Novak Djokovic, vainqueur de son 7e Open d'Australie
Novak Djokovic, vainqueur de son 7e Open d'Australie | RECEP SAKAR / ANADOLU AGENCY

Open d'Australie : l'hégémonie Djokovic

Publié le , modifié le

En dominant Rafael Nadal en finale de l’Open d’Australie ce dimanche, Novak Djokovic a conquis le 15e Grand Chelem de sa carrière, le 7e à Melbourne – un record. Un symbole pour le Serbe, qui depuis son retour en grâce l’été dernier n’en finit plus de briller à chacun de ses rendez-vous avec l’histoire.

Il y avait comme une certaine impression de déjà-vu au moment de graver pour la septième fois le nom de Novak Djokovic sur le trophée du Grand Chelem australien. 7 finales, 7 titres, et désormais Roy Emerson et Roger Federer dans le rétroviseur. A Melbourne, "Djoko" est désormais le seul roi. Face à un Rafael Nadal incandescent depuis le début de cette quinzaine australienne, le N°1 mondial n’a pas tremblé lors de la finale ce dimanche et il aura suffi de trois sets et d’à peine deux heures de jeu (2h04) pour refaire de Melbourne son territoire. Une démonstration, un véritable récital face à son meilleur ennemi et une revanche pour le Serbe, qui restait ici sur deux désillusions avec deux éliminations précoces en 2017 (sorti au 2e tour par Denis Istomin) et en 2018 (éliminé au 3e tour par Chung Hyeon). 

La joie de Novak Djokovic
La joie de Novak Djokovic © RECEP SAKAR / ANADOLU AGENCY

e tour, puis deux face à Medvedev.

"Djoko" breaké, on ne le reverra finalement plus. D’abord en profitant de l’abandon précoce de Kei Nishikori, avant d’offrir au pauvre Lucas Pouille - seulement quatre jeux marqués - un aperçu de ce à quoi ressemble un Novak Djokovic touché par la grâce. "Du premier au dernier point, c'était parfait. J'ai produit tout ce que je voulais faire au moment où je voulais le faire, savourait le N°1 mondial après la demi-finale, non sans savoir que "le plus grand challenge, c'est d'essayer de répéter ça."

Un challenge loin de faire peur à Novak Djokovic, qui a littéralement surclassé Rafael Nadal, dans une finale de Grand Chelem pourtant promise comme l’une des plus indécises de ces dernières années. Mais suspense, il n’y pas eu. "C'est un des meilleurs matches, si ce n'est le meilleur, que j'ai joué en finale de Grand Chelem", a confié "Djoko" après le match. Et difficile de lui donner tort. Avec seulement 13 points perdus sur son service, une seule balle de break concédée, un ratio de 16/18 au filet et seulement 9 fautes directes distillées, Djokovic a sorti la prestation majuscule, pour graver un peu plus dans le marbre un titre qui restera quoi qu'il arrive à jamais dans les mémoires

à voir aussi Open d'Australie : Novak Djokovic exécute Rafael Nadal en finale Open d'Australie : Novak Djokovic exécute Rafael Nadal en finale

Dans les mémoires, d’abord, pour le contexte. Opéré du coude droit il y a tout juste un an, sorti sans gloire en quarts de finale de Roland-Garros et bouté hors du top 20 mondial il y a huit mois, rien n’envisageait un tel come-back de Novak Djokovic tout en haut du tennis mondial. "Je revois le chemin parcouru ces douze derniers mois... Il y a un an exactement, j'étais opéré. Etre debout devant vous aujourd'hui, et avoir réussi à gagner ce titre, trois titres du Grand Chelem de plus, c'est extraordinaire", a retracé "Djoko".

Dans les mémoires, ensuite, car en six mois, Novak Djokovic n’a pas manqué de saisir chaque occasion pour prendre rendez-vous avec l’histoire. Sur l’herbe de Wimbledon, Djokovic en a profité pour redevenir Djokovic et mettre fin à une disette de deux ans sans titre en Grand Chelem. A l’US Open, il a confirmé sa résurgence, égalant Pete Sampras avec un 14e titre en Majeur. Enfin à Melbourne, il s’est offert un 15e sacre, pour s’assoir seul sur la troisième marche des joueurs les plus titrés en Grand Chelem, juste derrière Roger Federer (20) et Rafael Nadal (17).

Avec 21 victoires de rang en Majeur, Novak Djokovic tentera à Roland-Garros de rentrer un peu plus dans l’histoire, en devenant le seul joueur à remporter deux fois les quatre tournois du Grand Chelem à la suite, après l'avoir fait à cheval sur les années 2015 et 2016. Sur les terres de Rafael Nadal, et avec un Roger Federer sans aucun doute motivé à briller pour ce qui pourrait être ses derniers pas sur l’ocre parisien, le défi sera de taille pour Djokovic. Mais rien ou presque ne semble capable d'arrêter l'ogre serbe.