Jo-Wilfried Tsonga
Jo-Wilfired Tsonga | ELLA LING / BACKPAGE IMAGES LTD / DPPI MEDIA

Tsonga fait plier Simon à Metz

Publié le , modifié le

Le duel franco-français en finale du tournoi de Metz a tourné dimanche à l'avantage de Jo-Wilfried Tsonga, tête de série N.3, qui s'est imposé devant Gilles Simon (N.2) en trois sets 7-6, 1-6, 6-2. C'est la troisième fois que le Manceau s'impose dans cet Open de Moselle après 2011 et 2012. Il signe là son 12e titre sur le circuit, et rejoint Richard Gasquet et ... Simon.

Tsonga, très maladroit mais sauvé par son service (16 aces), a pris sa revanche sur Simon, qui l'avait battu en finale en 2013 et peut avoir des regrets au vu du déroulement de la partie.

Jo sauvé par son service

Dans cette finale qui a tenu toutes ses promesses, chaque joueur a eu sa période, ses coups du sort, et ses occasions plus ou moins négociées. Dans la première manche, Tsonga a affiché un déchet incroyable, multipliant les fautes directes. Mais, comme souvent en salle, sa mise en jeu est venue à son secours (11 aces) et lui a notamment permis d'écarter six balles de break.     Dans le tie-break, il a renversé une situation bien mal embarquée puisqu'il était mené 5-2, avant de remporter les cinq points suivants pour s'imposer 7-5.

La frustration de Simon

Frustré d'être mené alors qu'il avait dominé le premier set, Simon accélérait dans le deuxième. Il finissait par réaliser le break à sa huitième tentative pour se détacher à 2-0. Il devait ensuite sauver trois balles de break pour conserver sa mise en  jeu. Il rebreakait Tsonga dans la foulée et menait 5-0, avant de l'emporter 6-1.

Toujours maladroit, Tsonga s'appuyait encore sur son service pour contenir Simon au début de la troisième manche. Et il allait avoir un coup de pouce du filet pour réaliser son premier break. A 2-1, la bande l'avantageait à deux reprises dans le même jeu et lui permettait de mener 3-1. Le Manceau se montrait solide pour se détacher à 5-2, avant de finalement
l'emporter 6-2 après 2h15 de jeu...sur une volée de Simon détournée par la bande du filet. 

Christian Grégoire