Djokovic Federer
Djokovic-Federer, une rivalité qui n'est pas près de s'arrêter. | TOBY MELVILLE / POOL / AFP

Djokovic-Federer, spectacle garanti

Publié le , modifié le

C'est la finale qu'attendaient tous les passionnés. Celle qui permet aux américains d’oublier l’élimination prématurée de Serena Williams en demi-finale. Djokovic-Federer, une affiche qu’on a déjà vue quatre fois en finale cette saison, mais qui fait toujours autant saliver. La rencontre s’annonce d’ores et déjà grandiose. Explications.

Parce qu’ils sont tous les deux très en forme​

En demi-finale, aucun des deux n’a traîné en route sur le Flushing Meadows. 6-0, 6-1, 6-2 pour «  Djoko », 6-4, 6-3, 6-1 pour Federer. Le premier a étrillé Cilic le vainqueur sortant du tournoi, quand le second n’a pas eu de mal à se défaire de son compatriote Wawrinka, vainqueur de Roland-Garros cette saison. 1h25 sur le court pour le Serbe, à peine plus pour le Suisse (1h33). Les deux premiers du classement ATP n'ont pas tremblé, et leur niveau de jeu est tout aussi séduisant. Novak Djokovic jouera dimanche sa sixième finale de l’US Open, où il a accusé quatre défaites (2007, 2010, 2012 et 2013). Mais le champion serbe est dans une forme exceptionnelle, qui fait que cette finale au Flushing Meadows sera sa onzième sur les onze derniers tournois auxquels il a participé.

Une statistique folle, qui aurait de quoi effrayer n’importe quel adversaire. Sauf quand celui-ci s’appelle Roger Federer. Le Suisse n'a pas perdu une seule manche dans le tournoi américain et participera à sa septième finale de l’US Open, lui qui n’a plus remporté le titre depuis 2009. Il est d’ailleurs satisfait de son niveau actuel de jeu : « Je produis peut-être même mon meilleur tennis », a-t-il avancé en conférence de presse.

Parce que chacun à sa manière, peut entrer un peu plus dans l’histoire​

«Je suis venu ici avec une mission, à savoir atteindre la finale et me battre pour le trophée ». Novak Djokovic est clair, il souhaite à tout prix remporter ce titre qui ne lui a souri qu’une seule fois, en 2011. Le Serbe a déjà étoffé sa riche histoire en se qualifiant pour la finale. C’est en effet sa 18e en Grand Chelem, dépassant ainsi Rod Laver et égalant Pete Sampras. S’il parvient à en remporter un dixième, il deviendrait le septième joueur de l’histoire à ce niveau, à seulement un titre de Björn Borg et Rod Laver. S’il l’emporte dimanche, il battrait également le record de points au classement ATP : 16 145. Le précédent record était détenu par… Federer (15 745).

Roger Federer n’a pas remporté de Grand Chelem depuis Wimbledon 2012. Trois ans, une éternité pour un champion de ce calibre. S’il remporte son sixième US Open, le Suisse accroît un peu plus son avance au classement des vainqueurs de Grand Chelem, avec 18 titres. Une page de plus dans la légende.

Parce que leurs rencontres sont toujours spectaculaires

« Nous sortons l'artillerie lourde et y allons à fond, et c'est ce que j'aime à propos de notre rivalité ». Roger Federer, en quelques mots, parvient à décrire cette rivalité qui vivra dimanche sa 42e confrontation. Du spectacle, un niveau de jeu qui frôle souvent l’excellence (si ce n’est plus), et une vraie bataille sur le court : les rencontres entre ces deux joueurs sont à chaque fois un événement. Cette saison, Djokovic et son dauphin au classement ATP se sont affrontés cinq fois. Si le Serbe a pris un léger ascendant cette année, en l’emportant par trois fois, ce n’est pas lui qui a gagné leur dernier match. C’est bel et bien Roger Federer qui avait facilement remporté la mise, lors de la finale du tournoi de Cincinnati.

Au vu du niveau de jeu qui a été le leur au cours de la quinzaine, on ne peut que s’attendre à une grande finale entre Federer et Djokovic. Rendez-vous aux alentours de 22 heures (heure française) dimanche.