Stade Roland-Garros
Les courts de Roland-Garros, dont le court Philippe Chatrier, vus du court Suzanne Lenglen | AFP / RIA Novosti / Alexey Kudenko

Le gouvernement soutient le projet d'extension de Roland-Garros

Publié le , modifié le

Alors que la minitre de l'Environnement, Ségolène Royal, avait déploré le forcing de la FFT dans son projet d'extension du stade de Roland-Garros, le Premier ministre Manuel Valls a apporté le soutien du gouvernement à ce grand chantier. C'est donc un nouveau revirement de situation dans ce dossier épique, débuté voici plus de quatre ans et qui a été marqué par un grand nombre de recours. Initialement prévue en 2017, cette extension pourrait désormais être effective en 2019.

Le Premier ministre Manuel Valls a été très clair en apportant "le plein  soutien du gouvernement à tous les volets" du projet de la Fédération française  de tennis (FFT) visant à moderniser le site de Roland Garros et souhaite qu'il  "puisse aboutir dans les meilleurs délais". "L'Etat donnera en conséquence son accord à l'ensemble des procédures  relevant de sa compétence dans les prochaines semaines, afin de permettre  rapidement un début des travaux", écrit dans un communiqué le Premier ministre  alors qu'un rapport d'experts du ministère de l'Ecologie (Conseil général de l'environnement et du développement durable) avait conclu  mi-février à la faisabilité technique et juridique d'un projet alternatif porté  par le monde associatif. Surtout, ce communiqué vient à l'encontre des propos de Ségolène Royal, sa ministre de l'Environnement, qui avait déclaré dans le JDD le 22 février dernier que "c'est un très mauvais calcul de la fédération de vouloir passer en force, surtout sur un site classé". Elle semblait ainsi suivre la ligne du rapport d'experts. Et c'est bien elle qui doit, in fine, délivrer les permis de construire pour ce projet. Sa parole avait donc eu le mérite d'irriter du côté de la Porte-d'Auteuil.

Cette annonce du Premier ministre redonne donc de la confiance à la FFT dans son projet. Il y a quelques jours, un rapport remis à la maire de Paris, Anne Hidalgo, plaidait pour une candidature de la Capitale pour les JO-2024. Et l'extension du stade des Internationaux de France pourrait être un atout pour une possible candidature. D'ailleurs, pour Manuel Valls, cette modernisation "doit être un révélateur de la  capacité de la France à faire aboutir des projets stratégiques et  emblématiques, au travers de grands évènements sportifs internationaux, notamment les jeux Olympiques". Après de nombreux recours, ce communiqué va-t-il accélérer le lancement d'un projet qui a bénéficié d'un avis favorable du commissaire enquêteur chargé de l'enquête publique ?

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze