Victoria Azarenka
Victoria Azarenka | AFP

Victoria Azarenka rejoint Li Na en finale

Publié le , modifié le

La finale de l'Open d'Australie opposera Victoria Azarenka, tenante du titre, à la Chinoise Li Na. La Bélarusse s'est qualifiée aux dépens de l'Américaine Sloane Stephens en deux sets 6-1, 6-4, non sans avoir créé une polémique en demandant un improbable temps mort médical en toute fin de match. Elle devra à la fois défendre son titre et sa place de N.1 mondiale, samedi face à Li qui a créé la surprise en dominant la Russe Maria Sharapova 6-2, 6-2.

Tombeuse de Serena Williams la veille, Stephens n'est cette fois pas parvenue à rééditer un exploit lors de cette quinzaine australienne. Cela n'a pas empêché Azarenka de se faire une petite frayeur lorsqu'elle s'est foulée la cheville alors qu'elle menait 6-1, 2-0. L'Américaine qui  avait déjà profité des douleurs au dos de Serena Willams, ne s'est pas privée pour revenir à 2-2, mais son adversaire a finalement eu plus de peur que de mal, et la N.1 mondiale a pu repartir de plus belle. Stephens a eu le mérite de sauver cinq  balles de match à 5-3 sur le service de son adversaire. C'est alors qu'Azarenka a jugé utile de prendre un temps mort médical pour retourner aux vestiaires, et accessoirement casser le rythme du match. "Je me sentais envahie par l'émotion, j'ai réalisé que j'étais si près de  la finale, c'étaient les nerfs", expliquera plus tard Azarenka.

"Une farce absolue"

Une fois de retour sur le court, la Bélarusse a pu prendre pour la septième  fois le service de Stephens. Mais ce scénario n'est pas passé inaperçu pour de nombreux observateurs. "Ce n'est pas juste, elle n'avait pas le droit de prendre un temps-mort  médical car ce n'était pas pour une blessure. Faire ça à ce moment du match, ce  n'est pas bien", a ainsi lancé l'ex-joueuse américaine Pam Shriver. "C'est une farce absolue", a même tweeté Patrick McEnroe, ancien joueur et  ancien capitaine de l'équipe américaine de Coupe Davis. Vainqueur à Melbourne en 2012, et finaliste à l'US Open, Azarenka va pouvoir disputer sa troisième finale d'un Grand Chelem. En finale, elle tentera de décrocher comme sa prochaine adversaire un deuxième titre du Grand Chelem.

Sharapova: "Ce n'était pas mon jour"

Mais la pression sera peut-être plus sur les épaules d'Azarenka qui en cas de défaite, perdrait automatiquement sa place de N.1 mondiale, au profit de Serena Williams. En face, Li Na (notons que le nom de famille précède le prénom en chinois), rêve de triompher de nouveau dans un majeur, comme elle l'a fait à Roland-Garros en 2011. "Je ne sais pas ce qui s'est passé aujourd'hui. Au  début j'étais pourtant très nerveuse, mais j'y suis allé à fond, et ça a  marché. En 2011 j'étais un peu sous le choc car c'était ma première finale du Grand Chelem", explique-t-elle. "Je ne savais pas trop quoi faire. Là j'ai plus d'expérience, ça devrait aller mieux. Il y avait plus de pression il y a deux ans. Lorsque j'ai  perdu ici ça a décuplé ma faim de titres." De son côté, Sharapova a simplement estimé qu'elle n'était pas dans un grand jour. "Elle a dicté le jeu et à  certainement été plus agressive que moi. J'étais tout le temps acculée en  défense. Quand j'ai tenté des choses, j'ai fait trop de fautes. J'ai eu des  occasions mais ce n'était pas mon jour aujourd'hui", a-t-elle dit.

Romain Bonte