Novak Djokovic Roger Federer
Novak Djokovic, tombeur de Roger Federer | AFP

Djokovic recadre Federer pour un 10e sacre

Publié le , modifié le

Le N.1 mondial Novak Djokovic, implacable, a mis fin dimanche au rêve américain de Roger Federer et s'est offert à New York son troisième titre du Grand Chelem de l'année, le dixième de sa carrière. La pluie, un public hostile et un Federer étincelant depuis qu'il avait posé pied aux Etats-Unis: rien ni personne n'ont réussi à troubler Djokovic.

A 28 ans, le Serbe a démontré une solidité mentale à toute épreuve: c'est  dans sa tête, plus encore que par son tennis, que "Djoko" a remporté cette  finale 2015 intense, indécise pendant deux heures et frôlant parfois  l'extraordinaire. Avant de s'imposer sur un dernier revers trop long de Federer sur le score  de 6-4, 5-7, 6-4, 6-4, Djokovic, comme son adversaire du reste, a dû composer  d'abord avec les caprices de la météo. Des averses ont retardé de quart d'heure en quart d'heure le début de la  finale qui devait initialement débuter à 16h00 locales et le coup d'envoi du  choc entre les deux meilleurs joueurs de la planète a finalement eu lieu trois  heures plus tard que prévu. Il a fallu ensuite à Djokovic conserver tout son calme quand il a senti  très vite que les 26.000 spectateurs du Arthur Ashe Stadium étaient, à quelques  exceptions près, venus pour assister au sacre de Federer, "chouchou" de New  York où il a fait la loi sans interruption de 2004 à 2008.

Hostilité du public

Le soutien à Federer a frisé parfois l'hostilité, notamment lorsque le N.1  mondial manquait ses premiers services. Mais son mental a aussi été dopé très rapidement: alors qu'il n'avait perdu  son service qu'à deux reprises en six matches depuis le début du tournoi,  Federer a perdu deux de ses quatre premiers jeu de service. La première manche a bousculé en 41 minutes en faveur du Serbe qui a été le  premier à lui prendre un set. Depuis le début de sa tournée nord-américaine  mi-août à Cincinnati, tournoi qu'il avait remporté en battant... Djokovic en  finale, "Fed" avait gagné 28 sets sans un perdre un seul. Dans le 2e set, "Nole" a dû toutefois faire à un sursaut de Federer qui est  monté davantage au filet et qui l'a mis à plusieurs reprises sur pression en  tentant notamment son nouveau retour de service dit "furtif".

Résultat, après un neuvième jeu de quinze minutes et d'anthologie, Federer  a empoché la deuxième manche et égalisé à un set partout. Le Suisse, en quête de son premier titre du Grand Chelem depuis juillet  2012, semblait même prendre l'ascendant, moralement et physiquement: à 4-3, il  s'est offert deux balles de break sur le service de Djokovic, au bord de la  rupture, mais a laissé passer sa chance.

Quatre balles de break sur 23

Dans le jeu suivant, Djokovic, pourtant mené 40-15, a fait le break pour  mener 5-4. Federer ne s'en remettra pas: il s'est bien offert deux nouvelles balles de  break dans le dixième jeu, mais Djokovic n'a pas tremblé. Dans le quatrième set, Djokovic s'est rapidement échappé pour mener 3-1,  puis 5-2, mais il a connu un petit moment de flottement. A 5-4, Federer a tenté le tout pour le tout et s'est offert deux nouvelles  balles de break avec une volée gagnante et un revers imparable, mais comme un  résumé de cette rencontre, il a laissé passer sa chance et permis à Djokovic  d'empocher son septième titre de l'année, en onze finales disputées.

"Je suis très déçu, je me suis créé des chances, je n'aurais jamais dû me  retrouver à mener deux sets à un, mais Novak a vraiment fait ce qu'il fallait",  a reconnu Federer qui n'a concrétisé que quatre de ses 23 balles de break. "Je réalise une bonne année, mon niveau de jeu est constant, Cincinnati est  un bon souvenir avec des victoires coup sur coup sur le N.2 et le N.1 mondial  (Murray et Djokovic, NDLR), ce qui ne m'était jamais arrivé", a-t-il souligné.A 34 ans, Federer ne désespère pas: "J'avais les clefs en mains", a-t-il  conclu.

AFP