Benoit Paire Roland Garros
Benoît Paire, défait au premier tour de Roland-Garros face à Rafael Nadal. | STEPHANE ALLAMAN / DPPI

Roland-Garros : Le fantasque Benoît Paire éliminé

Publié le , modifié le

Pourtant très calme pendant la majorité de la rencontre, contrairement à son habitude, Benoît Paire n’a pas fait le poids face à Rafael Nadal (1-6, 4-6, 1-6) pour son entrée dans la compétition.

"Dès que je joue contre Rafa, je ne sais pas si c'est sa balle qui est plus lourde, mais il est vrai que je ne fais pas des bons matchs", concluait Benoît Paire en conférence de presse d’après-match. Pour sa huitième participation à Roland-Garros, le rêve parisien de l’Avignonnais s’est terminé en moins de deux heures (6-1, 6-4, 6-1) et par une troisième défaite en autant de confrontations face à l’ogre de la terre battue. Contrairement à ce qu’on aurait pu imaginer, ce ne sont pas ses habituelles frasques qui ont eu raison de lui, mais bien l’Espagnol, en mission pour remporter sa Decima. "Je me méfiais de Benoît. C’est un joueur talentueux. Il a eu de bonnes chances dans le 2e set, mais il a laissé trop d’ouvertures dans le dernier", confiait Nadal à l’issue du match. Du talent, le 45e mondial en a. Mais pour battre la tête de série numéro 4 sur sa surface, il faut quelque chose en plus.

Capable du meilleur

Pourtant, depuis qu’il évolue sur le circuit professionnel, le Français a déjà réussi à terrasser un membre du top 20 lors d’un Grand Chelem. C'était à l'US Open, en 2015, où il créa la sensation en sortant Kei Nishikori (n.4) au premier tour. Son plus grand fait de jeu. 18e joueur mondial en novembre 2016 et récent vainqueur de son ami Stan Wawrinka à Madrid, Benoît est, en toute saison et sur toutes les surfaces, capable du meilleur. "Je pense que je peux gêner Nadal si je joue libéré. J’ai déjà battu de très grands joueurs (6 victoires contre des Top 10 en 32 matches), alors pourquoi pas ici ?", assurait Paire, plein de détermination avant la rencontre. Mais la marche était certainement trop haute, malgré son jeu si atypique qui le rend craint sur le circuit. Pour cette fois.

Comme du pire

Souvent bloqué par son caractère impulsif et imprévisible, le briseur de raquette de 28 ans s’est encore fait remarquer le mois dernier, au tournoi de Monte-Carlo. Malmené par le vétéran Tommy Haas au premier tour, il scandait à ses proches assis au bord du terrain : "Ce mec est nul, complètement nul. Il joue à deux à l'heure et je suis extra mauvais. J'ai juste à jouer deux secondes, je pense que je gagne 6-2, 6-2". Avant de s’incliner 6-2, 6-3. Après s’être fait virer de la délégation tricolore à Rio, Benoit Paire continue donc d’enchaîner les incartades. Il semblerait que l'accompagnement psychologique offert par l'ancien boxeur Brahim Asloum n'ait pas encore porté ses fruits.

Fidèle à lui-même

Victime de "maux de ventre pendant le 3e set", un journaliste a voulu en connaitre les raisons. Voici la réponse du concerné : "Je prends des produits pour les matchs, pour avoir un peu de jus pendant les matchs. J'avais déjà eu ce problème sur un challenger à Sofia Antipolis. J'avais arrêté de les prendre mais j'ai voulu les reprendre parce que c'était un match en cinq sets. Cela me refait la même chose. Il va falloir que je change de produits et que je demande ceux de Rafa. (Rires). C'est juste pour son physique ! Je veux juste son physique, c'est tout ce que je veux". Une énième blague qui pourrait, cette fois, mal tourner sortie de son contexte.

Quoi qu’il en soit, personne ne pourra lui reprocher de jouer un rôle. D’ailleurs, comme il le déclarait dans les colonnes de l’Equipe, il "préfère être comme ça que d’être lisse et passer inaperçu". Toujours fidèle à lui-même !