Roger Federer rêve d'un 20e Grand Chelem

Roger Federer rêve d'un 20e Grand Chelem

Publié le , modifié le

Revenu au sommet de son art en 2017, Roger Federer rêve d'atteindre le cap des vingt titres du Grand chelem à l'Open d'Australie, qui commence lundi à Melbourne, et rien sur le papier ne s'oppose à ce que son épopée se poursuive, si ce n'est le poids du temps.

Qu’est ce qui pousse encore Roger Federer ? La réponse tient en chiffre, une barre symbolique : 20 comme vingt titres du Grand Chelem. Aujourd’hui, le plus beau palmarès de l’histoire du tennis est évidemment plus proche de la fin que du début. Et pourtant, c’est bien lui le favori de l’Open d’Australie qui débutera dans la nuit de dimanche à lundi. A 36 ans (et demi), l'heure de la fin de règne approche forcément. C'est du moins ce que doivent se dire ses rivaux, Rafael Nadal (31 ans), l'autre grand revenant de la saison dernière, Novak Djokovic (30 ans), qui tentera son propre "come-back" après un long arrêt, et surtout les plus jeunes, Grigor Dimitrov (26 ans), Alexander Zverev (20 ans), Dominic Thiem (24 ans), David Goffin (27 ans), voire Nick Kyrgios (22 ans) ou Lucas Pouille (23 ans), avides d'ouvrir une nouvelle ère.

Début de saison parfait pour Federer

Mais le Suisse maîtrise le temps comme un horloger suisse. Beaucoup s’accordent pour dire que son break de six mois en 2016 est l’une des raisons principales de sa formidable saison 2017 (deux Grands Chelems et trois Masters 1000). Ainsi, le Bâlois a disputé 12 tournois seulement en 2017 (contre 25, par exemple, pour le jeune Zverev) et a carrément zappé la saison sur terre battue.

Il débarque à Melbourne en pleine forme physique pour y remporter un sixième titre (en 19 participations) après une mise en jambes victorieuse à la Hopman Cup (par équipes). Et même s'il a perdu à l'US Open et au Masters en fin d'année dernière, sa confiance est au beau fixe après sa splendide saison (7 tournois gagnés, dont un 8e Wimbledon, 5 matchs perdus seulement sur 57 joués).

Nadal, Djokovic et Wawrinka dans l’inconnu

D’où viendra le danger pour Federer ? Parmi ses meilleurs ennemis, les trentenaires n’arrivent pas dans leur meilleur état de forme. Rafael Nadal a dû renoncer au tournoi de Brisbane à cause d'une douleur persistante au genou, la même qui l'avait contraint à l'abandon pendant le Masters en novembre. Novak Djokovic n’est lui aussi pas au mieux. Après six mois passés à soigner son coude, le Serbe, vainqueur six fois à Melbourne, a retardé sa rentrée prévue à Doha (Qatar). Comme l'Espagnol, il n'a eu que l'exhibition de Kooyong pour se remettre dans le rythme. Stan Wawrinka retrouve lui aussi les courts après une demi-saison blanche.

C'est peut-être dès lors le moment pour la relève de prendre enfin le pouvoir et de sonner la fin du "Big Four" qui rafle (presque) tout depuis plus de dix ans. Le Bulgare Grigor Dimitrov, demi-finaliste l'an passé et couronné au Masters, ferait un beau vainqueur. Le Belge David Goffin, finaliste à Londres et en Coupe Davis contre la France, joue le meilleur tennis de sa vie. A défaut, peut-être sautera-t-on directement à la génération suivante avec l'enfant du pays Nick Kyrgios ou l'Allemand Alexander Zverev.

Avec AFP

Christophe Gaudot @ChrisGaudot

Open d'Australie