Stade Roland-Garros
Les courts de Roland-Garros, dont le court Philippe Chatrier, vus du court Suzanne Lenglen | AFP / RIA Novosti / Alexey Kudenko

Perquisition chez un élu de la FFT, soupçonné d'atteinte sur mineure

Publié le , modifié le

Une perquisition a été menée vendredi matin à Montbéliard chez Jean-Pierre Dartevelle, membre du conseil supérieur de la Fédération française de tennis (FFT), dans le cadre d'une information judiciaire pour corruption et atteinte sur mineure de plus de 15 ans, a-t-on appris auprès du parquet. Président de la Ligue de tennis de Franche-Comté, il est soupçonné d'avoir profité de son emprise sur une jeune fille de 16 ans. La victime présumée est aujourd'hui âgée de 18 ans. L'élu a été laissé libre à l'issue des perquisitions.

M. Dartevelle, président de la Ligue de tennis de Franche-Comté et qui fut battu de peu par Bernard Giudicelli en février 2017 pour la présidence de la FFT, est soupçonné par la justice d'avoir profité de son emprise sur une jeune fille de 16 ans et d'avoir entretenu avec elle "une relation sordide", selon une source proche du dossier. Jean-Pierre Dartevelle est dentiste à Montbéliard et également conseiller régional LR de Franche-Comté.

"M. Dartevelle a été placé en garde à vue dans le cadre d'une information contre X du chef de corruption de mineur et atteinte sexuelle sur mineur de plus de 15 ans", explique dans un communiqué le procureur de la république de Montbéliard, Carine Greff. Il a été interpellé par la section de recherches de Besançon et "il a été laissé libre à l'issue des perquisitions", a précisé le procureur de Montbéliard. "Les investigations se poursuivent sur commission rogatoire du juge d'instruction", a-t-elle ajouté.

Cet ancien footballeur de bon niveau, qui a disputé une douzaine de matches en 1re division avec Sochaux à la fin des années 1970, est membre de longue date de la FFT. Il avait déjà été candidat à la présidence face à Christian Bîmes en 2005. En février 2017 il était encore l'un des trois candidats à la succession de Jean Gachassin à la tête de la FFT. A l'issue d'une campagne houleuse, il avait été battu de peu par Bernard Giudicelli, président de la Ligue de tennis de Corse, dont M. Dartevelle est depuis l'un des opposants.

Les deux hommes, vice-présidents de la FFT sous Gachassin, ont été soupçonnés d'avoir revendu de manière illicite des billets et étouffé des suspicions de malversations pesant sur leur président. Un "pacte du silence", selon l'Inspection générale de la jeunesse et des sports (IGJS), et des faits que Jean-Pierre Dartevelle et Bernard Giudicelli ont toujours nié.
 

AFP