Richard Gasquet
Richard Gasquet | PAUL CROCK / AFP

Open d'Australie: Gasquet navigue à vue

Publié le , modifié le

Richard Gasquet affronte ce mercredi Nikolay Davydenko, vétéran du circuit loin de son niveau de 2006 lorsqu’il avait atteint la 3e place mondiale. Tête de série numéro 9, le Français part favori contre le papy russe, quatre fois quart-finaliste à Melbourne (de 2005 à 2007 et en 2010). Reste à gérer un état de forme encore incertain.

Ne serait-ce cette lésion intercostale qui lui gâche son début de saison, Richard Gasquet aurait de quoi se réjouir. Après avoir achevé l’année 2013 dans le Top 10, le demi-finaliste de l’US Open entendait bien attaquer bille en tête 2014 et son premier grand rendez-vous : l’Open d’Australie.

Battu dès les huitièmes de finale à Doha par un bon Gaël Monfils, le Biterrois a enchaîné avec une exhibition tronquée à Kooyong (victoire face à Gilles Simon en demie mais forfait avant sa finale contre Tomas Berdych).

Un rang à tenir

Son premier tour vite expédié contre son compatriote David Guez (176e à l’ATP, issu des qualifications) a renforcé les convictions du Languedocien, bien décidé à rééditer ses performances de 2013 (deux titres remportés, demie à Miami, quarts à Monte-Carlo, Montréal et Paris-Bercy).

Le parcours progressif qui lui est proposé dans cet Australian (Guez, Davydenko puis éventuellement Tommy Robredo avant un huitième possible face à Stan Wawrinka pour une revanche souhaité du dernier Roland-Garros) doit permettre à un bon Gasquet de viser haut, pourquoi pas un quart de finale contre Novak Djokovic ?

En revanche, le Richie contrarié dans sa préparation comme à l’issue de son premier match lundi –maîtrisé mais pas excellent- a tout à craindre du successeur de Kafelnikov et Safin. "C’est le premier match, ce n’est pas facile physiquement, je manque beaucoup de rythme et je continue à avoir de grosses douleurs", a confié le numéro 1 tricolore désormais coaché par un binome composé de Sébastien Grosjean et Sergi Bruguera, deux anciens top 4 (le Catalan à même été 3e ATP en 1994). De quoi donner des idées…

Grégory Jouin @GregoryJouin

Open d'Australie