Chris Evert (US Open 1982)
Chris Evert (US Open 1982) | AFP

Chris Evert, la fiancée de l'Amérique

Publié le , modifié le

Deuxième jour de l'US Open -quatrième levée du Grand Chelem- et voici le deuxième volet d'une galerie de stars qui ont marqué leur époque depuis 1978, première année où le tournoi s'est disputé sur le decoturf de Flushing Meadows. Aujourd'hui, éclairage sur l'Américaine Chris Evert, la vedette des seventies, et particulièrement sur son duel avec sa jeune compatriote Tracy Austin en 1980.

Joueuse préférée des Américains tant pour son jeu que pour sa plastique, Chris Evert est une vraie légende de son sport. Victorieuse de 157 tournois au cours d'une carrière qui s'est étalée sur 19 ans, la Floridienne a émerveillé les fans de la petite balle jaune par l'intelligence de son tennis et la précision de ses coups. Ce n'est pas un hasard si elle s'est imposée 18 fois en Grand Chelem dont 7 fois à Paris et 6 à l'US Open. Après trois succès consécutifs sur la terre battue de Forest Hill, "Chrissie" conservait son titre en s'adjugeant la première édition du tournoi disputée à Flushing Meadows en 1978, contre sa compatriote Pam Schriver. Elle regagnera à New York en 1980 et en 1982 (les deux fois contre Hana Mandlikova) mais s'inclinera en finale en 1979 (Tracy Austin) et en 1983 et 1984 contre sa grande rivale Martina Navratilova. Elle disputa son ultime match à Flushing en 1989 où elle subit la loi de Zina Garrison.

Sa plus belle victoire: contre Tracy Austin, demi-finale 1980: 4-6, 6-1, 6-1

Il n'est jamais facile de détacher une victoire mémorable lorsqu'on parle d'un grande champion, a fortiori d'une championne qui a tout gagné et qui ne compte plus ses triomphes aux quatre coins du monde. Pourtant, puisqu'il faut bien en choisir une, retenons cette splendide demi-finale de l'édition 1980 au cours de laquelle "Chrissie" va reconquérir le cœur des fans américains. Un an auparavant, la jeune Tracy Austin (19 ans) a mis fin à quatre ans de règne ininterrompu de la reine incontestée des seventies. Un exploit retentissant lors d'une finale conclue en deux sets qui semblait annoncer une passation de pouvoir au sein de la hiérarchie mondiale. Las, Chris Evert (Lloyd à l'époque puisqu'elle s'était mariée avec John, le tennisman anglais) n'était pas du genre à abdiquer comme ça, sans combattre. Lorsque la revanche se présenta l'année suivante, la native de Fort Lauderdale était bien décidée à prendre le dessus sur une joueuse qui pratiquait le même jeu qu'elle mais avec quelques années de moins. Le premier set s'apparente à un véritable combat où aucune des deux rivales ne veut lâcher le moindre point. La régularité fantastique affichée par les deux femmes leur permet de disputer un nombre hallucinant d'échanges très longs dont certains atteignent les 50 coups de raquette. Evert et Austin font montre d'une solidité technique et mentale qui ravit le public new yorkais, féru de ce genre de duels. Tracy réussit à déborder Chris en fin de première manche grâce à quelques accélérations magnifiques. Mais c'est à partir de ce moment-là que Chris Evert devient injouable. Tactiquement, elle malmène sa compatriote en variant tous ses coups afin de ne plus offrir de point facile. Austin est décontenancée et elle ne parvient pas à revenir dans le match. Elle perdra les deux sets sur le même score (6-1). Et comme l'aventure devait se terminer en apothéose, Chris Evert réussira le même coup en finale contre la Tchèque Hana Mandlikova (5-7, 6-1, 6-1). Du grand art.

Ses autres matches de référence

Sa victoire (6-0, 6-2) contre Monica Seles en quarts de finale de l'édition 1989

En 1989, l'année de ses 35 ans, Chris Evert dispute son ultime US Open et même le dernier tournoi du Grand Chelem de sa brillante carrière. Elle souhaite réaliser un beau parcours pour ne pas décevoir son public. Beaucoup d'observateurs l'annoncent battue dès les huitièmes de finale car elle doit affronter la jeune Monica Seles, demi-finaliste à Roland-Garros au printemps. Contre toute attente, Chrissie donne une leçon à la Yougoslave qui pourrait être sa fille (6-0, 6-2). Malheureusement, Zina Garrison l'empêchera de retrouver en demi-finale Martina Navratilova pour une ultime partie.

Sa défaite face à Martina Navratilova en finale de l'édition 1984 (4-6, 6-4, 6-4)

En cette année 1984, Martina Navratilova est la patronne incontestée du circuit WTA. L'Américaine d'origine tchécoslovaque a réalisé un faux Grand Chelem (sur deux années) et Chris Evert semble irrémédiablement condamnée à s'incliner dans leurs confrontations hors terre battue. Pourtant, lors de cette finale, Chrissie va passer tout près de s'imposer contre sa rivale, enlevant le premier set et tenant tête longtemps dans les deux manches suivantes. La cadette finira par s'imposer à l'issue d'un beau combat. Et Chris Evert vient de laisser passer sa dernière chance de remporter un 7e US Open.

Palmarès à Flushing Meadows: 3 victoires, 3 finales, 4 demies

1978: victoire contre Pam Schriver
1979: finale contre Tracy Austin
1980: victoire contre Hana Mandlikova
1981: demie contre Martina Navratilova
1982: victoire contre Hana Mandlikova
1983: finale contre Martina Navratilova
1984: finale contre Martina Navratilova
1985: demie contre Hana Mandlikova
1986: demie contre Helena Sukova
1987: quart contre Laurie McNeil
1988: demie contre Steffi Graf
1989: quart contre Zina Garrison

Grégory Jouin @GregoryJouin

US Open