Jeremy Chardy
Jérémy Chardy au service | CLIVE BRUNSKILL / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Pour Chardy, c'est "un honneur de jouer en Coupe Davis"

Publié le , modifié le

Jérémy Chardy, rappelé en équipe de France six ans après sa dernière sélection pour affronter la Grande-Bretagne en quart de finale, ce week-end à Rouen, a déclaré que c'était "un grand honneur" pour lui de disputer la Coupe Davis. Sans Jo-Wilfried Tsonga, ni Gaël Monfils ni Richard Gasquet, sans Gilles Simon non plus, relégué au rang de remplaçant après un début de saison décevant, ce sont donc Lucas Pouille et, plus surprenant, Jérémy Chardy qui joueront les simples. Pour le Palois, ce retour est certes dû à plusieurs forfaits, mais puisqu'il va devoir monter au filet, il espère représenter la France avec fierté.

Comment avez-vous accueilli votre sélection?
Jérémy Chardy: "C'est vraiment incroyable! Je suis content d'être ici. Quand Yannick Noah m'a appelé pour être cinquième homme, c'était déjà une bonne nouvelle. Depuis que je suis arrivé, je m'entraîne à 100%, j'ai tout donné, je me sens très bien et je pense que c'est pour ça qu'il m'a sélectionné. Jouer en Coupe Davis, c'est un grand honneur pour moi. Être sur le court pour défendre les couleurs de son pays, c'est extraordinaire. J'ai hâte d'être à vendredi, de commencer mon match et d'avoir le public français derrière moi."

Depuis 2011, aviez-vous gardé la Coupe Davis dans un coin de votre tête ?
Jérémy Chardy: "Je n'y pensais pas vraiment. Quand tu joues bien et que tu t'entraînes dur, être appelé en Coupe Davis, c'est la plus belle des récompenses. Cette fois-ci, ça a été un peu bizarre. Il y a quinze jours, je ne pensais pas du tout pouvoir être ici à Rouen. Ça montre qu'en tennis, tout change vite. On a sa chance toutes les semaines. Je suis content d'avoir ma chance ici".

Que pensez-vous de votre première adversaire, Daniel Evans?
Jérémy Chardy: "C'est difficile d'en parler car je ne le connais pas bien. Tout le monde me dit que la terre battue n'est pas sa surface préférée. Tant mieux pour moi. J'ai de bonnes sensations. Quand je joue bien, c'est moi qui fais le jeu et je me soucie souvent moins de mon adversaire. Ce seront des matches difficiles. Je suis content d'avoir Yannick sur la chaise à côté de moi. Je pense qu'il peut m'apporter beaucoup."

Christian Grégoire