Jo Wilfried Tsonga
Jo Wilfried Tsonga | AFP

Djokovic, Federer, Tsonga, Williams, Bouchard, les défis à suivre à Flushing Meadows

Publié le , modifié le

La 4e et dernière levée des tournois du Grand Chelem pourrait se révéler déterminante pour l'avenir de certaines joueurs. Chez les hommes, en l'absence du tenant du titre Rafael Nadal, Novak Djokovic, Roger Federer, Andy Murray nourrissent des ambitions à New York. Chez les femmes, Serena Williams, Maria Sharapova, Eugénie Bouchard et se trouvent face à de beaux défis. Côté français, les deux N.1, Jo-Wilfried Tsonga et Alizé Cornet sont également attendus. Tour d'horizon de huit destins à façonner.

Novak Djokovic

Redevenu N.1 mondial grâce à sa victoire prestigieuse et au forceps en finale à Wimbledon contre Roger Federer, Novak Djokovic semblait avoir parfaitement digéré son nouvel échec à Roland-Garros. Mais le mois de juillet est passé, avec un agenda "privé" bien rempli: un mariage, l'annonce d'une future paternité... Et le mois d'août l'a fait redescendre de son nuage: éliminations en 8e de finale à Toronto et Cincinnati, respectivement contre Tsonga et Robredo. Ces deux échecs ont fait apparaître quelques fêlures dans la belle machine serbe. Présent en finale lors des quatre dernières éditions de l'US Open (pour une victoire en 2011) et cinq fois en carrière, le N.1 mondial veut retrouver la sérénité sur le terrain par la victoire.

Roger Federer

Roger Federer a connu un été diamétralement opposé à celui de Djokovic. Sa défaite en finale contre le Serbe sur le gazon londonien ne l'a pas empêché de conquérir son 22e Masters 1000 en carrière, à Cincinnati, mettant fini à deux années de disette dans cette catégorie de tournois. Egalement finaliste à Toronto, le Suisse a retrouvé des couleurs, une qualité de jeu et un statut. De quoi le mener à à un sixième sacre à l'US Open, un 18e tournoi du Grand Chelem ? De 2004 à 2008, Roger Federer a été le maître de Flushing Meadows. Mais depuis son échec en finale en 2009 contre Juan Martin Del Potro, il n'a plus joué le dernier jour de la quinzaine à New York. Depuis sa victoire à Wimbledon en 2012, il n'avait plus atteint la moindre finale en Grand Chelem jusqu'à cette nouvelle édition londonienne. A 33 ans, il refait partie des prétendants à la victoire finale.

Roger Federer vainqueur du Masters 1000 de Cincinnati
Roger Federer vainqueur du Masters 1000 de Cincinnati

Andy Murray

Avec Rafael Nadal, Andy Murray a empêché Novak Djokovic de s'imposer en finale ces deux dernières années. C'était en 2012, quelques semaines après son échec en finale de Wimbledon contre Federer mais juste après sa victoire sur ces mêmes courts contre ce même joueur lors du tournoi olympique. L'Ecossais avait trouvé la voie des Majeurs. Mais la fin de saison 2013 l'a envoyée sur le billard pour une opération du dos. Depuis, il court après sa forme, ses sensations, ayant tout de même atteint les quarts de finale en Australie et Wimbledon et les demi-finales à Roland-Garros. Désormais coaché par Amélie Mauresmo, il revient sur les lieux de son premier succès dans un tournoi du Grand Chelem. Il jure n'avoir jamais été aussi en forme.

Jo-Wilfried Tsonga

C'est une victoire qui compte. A Toronto, Jo-Wilfried Tsonga a décroché son deuxième Masters 1000 en carrière. Il l'a fait avec la manière, en sortant coup sur coup Djokovic, Murray, Dimitrov et Federer. Malgré son élimination d'entrée à Cincinnati la semaine suivante, il a remis les voyants au vert. Et cela faisait longtemps qu'ils ne l'étaient plus. Entouré par Thierry Ascione et Nicolas Escudé depuis la fin de saison dernière, il ne s'était mis qu'une finale sous les dents (Marseille) en 2014, ne parvenant pas au moindre quart de finale dans les trois premiers tournois du Grand Chelem. Vainqueur chez les juniors ici, il n'a jamais dépassé le stade des quarts chez les seniors. En confiance, avec un physique au top, à quelques jours d'une demi-finale de Coupe Davis à Roland-Garros, contre la République tchèque, qui lui tient à coeur, Jo-Wilfried Tsonga va-t-il poursuivre son retour vers les sommets ?

Serena Williams

Elle est la N.1 mondiale incontestée. Mais Serena Williams, qui n'a plus gagné en Grand Chelem depuis l'US Open 2013, joue gros. Battue au 2e tour à Roland-Garros, au 3e à Wimbledon, elle avait quitté Londres sur un abandon en double. Mais la tournée américaine l'a rassurée: victoire à Stanford et Cincinnati, demi-finale à Montreal, la revoilà sûre d'elle-même. Il le faudra car elle a l'occasion de décrocher un 18e titre en Grand Chelem, un sixième Flushing Meadows (soit un de plus qu'en Australie et Wimbledon) ce qui lui permettrait d'égaler Chris Evert. Et au-delà de tout ça, sa place de N.1 mondiale est en jeu. Si la double tenante du titre est éliminée avant les quarts de finale, Simona Halep et Petra Kvitova peuvent la détrôner si l'une d'elle remporte le titre.

L'Américaine Serena Williams
L'Américaine Serena Williams

Maria Sharapova

La Russe fait partie de ce clan fermé des joueuses victorieuses de tous les tournois du Grand Chelem. Mais l'US Open ne s'est offert à elle qu'une seule fois, en 2006. Et elle n'a jamais plus atteint la finale depuis. Mais cette année pourrait être différente. Victorieuse à Roland-Garros, Maria Sharapova se trouve sans pression, du fait de son absence du circuit l'an dernier après le tournoi de Cincinnati. Actuellement 6e mondiale, elle peut donc faire le plein de points et repointer le bout de son nez dans la bagarre pour la place de N.1 mondiale. Cela passe par une belle quinzaine new-yorkaise.

Eugénie Bouchard

Elle est la grande révélation de l'année 2014. Présente dans le dernier carré des trois premiers tournois du Grand Chelem, Eugénie Bouchard est devenue membre du Top 10. Son ascension et sa progression se font à vitesse grand V, et nul doute qu'elle a beaucoup appris de sa défaite en finale à Wimbledon contre Petra Kvitova. Sur le continent qui l'a vu naître, la Canadienne rêve certainement de franchir une nouvelle marche. Mais sa tournée américaine a été très décevante, avec une seule victoire en trois tournois. A 20 ans, dans un tableau où elle pourrait croiser Kvitova ou Azarenka avant les demi-finales, la 8e mondiale est très attendue.

Alizé Cornet

Depuis la retraite de Marion Bartoli, Alizé Cornet est le fer de lance du tennis féminin français. A Wimbledon, pour la première fois de sa carrière, elle a atteint les 8e de finale dans un tournoi du Grand Chelem. De plus en plus combative sur le terrain, aux portes d'un retour dans le Top 20, la Française aimerait confirmer la tendance et cette constance en Grand Chelem. Elle débute la quinzaine avec un duel franco-français face à Amandine Hesse.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze