Le Suisse Roger Federer motivé
Le Suisse Roger Federer motivé | PAUL CROCK / AFP

Tranquilles comme Federer et Nadal

Publié le , modifié le

Roger Federer (N.3) a gardé les nerfs solides pour se débarrasser du Croate Ivo Karlovic en trois sets 7-6 (8/6), 7-5, 6-3. Rafael Nadal (N.2) a fait preuve d'une application extrême pour battre 6-2, 6-4, 6-2 le Slovaque Lukas Lacko, qu'il savait pouvoir être dangereux. Les deux cadors ont mis le cap vers les huitièmes de finale. Suivis par Philipp Kohlschreiber, Juan Martin Del Potro (N.11), Tomas Berdych (N.7) et Nicolas Almagro (N.10).

Karlovic? "Il est vraiment difficile à jouer". Federer se méfiait d'une rencontre face à un joueur avec qui il avaient joué treize tie-breaks en dix matches même s'il en avait gagné dix. Pour sa seule défaite face au Croate, en 2008 à Cincinnati, il en avait perdu deux. Il paraissait donc évident que ces deux grands serveurs, au style bien différent, auraient du mal à éviter un nouveau jeu décisif. Il est intervenu dès le premier set et c'est encore le N.3 mondial qui a su remporter les points qui comptent. Karlovic, 32 ans, 57e mondial, a eu une balle de set à 6-5 en sa faveur dans le tie-break. Mais Federer l'a sauvée d'un astucieux lob, alors que les deux joueurs s'étaient retrouvés au filet. "J'avais le bon angle et j'ai peut-être réussi à le surprendre", a-t-il expliqué au sujet de ce coup. "Ça a marché et après ça j'ai réussi un grand retour".

Le Suisse, pas affecté du tout par ses trois jours complets de repos après le forfait mercredi au deuxième tour de l'Allemand Andreas Beck, a ensuite saisi sa première opportunité de s'offrir le set sur un service gagnant. "Les choses ont bien tourné pour moi. Après ça, je me suis peut-être relaxé un peu. J'ai un peu mieux lu son service. Le premier set était important, clairement", a-t-il noté. Le plus dur était fait pour Federer, en quête d'un cinquième titre en Australie (2004, 2006, 2007, 2010), qui est parvenu à prendre une fois le service de Karlovic dans les deux derniers sets. "De manière générale, je me sens bien. Aucun problème avec le dos aujourd'hui. Je n'y ai même pas pensé pour être honnête." Victorieux en trois sets, le Suisse arrive en forme et peu entamé pour les huitièmes.

Nadal tout aussi appliqué

De son propre aveu, Nadal a réussi son "meilleur match" du tournoi, face au dernier qualifier encore en lice Lacko, l'un des rares joueurs (neuf pour être précis) à lui avoir pris un set 6-0, à Doha en 2011. L'Espagnol a dû se montrer particulièrement appliqué, surtout dans un début de match où Lacko 24 ans, 119e mondial, ne s'est pas laissé impressionner à l'image des quatre premiers jeux acharnés. Vingt-huit coups ont été échangés lors du premier point et les deux premiers jeux ont duré 14 minutes. Après avoir perdu son service d'entrée, le 119e mondial qui joué son premier 3e tour d'un Grand Chelem a immédiatement débreaké.

Comme depuis le début de la semaine, l'Espagnol a laissé une excellente impression. Il a repris le service adverse à 4-2 dans le premier set et, dès lors, les choses se sont simplifiées pour lui, Lacko ouvrant les vannes. "C'était un match complet, solide", a-t-il estimé. "Je suis très content de mon jeu. Être en huitièmes sans avoir perdu un set, c'est une fantastique nouvelle. J'ai joué trois matches à un très bon niveau. Aujourd'hui, c'était le meilleur, solide, sans erreur." Il retrouvera son compatriote Feliciano Lopez (N.18), tombeur de l'Américain John Isner (.N.16) au terme d'un marathon de cinq manches 6-3, 6-7 (3/7), 6-4, 6-7 (0/7), 6-1.

Del Potro, Berdych et Amalgro en forme

Les outsiders de la première levée du Grand Chelem commence à se dévoiler. Ainsi, l'Allemand Philipp Kohlschreiber a sortie son meilleur tennis pour écarter de sa route le Colombien Alejandro Falla en trois manches 6-3, 6-2, 7-6 (7/3). Il aura fort à faire face à un autre sud-américain en huitième. En effet, il affrontera Juan Martin Del  Potro, tête de série N.11, qui a rossé le Taïwanais Lu Yen-Hsun en trois sets 6-2, 6-3,  6-0. En pleine possession de ses moyens physiques, l'Argentin a commis un minimum d'erreurs (13 fautes directes), n'a eu à  défendre aucune balle de break et a été très réaliste sur celles qu'il s'est  procurées.  "J'ai joué, je  pense, mon meilleur match de l'année. J'ai vraiment frappé mon coup droit avec  confiance pendant tout le match. J'ai mieux servi que ces deux derniers matches  et mon jeu s'améliore. C'est un bon signal pour le prochain tour", a-t-il reconnu.

Plus attendus, le Tchèque Tomas Berdych (N.7) et l'Espagnol Nicolas Almagro (N.10) ont passé sans encombre le cap du troisième tour. Le premier en battant le Sud-africain Kevin Anderson (N.30) en trois sets 7-6 (7/5), 7-6 (7/1), 6-1, le second en éliminant le Suisse Stanislas Wawrinka (N.21) 7-6 (7/2), 6-2, 6-4. Le jeune Australien Bernard Tomic sur qui repose beaucoup d'espoir a bataillé durant cinq manches pour venir à bout de l'Ukrainien Oleksandr Dolgopolov Jr. (N.13) 4-6, 7-6 (7/0),  7-6 (8/6), 2-6, 6-3. Un vrai performance pour Tomic.

Mathieu Baratas

Open d'Australie