Jo-Wilfried Tsonga
Jo-Wilfried Tsonga remporte le tournoi de Marseille | AFP - GERARD JULIEN

Tsonga, six balles de match pour un titre

Publié le , modifié le

Après avoir sauvé cinq balles de matchs en quart de finale face à Bernard Tomic, Jo-Wilfried Tsonga en a encore écarté une nouvelle en finale de l'Open 13 de Marseille face à Tomas Berdych. Le Français l'a finalement emporté au terme d'un long bras de fer 3-6, 7-6 (6), 6-4, décrochant le 10e titre de sa carrière.

Le déclic a eu lieu ! Dans l'incapacité de s'imposer face à un joueur du top 8 depuis fin 2011, Jo-Wilfried Tsonga a brisé le signe indien ce dimanche, en finale de l'Open 13 de Marseille face à Tomas Berdych, sixième joueur mondial. Pour sa première finale de l'année, le Manceau avait beaucoup à prouver, et à se prouver. Et cette fois, la marche n'était pas trop haute pour le numéro 1 français. Au terme d'un match âprement disputé, il s'est imposé face à Berdych 3-6, 7-6(6), 6-4, décrochant au passage le 10e titre de sa carrière. Le premier depuis l'open de Metz en septembre dernier. L'occasion aussi d'une belle revanche face au Tchèque qui l'avait privé du titre en fin de saison passée, à Stockholm. C'était seulement sa deuxième victoire face à lui en six confrontations. Et le couperet cette fois encore n'est pas passé loin, Tsonga devant écarter une balle de match dans le tie break de la deuxième manche.

Six balles de match sauvées pendant le tournoi

Pourtant, tous les voyants n'étaient pas au vert pour Tsonga avant la rencontre. Si les deux hommes ont des profils similaires, leurs oppositions avaient souvent tourné à l'avantage du Tchèque. Tous les deux cogneurs de court, le numéro 6 mondial, peut profiter d'une plus grande régularité dans l'échange et de ses meilleures qualités de relanceur pour forcer la décision.La démonstration en a encore été faite lors de la première manche. Breaké à 3-2, Tsonga n'est jamais parvenu à se procurer la moindre balle de break sur la défense adverse, perdant la manche 6-3. Très à l'aise sur ses engagements, Berdych n'avait perdu que sept points sur son service à 6-3, 1-1 dans le match !

Malgré ses imperfections sur service adverse, Tsonga savait serrer le jeu sur le sien. A 4-4, 30-40, dans la deuxième manche, il effaçait une balle de break aux allures de balle de match avec autorité. Même scénario à 5-5. Cette fois, c'était un revers long de ligne venu d'ailleurs qui tirait "Jo" de ce mauvais pas.

Aucune balle de break avant le 3e set

Les deux hommes se retrouvaient donc embarqués vers un tie-break inéluctable. Tsonga était le premier à faire le mini-break et se détachait 4/1. Mais le set était encore loin d'être dans la poche. C'était même Berdych qui se procurait une balle de match à 6-5. Deux aces plus tard, frappés avec plein d'autorité, Tsonga ravissait le set sur une erreur en revers de son adversaire. Contre le cours du jeu, mais pour le plus grand plaisir du public phocéen.

Revigoré par le gain de la deuxième manche, Tsonga se procurait ses premières balles de break du match à (1-1). La seconde était la bonne, grâce à un coup droit dans le filet du Tchèque. Solide sur ses services, le Français terminait le travail à 6-4.

Son deuxième succès à Marseille

Au terme d'un match renversant, Tsonga est parvenu à ajouter un nouveau titre à son palmarès. Le premier depuis le début de sa collaboration avec Roger Rasheed fin 2012, le second à Marseille après celui de 2009. Pas toujours irréprochable dans son jeu, "Jo" a eu le mérite de s'accrocher même lorsque la situation était critique. Comme au moment de sauver cinq balles de match en quart de finale face à Tomic, ou lors du tie-break de la seconde manche face à Berdych. L'impression de sérénité qu'il a dégagé à chacun de ces moments clés a été remarquable. La preuve peut-être, du travail fourni dans sa capacité à rester concentré sur chaque point de la rencontre. Et ça, c'est du tout bon pour le futur.

Simple messieurs (Finale)

Jo-Wilfried Tsonga (FRA/N.3) bat Tomas Berdych (CZE/N.1) 3-6, 7-6 (8/6), 6-4