Roger Federer
Roger Federer | SAEED KHAN / AFP

Open d’Australie : Djokovic-Federer, 45e !

Publié le , modifié le

Novak Djokovic et Roger Federer s’affrontent pour la 45e fois, ce jeudi, en demi-finale de l’Open d’Australie. Le numéro 1 mondial et son prédécesseur sur le trône partagent pour le moment les victoires, mais le Serbe part favori, ayant gagné 6 des 10 derniers face-à-face et surtout leurs trois dernières confrontations en Grand Chelem. Le vainqueur de cette finale avant l’heure aura bien évidemment la faveur des pronostics pour dimanche.

Novak Djokovic et Roger Federer ont remporté à eux deux 9 des 12 dernières éditions de l’Australian Open ! Le Belgradois a enlevé son premier tournoi du Grand Chelem en 2008 à Melbourne (face à Jo-Wilfried Tsonga après une demi-finale en trois sets contre Federer) avant de remettre le couvert en 2011 (devant Andy Murray), 2012 (contre Rafael Nadal), 2013 (toujours Murray) et 2015 (encore Murray). Il compte cinq succès en Australie, seul Majeur où il est invaincu en finale.

Presque 4 ans de disette en Grand Chelem

Le Suisse, de son côté, a engrangé quatre trophées à Melbourne Park. Il a battu Marat Safin en 2004, Marcos Baghdatis en 2006, Fernando Gonzalez en 2007 et Andy Murray en 2010. Mais il s’est incliné en 2009 devant Nadal lors d’une finale restée dans les anales pour les larmes versées par Federer à l’issue de sa défaite en cinq manches. Depuis 12 ans donc, seuls Safin, Nadal et Stan Wawrinka ont réussi à briser l’hégémonie des deux cadors.

Cette avant-dernière marche s’annonce périlleuse pour Roger Federer qui court après son 18e sacre en Grand Chelem depuis sa 17e levée, en 2012 à Wimbledon. Avant de battre Murray en finale à Londres, le Bâlois avait dominé Djokovic en demi-finale. Il ne l’a plus battu depuis en Majeurs. Trois ans et demi de disette et surtout trois échecs douloureux en finales (Wimbledon 2014 et 2015, US Open 2015).

Federer au top, Djokovic pas encore 

Car le bilan égalitaire (22 partout) masque mal la domination exercée par le Slave depuis 2011 (16 victoires pour 9 échecs) alors que Federer avait pris l’ascendant jusque-là (13-6). Idem sur la durée des cinq sets : Djokovic mène 8-6 en Grand Chelem et carrément 6-2 depuis 2011 !

La chance de Federer réside dans l’impression laissée par Djokovic sur ses deux derniers matches. Autant le Serbe s’était montré éblouissant en finale à Doha face à Nadal, autant il n’a pas donné sa pleine mesure contre Gilles Simon –victoire laborieuse en cinq sets- puis Kei Nishikori certes battu en trois manches. Le maître de la planète tennis a même commis 100 fautes ( !) en huitième de finale face au Français.

Autre argument, les deux ultimes défaites de Novak Djokovic sur le circuit ont été infligées par Roger Federer, en finale du Masters 1000 de Cincinnati en août et dans un match de poule du Masters en novembre. En outre, le Maestro ne peut guère être plus affûté qu'en début de saison, davantage en tous cas qu'en été quand il défie son rival sur la gazon londonien ou sur le decoturf new-yorkais.

Djokovic: "J'ai l'impression d'avoir passé ma vie à jouer ces deux-là"

Le numéro 1 mondial Novak Djokovic
Le numéro 1 mondial Novak Djokovic

Maintenant, la tendance est quand même en faveur du Belgradois qui sait hausser le niveau de son jeu d’un ou deux crans quand c’est nécessaire. En quête d’une 11e couronne dans les grands rendez-vous, les seuls qui comptent vraiment pour des joueurs de cette trempe, et d’un sixième titre en Australie pour égaler le record de Roy Emerson, Djokovic assume le premier rôle après avoir jouer trop souvent le troisième homme : "Je crois que contre Nadal, j'en ai un ou deux de plus (47 en fait). J'ai  l'impression d'avoir passé ma vie à jouer contre ces deux là", a-t-il dit après son quart de finale. Débarrassé (momentanément ?) de l’un, Nole doit d’abord écarter l’autre, plus âgé mais plus résistant, avant de songer à conquérir un nouveau trophée majeur.

Vu l’opposition de styles entre les deux champions, le show promet beaucoup et l’incertitude veille pour peu que le Suisse évolue à son niveau des huitièmes et des quarts. Djokovic-Federer, ça se déguste comme un Lendl-Edberg. En plus fort bien sûr. Dernières statistiques pour l’illustrer ? L’Helvète a remporté 9 de leurs 17 demi-finales mais le numéro 1 mondial mène 5-4 en demi-finales de Grand Chelem. Entre la légende du tennis et celui qui aspire à le devenir, faites vos jeux !