roland-garros court central prétexte
Le Court Central actuel, Porte d'Auteuil | AFP-Demarthon

Projet Roland-Garros: avantage Versailles ?

Publié le , modifié le

Si rien n'est encore fait et que l'heure est surtout aux surenchères, des quatre projets en lice pour accueillir les Internationaux de France, celui de Versailles a vu sa cote remonter ce samedi. Les dirigeants de la Fédération française de tennis se sont en effet déclarés séduits par la présentation, par Versailles du projet d'installation du stade Roland-Garros.

Gonesse et Marne-la-Vallée avaient présenté leur projet le 6 novembre et Paris le 11 décembre. C'était donc au tour de Versailles d'exposer son dossier aux élus du Comité de la FFT. François de Mazières, Maire de Versailles et Président de la Communauté d’Agglomération de Versailles-Grand Parc, Jean-Jacques Aillagon, Président de l’Etablissement Public du Musée, du Château et du domaine national de Versailles, Alain Schmitz, Président du Conseil Général des Yvelines et Pierre Veltz, PDG de l’Etablissement Public Paris-Saclay, ont donc tenté de représenter au mieux leur projet. Et visiblement, l'opération séduction a marché.

"Le dossier présenté, ce jour, par les représentants du dossier versaillais, a séduit les élus de la FFT par la qualité du projet, tant par la surface disponible (35 hectares), son emplacement prestigieux, son potentiel en matière de transport routier et ferroviaire, ainsi que par le montant de redevance évoqué et envisagé", a indiqué la Fédération dans un communiqué. "La présentation a, par ailleurs, souligné la faisabilité de l'installation du stade Roland-Garros, tant en termes économique, culturel et environnemental, à proximité du château de Versailles. Enfin, la proposition d'une concession d'une durée minimum de 50 ans a été appréciée", a ajouté la FFT.

Ces déclarations peuvent laisser penser que le vent pourrait être en train de tourner, à seulement un mois de l'Assemblée générale de la FFT (12 au 13 février). Info ou intox ? Jusqu'à présent, le projet d'extension Porte d'Auteuil à Paris, avait toujours semblé tenir la corde, même si les pressions de la part des écologistes et de l'opposition de droite ont toujours compliqué ce dossier. De son côté, le maire de Paris Bertrand Delanoë (PS) a toujours tenu à conserver le tournoi dans la capitale, car il sait que si d'aventure les Internationaux de France devaient quitter Paris, cela serait vécu comme un cinglant échec dans sa politique. Ses opposants de droite en sont sûrement conscients, et inutile de rappeler que Versailles est un bastion de droite...

Cela dit, si Paris et Versailles font figure de favoris, leurs deux autres concurrents possèdent un atout ô combien important. En s'installant en Seine-et-Marne, à Marne-la-Vallée, ou dans le Val-d'Oise, à Gonesse, la Fédération deviendrait propriétaire des lieux et éviterait ainsi des loyers conséquents, et une incertitude sur l'avenir liée à un délai de concession forcément limité, et onéreux...

Romain Bonte