Angelique Kerber
Angelique Kerber | AFP

Angelique Kerber, la nouvelle reine du tennis

Publié le , modifié le

Profitant de la défaite de Serena Williams en demi-finale de l'US Open, Angelique Kerber s'est installée pour la première fois dans le fauteuil de la N.1 mondiale. Cela faisait 186 semaines que le règne de l'Américaine durait, mais depuis cette nuit, le tennis féminin s'est trouvée une nouvelle patronne. Même si elle était assurée de devenir la deuxième allemande après Graf à accéder à ce rang, Kerber ne s'est d'ailleurs pas gênée pour se qualifier pour la finale.

Entrée sur le Court Arthur Ashe avec l'assurance de dépasser la cadette des soeurs Williams, Kerber a prouvé que son nouveau statut n'était pas usurpé en dominant tranquillement (6-4, 6-3) la Danoise Caroline Wozniacki, elle-même ancienne N.1 mondiale tombée au 74e rang au classement WTA. "Une fois que j'ai vu que Pliskova avait remporté le match, ce n'était pas facile pour moi mentalement, mais cela me montre que j'ai progressé, que j'ai mûri", a-t-elle assuré. "J'ai réussi à rester concentrée sur mon match alors que quelque chose d'énorme venait d'arriver" , a ajouté la joueuse de 28 ans.

Cette réussite est notamment due à sa volonté d'évoluer vers un jeu plus offensif. Et ce travail effectué depuis la fin de la saison dernière avec son coach Torben Beltz a payé. "C'est incroyable d'être N.1 mondiale et en finale de l'US Open", a lâché la native de Brême, admettant que cela lui trottait dans la tête depuis déjà quelques semaines. "Quand j'étais enfant, c'était vraiment un rêve de devenir N.1 mondiale, c'est quelque chose de spécial, c'est une soirée que je ne pourrai pas oublier de sitôt. Etre la deuxième Allemande N.1 mondiale après Steffi Graf est vraiment un grand motif de fierté", a-t-elle déclaré.

Sur les traces de Graf

Graf était en effet devenu la première joueuse allemande à accéder à cette place en mars 1997, et les points communs avec l'ancienne championne ne s'arrêtent pas là. Kerber est aussi devenue la première Allemande à se qualifier pour la finale de l'US Open depuis le cinquième et dernier titre de Graf à Flushing Meadows en 1996 (face à Monica Seles, 7-5, 6-4). Lauréate de l'Open d'Australie en janvier, Kerber pourrait bien s'offrir son premier trophée dans le mythique tournoi new-yorkais. "C'est un jour que je ne suis pas près d'oublier", a souri la nouvelle reine du tennis féminin qui n'a pas encore perdu le moindre set depuis son arrivée à New York. En finale, elle retrouvera une autre joueuse qui ne cesse de grimper, la Tchèque Karolina Pliskova.

Romain Bonte

US Open