Andy Murray Open d'Australie
Le joueur britannique Andy Murray | SIPA - RICK RYCROFT

Open d'Australie: Murray use Raonic pour retrouver Djokovic

Publié le , modifié le

Andy Murray, numéro 2 mondial, s’est qualifié pour la finale de l’Open d’Australie en venant à bout de Milos Raonic (N.13) en 4h03 et cinq manches, 4-6, 7-5, 6-7(4), 6-4, 6-2. Mené deux sets à un, le Britannique a su serrer le jeu pour inverser un match mal engagé grâce à sa plus grande expérience et à son endurance supérieure. Raonic pourra regretter les deux balles de débreak ratées à 5-4 au quatrième, le Canadien s’effondrant ensuite. L’Ecossais affrontera dimanche l’ogre Novak Djokovic pour la cinquième fois à Melbourne dont trois en finale (2011, 2013 et 2015). Il ne l’a jamais battu sur la Rod Laver Arena.

Victoire longue à se dessiner mais logique

Andy Murray a répondu présent. Malmené par la tornade de ce début de saison (victoire à Brisbane contre Federer puis succès devant Wawrinka et Monfils ici-même), le successeur de Fred Perry a validé certes difficilement son ticket pour la finale du premier tournoi du Grand Chelem de la saison. Il s'est montré autoritaire à partir du quatrième set lorsqu'il s'est retrouvé à une manche de l'élimination. Serrant la garde, le Britannique a commis moins de fautes directes (28 à 78) même s'il n'a inscrit que 38 points gagnants (contre 72 à son coriace adversaire). Sa domination sur le long terme est illustré par un chiffre: 16. C'est le nombre de balles de break obtenues par Murray pour seulement 4 converties (contre 1/6 pour son rival). 

Dimanche en finale, face au glouton sans gluten qui ne laisse que des miettes à ses poursuivants, le numéro 2 mondial devra sortir LE match s'il veut remporter l'un des deux derniers Majeurs qui lui manquent. Il est en effet mené 21-9 dans ses confrontations avec Novak Djokovic mais le Serbe a remporté 13 des 15 derniers matches (et même 13/15). Murray est surtout dominé 6-2 en Grand Chelem. Il n'a plus battu son tyran depuis la finale de Wimbledon 2013 dans les grands rendez-vous et, statistique terrible, il s'est incliné quatre fois sur quatre lors des cinq éditions précédentes à Melbourne (dont l'épique demi-finale de 2012). Grâce à ce succès, il conservera sa place de numéro 2 au classement ATP lundi tandis que Raonic pointera au 11e rang. 

Milos Raonic attaquait pourtant la rencontre tambour battant. Il réussissait le break blanc d’entrée sur un coup droit profond qui prenait de vitesse un Andy Murray pas encore entré dans le vif du sujet (1-0). "Quand on joue contre quelqu'un qui est difficile à breaker, il faut protéger son propre service", analysait le dauphin de Djokovic. Dans le jeu suivant, c’était au tour du Britannique de se procurer trois balles de débreak. Trois occasions de recoller manquées par l’Ecossais, Raonic prenant l’initiative à chaque fois. Le Canadien alignait même cinq points consécutifs pour confirmer son avantage sur une volée de coup droit bien claquée. Raonic était lancé et il faisait la course en tête (2-1 puis 3-2). A 4-2, le joueur d’origine monténégrine s’offrait deux balles de double break mais Murray les annihilait pour rester au contact. Raonic enlevait finalement la manche (6-4) sur un ace (en 36 minutes).

Murray égalise

Andy Murray réagissait dès l’entame du deuxième acte. A 1-0, il obtenait une balle de break magistralement sauvée par son rival (service puissant, attaque de coup droit). Deux points plus tard, Raonic égalisait à un jeu partout. Le Canadien commettait néanmoins pas mal de fautes ce qui profitait à Murray qui s’offrait une nouvelle occasion de ravir l’engagement adverse à 3-2. Malheureusement pour lui, le numéro 2 mondial manquait son passing de revers qui échouait dans la bande du filet. Contrairement aux victimes de Raonic lors des matches précédents, Murray retournait plutôt bien le service du colosse au visage poupon, mais Roanic montrait tout son talent pour s’extirper de situations dangereuses en alignant quelques coups droits décroisés dignes d’Andre Agassi ou Miloslav Mecir. A 6-5, Murray parvenait toutefois à placer une nouvelle accélération pour s’emparer du service adverse grâce à un magnifique passing puis un retour dans les pieds poussant Raonic à la faute en volée de revers. L’Ecossais recollait à une manche partout (7-5 après 1h30 de jeu).  

