Serena Williams - JO 2012
Serena Williams est la grande favorite de l'US Open | AFP - MARTIN BERNETTI

Qui pour contrer Serena ?

Publié le , modifié le

L'incroyable domination de Serena Williams à Wimbledon et aux JO cet été font d'elle la grande favorite pour la 132e édition de l'US Open (du 27 août au 9 septembre). Reste à savoir qui parviendra à troubler son hégémonie renaissante parmi la jeune garde. Azarenka, Kvitova ou Stosur pourraient être de celles-là.

Clijsters, Li Na, Kvitova, Stosur, Azarenka, Sharapova, Williams… Sept femmes se sont partagé les huit derniers Grand Chelem du circuit. Depuis la Belge Kim Clijsters et son doublé US Open 2010 et Open d'Australie 2011, aucune n'est parvenu à faire perdurer sa domination. Pourtant, la série semble sur le point d'être rompue. Le retour au premier plan de Serena Williams, tête de série numéro 4 à l'US Open, laisse penser que la WTA a retrouvé une patronne. Et c'est un constat difficile à digérer pour la concurrence.

Depuis plus de trois ans, le circuit féminin se cherchait une locomotive. L'année dernière l'avènement de joueuses comme Petra Kvitova, Agneszka Radwanska ou Victoria Azarenka avait laissé penser à une passation de pouvoir. Elle devra attendre. Depuis avril 2012, Serena enchaîne les titres (Charleston, Madrid, Wimbledon, Stanford, Jeux Olympiques). Quand elle est impliquée dans son tennis, la cadette des sœurs Williams ridiculise la concurrence. Sa dernière finale en date aux JO de Londres a tourné à la correction (6-0, 6-1) contre Maria Sharapova. Ajoutez à cela sa médaille d'or en double avec Vénus et vous comprenez pourquoi elle se présente à Flushing Meadows avec une pancarte de favorite dans le dos. L'année dernière, le titre lui avait échappé en finale face à Samantha Stosur, une anomalie qu'elle compte bien réparer cette année.

Azarenka, Li Na et Kvitova en embuscade, Radwanska incertaine

Bien sûr de la théorie à la pratique, il y a un pas. Etre favorite ne fait pas soulever des titres. La concurrence ne se laissera pas dicter si facilement sur le ciment américain. Numéro 1 mondiale, la Bélarusse Victoria Azarenka sera également l'une des grandes prétendantes à la victoire. Forte de quatre titres en début de saison, dont l'Open d'Australie, elle avait ensuite perdu un peu pied lors de la saison sur terre-battue à cause d'une trop grande usure physique. Sa demi-finale à Wimbledon, sa médaille de bronze aux JO en simple et l'or en double mixte, ont permis de rassurer sur son état de forme.

Petra Kvitova (N.5) sera elle aussi à suivre de très près. Après huit mois de disette, elle a débloqué son compteur à Montréal il y a deux semaines avant d'ajouter une ligne à son palmarès à New Haven, le 9e titre de sa carrière. La Tchèque, qui a toujours atteint les quarts de finale au minimum cette saison en Grand Chelem peut jouer les trouble-fête.

Un statut que revendique également la Chinoise Na Li. Depuis la fin des JO, l'ancienne lauréate de Roland-Garros a profité de l'absence des toutes meilleures sur le circuit pour se tailler la part du lion. Finaliste à Montréal, victorieuse à Cincinnati, elle vient d'accomplir deux semaines très abouties. De quoi logiquement la propulser au rang de joueuse à suivre durant la quinzaine.

En revanche, le doute subsiste autour d'Agnieszka Radwanska. Finaliste lors des JO, la Polonaise s'était retirée dès son entrée en lice du tournoi de New Haven à cause de douleurs à l'épaule. Un retrait vraisemblablement préventif, pour ne pas aggraver son cas avant l'US Open. Si elle est en pleine possession de ses moyens, l'aînée d'Urszula pourrait avoir son mot à dire.