se retrouver mené 2-0. Au jeu suivant, il fracassait sa raquette, énervé par ses erreurs à répétition. L’arbitre, qui l’avait déjà averti, lui infligeait logiquement un point de pénalité. Djokovic restait lui serein pour effectuer la course en tête (3-1 puis 4-1).  Plus entreprenant, collé à sa ligne de fond comme à ses plus beaux jours, le Belgradois s’enhardissait enfin. Pendant ce temps, Wawrinka sortait quelques minutes du court pour se faire soigner par le kiné, sans qu’on sache exactement ce qui gênait le Suisse qui avait du mal à pousser sur ses jambes au service. Djokovic recollait à deux sets partout (6-3) après 3h02.

Wawrinka usé

Les deux joueurs allaient se départager sur un dernier acte de tous les dangers pour le leader du tennis masculin (en cas de défaite, le Serbe pouvait perdre sa place de N.1 ATP si Nadal gagnait le tournoi). Affaibli, Wawrinka était contraint de sauver cinq balles de break à 1-1. Il réussissait à survivre après un service gagnant ponctuant un jeu long de 22 minutes (2-1). Sur son engagement suivant, le Suisse craquait finalement. La 8e balle de break de Nole (sur les deux derniers jeux) avait été la bonne. Dès lors, le Slave déroulait pour terminer le travail et s’imposer après plus de quatre heures de jeu (2-6, 7-6(4), 3-6, 6-3, 6-4).

Djokovic: "Il était plus agressif que moi au début"

Novak Djokovic, qui est décidément impérial sur la durée (18 succès pour seulement 6 échecs en carrière en cinq sets), devra quand même évoluer à un meilleur niveau s'il veut triompher lundi en finale, car s'il a fini très fort, le Serbe n'a pas fait preuve d'une grande consistance ce samedi sur le Arthur-Ashe Stadium. Surtout s'il doit défier un Rafael Nadal en pleine forme cette saison et invaincu sur dur...

"C'est pour ces grands matches qu'on s'entraîne et qu'on vit", a confié Djokovic à l'issue de la rencontre. "Stan jouait de façon plus agressive que moi au début. J'ai essayé de m'ajuster; de trouver mon rythme malgré le vent. Je suis content d'avoir retrouver mon niveau sur la fin. Je vais maintenant essayer de récupérer, prendre des pop-corns et regarder la télévision". "Je dois tirer le positif de cette défaite, c'était quand même ma  première demi-finale en Grand chelem et j'ai fait un bon tournoi après des  matches éprouvants comme contre Baghdatis et Berdych", a de son côté dit Wawrinka. "Ce n'est pas comme en  Australie, où je devais jouer mon meilleur tennis pour pouvoir rester avec lui  dans le match. Là, j'ai senti que quand je jouais à mon meilleur niveau,  j'étais au-dessus de lui. Mais Novak n'est pas N.1 mondial pour rien, il sait  trouver les solutions pour gagner ces matches quand même".