Benoît Paire, de la sueur et des larmes

Benoît Paire, de la sueur et des larmes

Publié le , modifié le

Sous une forte chaleur, plus de 32 degrés, Benoît Paire s’est qualifié pour le 2e tour de l’US Open en éliminant au forceps Julien Benneteau (N.24), 7-6(4), 5-7, 6-4, 4-6, 6-4, après 4h04 de jeu. Le natif d’Avignon a mieux négocié les points clefs du match, s’offrant un succès de prestige après des mois de galère. Il rencontrera au prochain tour l’Espagnol Carreno Busta, vainqueur en quatre sets du qualifié allemand Beck. Nick Kyrgios et Leonardo Mayer (N.23) sont passés, contrairement à Nicolas Mahut, battu par le Brésilien Bellucci 7-6, 6-4, 6-1.

Benoît Paire a remporté la première manche, très disputée, au jeu décisif (7 points à 4). L’Avignonnais a ensuite breaké pour mener 2-0 dans le deuxième set avant de voir Julien Benneteau retourner la situation pour s’imposer 7-5 grâce à quelques ratés adverses. Mais le Bressan n’a pas continué sur sa lancée, servant moins bien : Paire a refait le break rapidement en début de troisième acte pour se détacher nettement (3-0). Demi-finaliste à Cincinnati, la tête de série numéro 24 ne parvenait pas à prendre le dessus dans l’échange pour avancer dans le court, laissant son jeune compatriote diriger les débats.

Paire très ému

L’inconstance de Paire permettait à Benneteau d’effacer une balle de 4-0 pour reprendre ensuite l’engagement de son rival et recoller à 3-3. Mais le Provençal s’en sortait pour enlever le set (6-4) sur une magnifique volée de revers. Julien Benneteau réagissait dans le quatrième set et profitait des erreurs adverses, très nombreuses, notamment sur les balles de break. En fait, Paire faisait tout, les points gagnants et les fautes directes, laissant son aîné, plus réaliste, égaliser à deux manches partout après 3h30 de jeu.

Dans l’ultime manche, Benoît Paire prenait de nouveau les devants en ravissant d’emblée le service de Bennet. Mais, une nouvelle fois, l’homme aux 9 finales perdues sur le circuit revenait au score (3-3). A 5-4 pour lui, sur le service de Julien Benneteau, Paire se procurait deux occasions de conclure (15-40). Sur la première, l’attaque de coup droit de Benneteau était annoncée faute mais l’arbitre accordait le point, au grand dam du Sudiste qui réussissait à se reconcentrer pour conclure à sa quatrième balle de match (6-4).  Avec 85 points gagnants (à 31), il n’avait pas volé sa victoire. Très ému, Benoît Paire en a pleuré de joie, lâchant : « Je suis très heureux d’avoir gagné », avant de sortir du court.

Kyrgios très solide​

Le jeune australien Nick Kyrgios, révélation de Wimbledon où il avait sorti Gasquet et Nadal, s’est débarrassé du Russe Mikhail Youzhny en quatre sets (7-5, 7-6(4), 2-6, 7-6(1)). Il a servi 26 aces pour terrasser le Slave héros de la Coupe Davis 2002, aujourd’hui âgé de 32 ans. L’Argentin Leonardo Mayer (N.23) a profité de l’abandon d’Albert Montanes à 6-2, 3-0, pour se qualifier. Fernando Verdasco (N.31) a dû batailler cinq sets pour écarter le Slovaque Blaz Rola. Murray (N.8) et Tsonga (N.9) ont gagné aussi. 

Résultats du 1er tour​

    Philipp Kohlschreiber (GER/N.22) bat Facundo Bagnis (ARG) 6-2, 7-6 (7/3),  6-3
    Jo-Wilfried Tsonga (FRA/N.9) bat Juan Monaco (ARG) 6-3, 4-6, 7-6 (7/2), 6-1
    Oleksandr Nedovyesov (KAZ) bat James McGee (EIR) 4-6, 6-2, 6-1, 7-6 (7/3)
    Pablo Carreño-Busta (ESP) bat Andreas Beck (GER) 6-3, 4-6, 6-2, 7-6 (7/0)
    Benoît Paire (FRA) bat Julien Benneteau (FRA/N.24) 7-6 (7/4), 5-7, 6-4,  4-6, 6-4
    Fernando Verdasco (ESP/N.31) bat Blaz Rola (SLO) 6-3, 3-6, 7-5, 1-6, 6-4
    Matthias Bachinger (GER) bat Radek Stepanek (CZE) 6-3, 6-2, 6-2
    Andy Murray (GBR/N.8) bat Robin Haase (NED) 6-3, 7-6 (8/6), 1-6, 7-5
    Nick Kyrgios (AUS) bat Mikhail Youzhny (RUS/N.21) 7-5, 7-6 (7/4), 2-6, 7-6  (7/1)
    Andreas Seppi (ITA) bat Sergiy Stakhovsky (UKR) 6-3, 6-1, 6-4
    Simone Bolelli (ITA) bat Vasek Pospisil (CAN) 2-6, 6-4, 6-2, 3-6, 6-3
    Matthew Ebden (AUS) bat Tobias Kamke (GER) 6-4, 6-3, 7-6 (7/2)
    Leonardo Mayer (ARG/N.23) bat Albert Montañés (ESP) 6-2, 3-0 (abandon)

Grégory Jouin @GregoryJouin