Jaziri
Malek Jaziri a abandonné dès le premier tour de l'Open Sud de France. | GREG WOOD / AFP

Une nouvelle affaire Jaziri ?

Publié le , modifié le

C’était le match qui, en 2013, n’avait pas eu lieu mais avait causé la plus grande polémique de la saison. Le joueur tunisien Malek Jaziri avait du, sous l'influence de sa fédération, déclarer forfait au tournoi de Tachkent (Ouzbékistan), pour ne pas rencontrer l’Israélien Amir Weintraub. Hier, au premier tour de l’Open Sud de France, Jaziri a de nouveau abandonné, sans raison apparente. La cause se trouve peut-être du côté de celui qui aurait pu être son adversaire au second tour, à savoir Dudi Sela, n°1 israëlien.

Jaziri, 65e mondial, occupe actuellement le meilleur classement de sa carrière, après être devenu le premier joueur tunisien à atteindre le troisième tour d’un Grand Chelem lors de la quinzaine australienne. Il était d’ailleurs bien parti pour remporter son 1er tour de l’Open Sud de France, à Montpellier, face au 61e mondial Denis Istomin, puisqu’il venait de remporter le premier set 6-3. Mais le joueur de 30 ans a décidé d’abandonner, justifiant cette décision par « une blessure au coude contractée à l’Open d’Australie », d’après l’agence AP.

L'affaire Tachkent

La raison pourrait pourtant être toute autre. En cas de victoire, Malek Jaziri aurait rencontré Dudi Sela, joueur israélien. Des circonstances qui rappellent l’histoire du tournoi de Tachkent, en 2013. Jaziri est censé rencontrer Amir Weintraub, tennisman de nationalité israélienne, en quart de finale de ce tournoi Challenger. Tous deux ont d'ailleurs jouent d'ailleurs dans le même club de Sarcelles, et parfois ensemble en double.  Mais la fédération tunisienne de tennis refuse que son joueur le rencontre, et lui ordonne de déclarer forfait avec ce courrier, que l’Equipe avait révélé au moment de l’affaire.

"Cher Malek, suite à la réunion cet après-midi au ministère de la jeunesse et de sport (sic) avec M. Riadh AZAEZ [directeur du sport d'élite au ministère], j'ai l'immense regret de t'informer que tu es tenu de ne pas jouer contre le joueur israélien. Cordialement, Adel." Adel Lahdhiri n’est autre que le directeur technique national de la fédération tunisienne, et avait envoyé ce mail dès l’annonce de la qualification de Jaziri pour les quarts de finale. La Tunisie n’avait pas eu l’autorisation de participer à la Coupe Davis 2014, en guise de sanction.

Publication by Malek Jaziri.

D'autres affaires dans d'autres sports

Ce n’est pas la première fois qu’un sportif arabe décide de ne pas affronter un sportif israélien. A l’occasion des Jeux Olympiques d’Athènes, en 2004, le judoka iranien Arash Miresmaeili était alors l’un des favoris pour le titre en -66 kilos. Mais le tirage au sort faisait qu’il devait rencontrer au premier tour Ehud Vaks, Israélien. Afin de suivre les directives de sa fédération, Miresmaeili a fait en sorte de prendre du poids, et donc d’échouer à la pesée, synonyme de disqualification. Une autre affaire a également éclaté lors des Mondiaux de natation 2011, à Shangai, où le nageur iranien Mohammad Ali Rezaei avait refusé de prendre le départ de sa série du 100m brasse, puisque le nageur dans la ligne d’eau d’à côté, Gal Nevo, est Israélien.