Servant de nouveau en premier dans la troisième manche, Andy Murray avait l’avantage de faire la course en tête (1-0 puis 3-2, 4-3). A 4-4, il était toutefois sous pression (0-30) mais s’en sortait pour rester devant malgré des soucis en coup droit. Toujours aussi tranquille sur sa mise en jeu, Milos Raonic serrait le jeu pour égaliser à 5 partout. Dans le jeu suivant, il menait de nouveau 30-0 sur l’engagement adverse en se montrant offensif. Il se procurait une balle de break quelques points plus tard mais Murray le poussait à la faute et conservait l’espoir de basculer à 2-1. Un jeu décisif allait départager les deux hommes. Dans ce tie-break, Raonic réussissait le mini-break (1-0) aussitôt gâché par une volée ratée. Un retour gagnant sur deuxième balle lui permettait de mener 3-1 puis 4-2 et 5-2 après deux smashs superbes. Murray revenait à 4-5 mais il se montrait trop attentiste au point suivant. Et Raonic le punissait d’un ace pour prendre l’avantage au score (7-6(4)).

Raonic lâche prise

Dos au mur, le Britannique était contraint de durcir le jeu dans le quatrième acte. Après une pause médicale prise par son rival à 2-1, il égalisait à 3-3 avant de s’emparer du service de son adversaire sur un jeu blanc en profitant de quelques erreurs du Nord-Américain. "J'ai eu du mal à pousser sur ma jambe à cause de mes adducteurs à partir du milieu du troisième set. C'est ce que j'ai vécu de plus désespérant sur un court", a ainsi expliqué le joueur de 25 ans. De son côté, Murray reconnaissait la valeur de son opposant. "Il tapait la balle mieux que moi au début. La blessure l'a significativement affecté à la fin. La perte du troisième a été dure. Après je tapais la balle bien plus nettement et j'ai plus dicté les échanges qu'avant, ce qui l'a obligé à courir."

Dans la foulée, Murray menait 40-0 avant de concéder quatre points de suite. Contraint de sauver une balle de débreak, il montait à l’assaut pour déposer une volée de coup droit salvatrice. L’Ecossais criait son soulagement dans la Rod Laver Arena avant de conclure le jeu par deux coups droits imparables, l’un décroisé, l’autre long de ligne (5-3). Il obtenait ensuite une balle de set mais sortait son revers. Raonic se donnait un sursis en revenant à 4-5. Quelques instants plus tard, le Canadien s’offrait deux balles de 5-5. Murray se montrait alors intraitable pour aligner quatre points consécutifs (6-4 et deux sets partout après 3h10).

Déçu par ces occasions ratées, Milos Raonic "foirait" totalement sa mise en jeu suivante en commettant deux vilaines double-fautes, l’une pour débuter le jeu, l’autre pour concéder le break d’emblée. Cette cinquième manche ne pouvait pas mieux commencer pour le futur papa qui a dit qu’il quitterait le tournoi sitôt que sa femme accoucherait (le bébé est prévu pour début février). Murray avait la réussite de son côté et il confirmait sa légère avance (2-0). Par rapport au début de match, il était enfin parvenu à ramener Raonic dans sa filière. Le champion olympique enfonçait le clou au jeu suivant en appuyant sur le point faible adverse, le revers (3-0). A 4-0, Murray bénéficiait de nouvelles balles de break finalement infructueuses. Ca n’empêchait pas l’enfant de Dunblane de poursuivre sa mise à mort pour s’imposer sur le score sévère de 6-2 -sur un coup droit gagnant- dans ce final à sens unique qui dénotait avec le déroulé de la partie. Murray venait clairement d’essorer Raonic. Il en faudra (beaucoup) plus pour inquiéter Djokovic dimanche.