Open d'Australie - Tsonga retrouve Djokovic pour un retour vers le futur

Publié le , modifié le

Auteur·e : Thierry Tazé-Bernard
Jo-Wilfried Tsonga combatif
Jo-Wilfried Tsonga combatif | AFP - PETER PARKS

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Invité sur le tournoi en raison de sa place de 177e mondial, Jo-Wilfried Tsonga s'est qualifié avec autorité et sérieux pour le 2e tour de l'Open d'Australie. A 33 ans, demi-finaliste à Sydney, il a pris le meilleur sur un Martin Klizan qui a joué aux montagnes russes. Un succès 6-4, 6-4, 7-6 (7/5) en 2h26 qui lui permet d'attendre une vieille connaissance au 2e tour: Novak Djokovic. Un match au goût de passé puisque le Serbe avait privé le Français du titre ici-même en 2008, dans le tournoi qui avait fait exploser les deux hommes aux yeux du monde.

Jo-Wilfried Tsonga est sur le bon chemin. Ecarté des terrains pendant près de 8 mois la saison passée, le Français retrouve ses sensations, son physique et ses forces. Demi-finaliste à Brisbane en début d'année, il a cette fois pris son ticket pour le 2e tour de manière très positive. Opposé à Martin Klizan, dont le bras gauche, le service , le statut de 40e mondial actuel et d'ancien 24e mondial, est un véritable danger pour tout joueur. 

Service, coup droit, physique, les vieilles recettes au goût du jour

Dominer un tel joueur en trois manches, cela n'est pas donné à tout le monde. Le Français l'a fait en s'appuyant sur les recettes qui ont fait ses succès passés: 23 aces au compteur (pour seulement 4 doubles fautes), une 1re balle chronométrée au mieux à 217km/h, pas une seule balle de break à défendre, 53 coups gagnants (contre 30 à son adversaire). Bref, du costaud, du lourd. Mais il a été bien aidé par le Slovaque, pas toujours très combatif, ce qui pouvait rendre le match encore plus compliqué. Alternant coups dans les bâches et coups gagnants, Klizan a fini par rompre au jeu décisif du 3e set.

Désormais, c'est Novak Djokovic qui s'avance. Vainqueur du qualifié Krueger 6-3, 6-2, 6-2, le Serbe s'est qualifié pour le 2e tour à Melbourne pour la 13e année de suite. Ce sera le 23e match entre les deux hommes, le premier depuis 2016. Mais surtout, cet affrontement étai l'affiche surprise de la finale de l'Open d'Australie 2008. Leur premier duel. A l'époque, Tsonga avait créé la sensation en écartant Rafael Nadal de la course au prix d'un match exceptionnel. Mais en finale, il avait cédé face au Serbe en quatre sets.

L'actuel N.1 mondial avait alors accroché le premier de ses 14 titres en Grand Chelem. Le Manceau, lui, n'a plus jamais atteint une finale en Grand Chelem, et ne l'a battu que six fois sur les 22 rencontres, et qu'une seule fois lors des 13 derniers duels. Onze ans après, les deux hommes sont désormais trentenaires (31 ans pour le Serbe, 3 pour le Français) et père de famille. Les années ont passé, et leur carrière a pris un tournant bien différent l'une de l'autre.

"Après la période que j'ai passée (il a été blessé la majeure partie de la saison 2018, ndlr), c'est un clin d'oeil sympa de retrouver Djokovic en Australie. (sur son état physique) Physiquement, il faut que je me réhabitue aux matches comme aujourd'hui, à récupérer et être prêt pour le suivant", a réagi Jo-Wilfried Tsonga. "Si j'arrive à ne pas avoir de balles de break à sauver au tour suivant, je serai super content, mais je n'y crois pas beaucoup... Je me réjouis de pouvoir jouer de nouveau sur un grand court contre un très grand joueur. C'est le bout d'un périple assez long, certainement pas terminé, mais c'est déjà une bonne récompense de pouvoir jouer contre Novak sur un grand court. Si je suis encore sur le circuit, c'est pour vivre ces moments-là. J'espère que je vais faire un grand match. J'aurais préféré le rencontrer un peu plus tard, mais en même temps, plus il plus va jouer de matches, plus il sera réglé..."