Del Potro 1er tour JO
Juan Martin Del Potro après sa victoire contre Novak Djokovic. | OKAN OZER / ANADOLU AGENCY

Del Potro, itinéraire d'un ressuscité

Publié le , modifié le

Après plus de deux ans loin du circuit, l'Argentin Juan Martin Del Potro revient sur le devant de la scène. Cette nuit, il affrontera le Suisse Stan Wawrinka en quart de finale de l'US Open.

Juan Martin Del Potro est de retour sur ses terres ! Non pas au pied des massifs montagneux de Tandil, mais au cœur du Queens new-yorkais. C’est là, il y a sept ans, que l’Argentin a remporté son premier et unique tournoi du Grand Chelem. En 2009, il privait le tout-puissant Roger Federer d’un sixième US Open consécutif. Mais Del Potro n’a jamais eu le temps de faire du parc de Flushing Meadows son jardin personnel. Après six ans de galères, d’opérations, de retours et d’arrêts, Juan Martin Del Potro retrouve ce soir les quarts de finale d’un Grand Chelem, face au Suisse Stanislas Wawrinka. Une première depuis Wimbledon 2013, où il s’était hissé en demi-finale. Seulement 142e mondial, Del Potro n’est pourtant pas un outsider comme les autres.

Maudit poignet

L’histoire de Juan Martin Del Potro est celle d’un corps inadapté au haut niveau. Ou plus précisément d’un poignet trop frêle pour contenir tout le talent de la "Tour de Tandil". Un calvaire démarré en janvier 2010 lors d’un tournoi d’exhibition à Kooyong. La douleur le gêne lors de l’Open d’Australie et l’oblige à renoncer à la saison sur terre battue. Del Potro, alors 5e mondial, doit se faire opérer et manque Wimbledon et l’US Open. Il effectue un premier retour l’année suivante mais ne parvient pas à dépasser les huitièmes de finale en Grand Chelem. Les saisons 2012 et 2013 marquent son renouveau, Del Potro revient dans le top 5 et offre au public de Wimbledon une demi-finale d’anthologie contre Novak Djokovic. Mais son poignet refait des siennes et subit une nouvelle opération en mars 2014. Une traversée de désert de deux ans qui le voit descendre à la 590e place à l’ATP.

Sous le soleil de Rio

Libéré de ses pépins, il retrouve les courts en février 2016 puis décide de faire l’impasse sur Roland-Garros pour mieux préparer Wimbledon. Le gazon anglais est le théâtre de son premier coup d’éclat, comme un rappel de son existence au monde du tennis. Le 165e mondial élimine Stan Wawrinka, 5e mondial, au deuxième tour avant de céder face à Lucas Pouille au match suivant. Mais c’est au Brésil, ennemi héréditaire des gauchos argentins, que Del Potro brille. Lors des Jeux de Rio en août, il fait pleurer le numéro un mondial Novak Djokovic dès le premier tour, puis élimine Rafael Nadal (N.5) en demie. Exténué par les quatres heures de jeu, Del Potro s’incline contre Andy Murray, 2e mondial et tenant du titre. Mais, outre sa médaille d’argent, Del Potro repart du Brésil avec un statut d’épouvantail du circuit. Il a remporté trois de ses quatre derniers duels face à des joueurs du Top 5.

Stan sur sa route

Assuré de revenir dans le Top 100, Del Potro semble le premier surpris de son retour au très haut niveau : "Je ne m'attendais pas à me retrouver en quarts aussi rapidement après mon retour sur le circuit", a expliqué l’Argentin en conférence de presse. "Il y a quelques mois je me demandais si je n'allais pas arrêter ma carrière, maintenant je suis là, je n'ai plus vraiment mal au poignet, des fois je ressens des douleurs, mais je peux vivre avec". Sa forme sera testée une nouvelle fois cette nuit contre Wawrinka. Pour atteindre ce stade de l’US Open, Del Potro a dû éliminer Diego Schwartzman, Steve Johnson, 22e mondial, David Ferrer, 13e, et Dominic Thiem,10e, sur abandon. Pour viser une demie, il pourra compter sur son coup droit, "l’un des meilleurs du circuit" selon… Stan Wawrinka.