Open d'Australie : Novak Djokovic maîtrise Roger Federer et disputera une 8e finale à Melbourne

Publié le , modifié le

Auteur·e : Mathieu Aellen
Novak Djokovic

Novak Djokovic tentera bien d'aller chercher un huitième titre à Melbourne. Le Serbe s'est qualifié pour la finale de l'Open d'Australie en dominant logiquement Roger Federer en trois sets (7-6[1], 6-4, 6-3). Le Suisse, auteur d'un début de match canon, aura eu sa chance dans le premier set avant de devoir rendre les armes.

Il n'y aura cette fois pas eu de miracle. Revenu de nulle part face à John Millman au 3e tour avant de remettre ça en quarts de finale en sauvant 7 balles de match contre Tennys Sandgren, Roger Federer n'était pas en mesure de lutter face à la machine Novak Djokovic. Impressionnant depuis le début du tournoi et grand favori à sa propre succession, le N°2 mondial a fait parler sa maîtrise pour s'imposer en trois sets (7-6[1], 6-4, 6-3) et s'offrir une huitième finale à Melbourne, où il retrouvera Alexander Zverev ou Dominic Thiem. Dans le dur physiquement, avec une blessure à l'adducteur qui a longtemps fait craindre un forfait du Suisse, Federer a fait ce qu'il a pu et n'aura pas démérité, et pourra surtout regretter un premier set qu'il a laissé filer entre ses doigts...

L’issue de cette demi-finale aurait-elle été différente si Roger Federer avait converti l’une de ses trois balles de double break à 4-1 dans le premier set ? Pas sûr, tant le Suisse n’a pas paru capable de tenir physiquement sur la durée, mais le tournant de ce 50e Djokovic-Federer de l’histoire est forcément à chercher du côté de ce 6e jeu alors que le N°3 mondial était simplement en lévitation. Incisif et offensif, dans le pur style Federer, "Rodgeur" est alors dans son monde. Un break à 1-0, puis un deuxième pour répondre à celui de Novak Djokovic et mener 3-1, du relâchement sur les services du Serbe et 16 coups gagnants au compteur : Federer fait mieux que tenir la cadence et sort le début de partition parfait face à un Novak Djokovic particulièrement nerveux.

Jusqu'à donc ce 6e jeu et ces trois occasions manquées qui relance la machine serbe, passée en mode cyborg après avoir débreaké pour remettre le Bâlois sous pression. Auteur de 10 fautes directes jusque-là, Novak Djokovic se transforme en M.Propre avec... une seule faute directe sur les 6 derniers jeux, et un tie-break parfait, ne laissant qu'un seul point en route. Malgré 26 coups gagnants du côté du Suisse, le Djoker est lancé et ce n’est tout de suite plus la même chanson pour un Federer diminué physiquement et contraint, déjà, de réclamer un temps-mort médical.

Roger Federer
Roger Federer © William WEST / AFP

On le pressent mais Federer a laissé passer sa chance et le choc se transforme rapidement en cavalier seul, car jamais le Suisse ne sera capable de déstabiliser de nouveau le roc serbe. Constamment mis en danger par Federer sur son service lors de la première manche, Novak Djokovic cette fois déroule sur ses mises en jeu, ne laissant que quatre petits points (et donc zéro balle de break) à son adversaire durant ce deuxième set. Poussé par le public de la Rod Laver Arena, Roger Federer reste au contact, sauve trois balles de break et tente au maximum d'écourter les échanges, avec quelques fulgurances au filet mais lui-même n'a jamais semblé croire à un renversement de situation, pour une demi-finale dont le suspense n'aura finalement duré qu'à peine le temps d'un set.

Djoko vise le grand 8

Car le troisième set ne fut qu'un copier-coller de cette deuxième manche, avec un Novak Djokovic en métronome et un Roger Federer jusqu'au boutiste dans ses velléités offensives, principalement pour la forme. Un ultime revers dans le filet du Suisse et "Djoko" pouvait laisser éclater sa joie. Le tenant du titre, en quête d'un 17e trophée du Grand Chelem qui le rapprocherait du record de Federer (20) et du total de Rafael Nadal (19), affrontera en finale Dominic Thiem ou Alexander Zverev. Les deux "minots" de ce dernier carré, tous deux en quête d'un premier titre en Majeur, savent qu'ils auront une montagne à gravir. Car Novak Djokovic ne fait pas les choses à moitié à Melbourne. 7 finales, 7 sacres. Pour le grand 8 dimanche ?