Open d'Australie : Dominic Thiem pousse Rafael Nadal vers la sortie

Publié le , modifié le

Auteur·e : Xavier Richard
Dominik Thiem rage Melbourne
Toute la rage et la puissance de Dominik Thiem dans cette grimace | DAVID GRAY / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Ultra-solide et surpuissant, Dominic Thiem est venu à bout de Rafael Nadal en quarts de finale de l'Open d'Australie. L'Autrichien s'offre le N.1 mondial en quatre sets 7-6 (3), 7-6 (4), 4-6, 7-6 (6), une première en Grand Chelem. Le voilà dans le dernier carré face à Alexander Zverev, dernier rescapé de la nouvelle génération. C'est sa 5e demi-finale d'un tournoi majeur, la première hors de Roland-Garros.

Des salles combles, des tournées d’adieu qui n’en finissent pas, la jeunesse éternelle. On ne parle pas d’ACDC ou des Rolling Stones mais des papys du tennis. Sempiternelle évocation d’un temps ancien et nouveau confisqué par les monstres sacrés du « big three ». Après les qualifications de Roger Federer et Novak Djokovic, Rafael Nadal avait lui aussi l’opportunité de rejoindre le dernier carré de l’Open d’Australie sous un soleil déclinant. Lors d’une nouvelle « night session » de haute volée, Dominic Thiem a pourtant plongé l’Espagnol dans les ténèbres. Et c’est tout sauf une surprise tant l’Autrichien dispose à 26 ans des armes d’un futur vainqueur de Grand Chelem. "Pour la première fois je serai le plus vieux d'une demie de Grand Chelem !" a-t-il plaisanté.

Le temps des regrets pour Nadal

Plus « vieux » que la nouvelle génération des Zverev, Tsisipas et Medvedev, le N.5 mondial a étalé pendant quatre manches une puissance et une justesse qui a manqué à tellement de joueurs face à l’ogre espagnol. Il a surtout réussi à se surpasser mentalement lorsque Nadal a pris les devants dans les deux premiers sets. Un break que le N.1 mondial n’a jamais pu préserver jusqu’au bout. Il en tirera beaucoup de regrets, notamment dans la première manche avec une balle de set à 5-4 40-30 sur son service. Mais Thiem est revenu à chaque fois en cognant toujours plus fort. Nadal avait beau s’appliquer à sortir son adversaire du court, l’Autrichien avait le dernier mot. Plus tranchant, plus véloce, y compris dans les jeux décisifs, Thiem sortait par le haut de ce duel brutal (7-6, 7-6). "Parfois les choses ne vont pas dans le sens que vous voulez, a reconnu Nadal. Je pense que je n'ai pas fait un bon tie-break dans le premier set. Dans le deuxième, j'étais revenu dans la partie mais il a joué avec la bonne détermination. Il remettait toujours une balle de plus dans des zones difficiles pour moi. Je pense qu'il jouait très bien. Il joue avec beaucoup d'énergie, d'agressivité et de détermination."

Un dernier espoir

La dernière fois que Nadal avait retourné un match du grand chelem en étant mené deux sets à zéro, c’était il y a 13 ans face au Russe Mikhail Youzhny à Wimbledon. Presque une éternité pour l’Espagnol dont les souvenirs ont dû s’étioler avec le temps. Très proche de l’Autrichien (80 pts à 74 après deux sets pour Thiem), Nadal tentait de gommer ses micros moments de fébrilité. Appliqué sur ses engagements (71% de 1ère balles) et sans déchet (4 fautes directes), il sortait le grand jeu à 5-4 dans la 3e manche. Une pression salutaire qui permettait au Majorquin de gratter le set sur un revers de Thiem dans le filet (6-4).

Thiem au bout du suspense

« Je serai à l'hôtel en train de boire du coca frais en les regardant à la TV. J'espère les regarder pendant six heures et qu'ils seront bien fatigués », avait espéré Alexander Zverev, qualifié plus tôt dans la journée aux dépens de Wawrinka. Thiem abrégeait les débats (4h10 quand même) avant que le ciment australien ne craque. Nadal avait eu sa chance à 1-0 mais le N.5 mondial était une nouvelle fois le plus solide et le plus juste dans la gestion de son agressivité. Il se détachait jusqu'à servir pour le match. Alors qu'il avait dominé le combat avec le bras et la tête, la confiance lui faisait totalement défaut. Quatre coups droits gâchés et une double-faute plus loin, les compteurs étaient remis à zéro. "C'était un peu spécial de servir face à Nadal pour me qualifier pour ma première demi-finale à Melbourne... Je n'ai pas tenu la pression", a raconté Thiem. Un terrible coup mental dont il est si difficile de se relever. Le bras de fer le plus intense de cette édition se terminait finalement sur un jeu décisif empli de tension. Même en trébuchant à terre ou avec l'aide du filet, Thiem restait seul debout après avoir terrassé celui qui ne renonce jamais (8-6). Un vrai titan.