Contraint à l'abandon, Tsonga laisse Djokovic rejoindre Monfils en demi-finale de l'US Open

Contraint à l'abandon, Tsonga laisse Djokovic rejoindre Monfils en demi-finale de l'US Open

Publié le , modifié le

Il n'y a pas eu de combat. Gêné par son genou gauche, Jo-Wilfried Tsonga n'a pas pu défendre ses chances jusqu'au bout face au numéro 1 mondial, Novak Djokovic. Le Français, dominé 6-3 et 6-2 dans les deux premières manches a jeté l'éponge en début de troisième set. Novak Djokovic ira donc défier Gaël Monfils, tombeur de Lucas Pouille, pour une place en finale.

Novak Djokovic connaît décidément un US Open particulier. En cinq tours, il a profité d'un forfait (Vesely au deuxième) et de deux abandons (Youznhy au troisième après seulement six jeux et donc Tsonga la nuit dernière). "Heureusement" pour lui qu'il avait connu une entame un peu plus "compliquée avec la perte d'un set devant le serveur polonais Janowicz sinon il n'aurait connu aucune adversité depuis son arrivée sur les courts de Flushing-Meadows. "Nole" se qualifie pour sa dixième demi-finale de suite à l'US Open. Le Serbe a atteint la finale à six reprises pour deux succès.

Tsonga, la Coupe Davis remise en question ?

Devant Tsonga, le Serbe n'a pas eu à forcer son talent tant le Français a semblé hors du coup dès le début de la partie. En grande difficulté sur son engagement, Tsonga a rapidement laissé filer la première manche (6-3) avant de faire appel au kiné à 5-2 dans la seconde. Le bandage placé sur son genou gauche pour soulager son tendon rotulien n'aura pas suffi. Sur une nouvelle double-faute, la tête de série numéro 9 offre le deuxième set à son adversaire puis abandonne pour ne pas compromettre la fin de sa saison. En creux, surtout, on pense à la demi-finale de la Coupe Davis que la France doit disputer en Croatie du 16 au 18 septembre pour laquelle Tsonga a été convoqué en compagnie de Monfils, Pouille, Herbert et Mahut. "Je n'ai aucune idée (s'il pourra la disputer), a déclaré Tsonga. Il faut que je fasse des examens avec le doc de l'équipe de France. Que lui aussi se fasse une idée de ce qui est possible. Je crois qu'on va pouvoir prendre une décision quand on aura fait les images et quand on se sera posés et surtout pas à chaud".

Christophe Gaudot @ChrisGaudot