Monica Seles
Monica Seles | AFP - TIM CLARY

Seles : il était deux fois en Amérique

Publié le , modifié le

A quelques jours du début de l'US Open, voici le quatorzième volet d'une galerie de stars qui ont marqué leur époque depuis 1978, première année où le tournoi s'est disputé sur le decoturf de Flushing Meadows. Aujourd'hui, retour sur la période Monica Seles, qui l'emporta à deux reprises (1991 et 1992) avant de voir sa carrière stoppée par l'agression d'un déséquilibré. Sans cela, l'ère Seles se serait sans doute beaucoup plus étendue sur New York...

Pendant deux saisons, 1991 et 1992, Monica Seles a survolé le tennis mondial. A cette époque, la joueuse de l'ex-Yougoslavie écrasait tout sur son passage et l'US Open, pas plus que les autres tournois, n'échappait à la furia Seles. Révolutionnant le jeu comme personne avant elle, la native de Novi Sad semblait partie pour marquer l'histoire de son sport mais, en 1993, l'ascension se brise net quand un déséquilibré, fan de sa rivale Steffi Graf, la poignarde dans le dos lors du tournoi de Hambourg. Monica Seles ne se remettra jamais totalement de cet acte insensé. Qui sait ce qui serait advenu de son palmarès sans cette terrible parenthèse dans sa carrière ? La désormais naturalisée américaine (en 1994) laisse toutefois l'image d'une championne qui, à l'image des cris perçants qui accompagnaient chacune de ses frappes, a secoué le tennis moderne.

Sa plus belle victoire : contre Aranxta Sanchez, finale 1992 : 6-3, 6-3

Plus que ce match, c'est l'ensemble du tournoi de Monica Seles qu'il convient de saluer. Malade, la Yougoslave débarque de Wimbledon où Steffi Graf vient de mettre un terme en finale à son rêve de Grand Chelem. Bête blessée, Monica Seles n'en est qu'encore plus dangereuse. En tout et pour tout, elle ne concédera que 27 jeux sur l'ensemble du tournoi ! (Soit juste un peu plus que 5 jeux par match…) En finale, Aranxta Sanchez, déjà battue par la numéro un mondiale en finale de Roland Garros ne peut rien face à la déferlante Seles. L'Espagnole a beau résister du mieux qu'elle peut grâce à son jeu de défense incomparable, elle finit toujours par céder sur une énième accélération de son adversaire. Le contraste est saisissant entre le tennis ultra conventionnel de Sanchez et la technique révolutionnaire de son adversaire qui prend la balle au sommet du rebond et qui joue collé à sa ligne de fond. Vainqueur expéditive, Monica Seles confirme avec ce succès que le tennis est définitivement entré dans une nouvelle ère. Désormais la puissance prédomine. Plus tard, des joueuses comme les sœurs Williams ou la Russe Maria Sharapova, entres autres, s'engouffreront dans la brèche.

Ses autres matchs de référence :

Sa victoire en demi-finale contre Jennifer Capriati en 1991 (6-3, 3-6, 7-6)

Enfant prodige du tennis (elle fut la plus jeune n°1mondiale de l'histoire avant d'être détrônée plus tard par Martina Hingis), Monica Seles affronte en demi-finale de l'US Open celle que l'on présente comme sa future très grande rivale, l'Américaine Jennifer Capriati. Cette dernière, trois ans plus jeune que Seles, est un phénomène de précocité. Doté du même style de jeu que Seles, Capriati, qui n'a rien à perdre dans ce match, évolue avec l'insouciance de ses 19 ans. Si Seles remporte la première manche, la New Yorkaise (elle est née à Long Island), soutenue par son public, parvient à recoller au score. Le dernier set est sans conteste l'un des plus explosifs de l'histoire du tournoi. La violence des coups des deux joueuses, aucune ne voulant céder le moindre centimètre de terrain, atteint un niveau tennistique, et sonore (!), rarement atteint. Au bout du suspense, et du tir d'artillerie, c'est le soldat Seles qui restera debout. Elle remporte le tie-break (7-4) et se qualifie pour sa première finale à New York où, deux jours plus tard, elle laminera Martina Navratilova.

Sa défaite en finale contre Steffi Graf en 1996 (7-5, 6-4)

Ce n'est un secret pour personne, Monica Seles et Steffi Graf ne s'apprécient pas. Outre leur rivalité sportive exacerbée depuis le début des années 90, la Yougoslave ne pardonne pas son mutisme à l'Allemande après l'agression dont elle a été victime en 1993. Poignardée par un supporter de Graf, Seles aurait en effet aimé que sa rivale montre un signe de solidarité. Il n'en fut rien et leurs retrouvailles en finale à New York sentent la poudre. De retour à un bon niveau après plus de deux ans à soigner ses blessures physiques, et surtout psychologiques, Seles peine pourtant à franchir les dernières marches dans les tournois du Grand Chelem. Plus enrobée qu'avant son agression, l'ex-numéro un mondiale ne parvient plus à dicter l'échange comme au temps de sa splendeur. Graf, toujours aussi affûtée, en profite pour reprendre l'ascendant sur celle qui la fit descendre de son trône en 1991 et 1992.

Palmarès à Flushing Meadows : 2 victoires, 2 finales

1989 : 1/8e de finale contre C. Evert
1990 : 3e tour contre L. Ferrando
1991 : victoire contre M. Navratilova
1992 : victoire contre A. Sanchez
1993 : ne participe pas
1994 : ne participe pas
1995 : finale contre S. Graf
1996 : finale contre S. Graf
1997 : quart de finale contre I. Spirlea
1998 : quart de finale contre M. Hingis
1999 : quart de finale contre S. Williams
2000 : quart de finale contre M. Hingis
2001 : 1/8e de finale contre D. Bedanova
2002 : quart de finale contre V. Williams

Julien Lamotte