Open d'Australie : Coup de chaud à Melbourne entre les Italiens Fabio Fognini et Salvatore Caruso

Publié le , modifié le

Auteur·e : Alexandra Lopez
Fognini Caruso
Fabio Fognini et Salvatore Caruso se disputent après la victoire de Fognini au 2e tour de l'Open d'Australie | David Gray / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Fabio Fognini s’est imposé face à son compatriote Salvatore Caruso en cinq sets (4-6 6-2 2-6 6-3 7-6(14-12)), au deuxième tour de l’Open d’Australie. Un duel italien très mouvementé tant par le spectacle proposé par les deux joueurs que par leur querelle après la rencontre. Au prochain tour Fognini rencontrera l'Australien Alex de Minaur.

Ils ne partiront visiblement pas en vacances ensemble. Fabio Fognini et Salvatore Caruso pourtant compatriotes, se sont disputés après la rencontre remportée de justesse par le premier, au terme d'un match épique. Après avoir été mené 5-1 au super tie-break, le 17e joueur mondial est revenu à hauteur de son adversaire pour s’approprier la victoire. Une rencontre de 3h47 sous haute tension entre les deux hommes qui ont réalisé de nombreuses fautes directes : 68 pour Fognini et 57 du côté de Caruso.

Si la fin de match était impressionnante tant elle était serrée avec cinq balles de match pour Fognini et une pour Caruso, l’après-match était encore plus mouvementé. Les deux joueurs au sang chaud se sont querellés. Caruso reprochait à son adversaire d’avoir répété, pendant tout le match, qu’il était chanceux de toucher les lignes. Car oui, les lignes et l'absence de juges ont posé problème lors de cette rencontre.

L’arbitrage vidéo pose problème 

L’absence de juges de ligne s’est faite ressentir pour cette première confrontation 100% italienne entre deux hommes sous l'ère Open à Melbourne. L’arbitrage vidéo, qui contrôle toutes les décisions de sortie ou non de balle, n’a pas forcément plu à Fognini qui a voulu faire appel à la technologie pour revoir une balle annoncée bonne de son adversaire. S’il s’est fait refuser sa demande une première fois dans le cinquième set, il a pu l'obtenir plus tard dans le super tie-break. En vain puisque la vidéo contrôle en amont la décision, et que le "hawk-eye" n'a pas invalidé sa décision.