Open d'Australie - "C'est comme la prison mais avec du wifi" : Bautista Agut s'excuse après ses propos sur la quarantaine imposée en Australie

Publié le , modifié le

Auteur·e : Hugo Monier
Roberto Bautista Agut
Roberto Bautista Agut a créé la sensation | MATTHEW STOCKMAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le joueur de tennis espagnol Roberto Bautista Agut s'est excusé sur les réseaux sociaux après avoir comparé la quatorzaine stricte de l'Open d'Australie à la prison "avec du wifi".

"C'est la même chose (que la prison, ndlr) mais avec du wifi, ces gens ne comprennent rien au tennis, aux entraînements, à rien. C'est un désastre complet à cause de ça, de ce contrôle permanent." Roberto Bautista Agut a déclenché une nouvelle polémique autour de l'Open d'Australie, après la diffusion par le média israélien Sport5 d'une interview du joueur. L'Espagnol y critique la quatorzaine stricte imposée aux 72 joueurs et joueuses arrivés en Australie via des vols touchés par des cas de Covid-19. 

Bautista Agut s'en est pris au gouvernement de l'état de Victoria, en charge des consignes sanitaires autour du tournoi. "Je ne peux pas imaginer passer deux semaines comme ça" a-t-il également expliqué. La comparaison avec le monde carcéral, pour des joueurs logés dans un hôtel de luxe et ayant la chance de disputer un tournoi du Grand Chelem, a entraîné une pluie de critiques.

Une "conversation privée"

Bautista Agut s'est excusé sur ses réseaux sociaux. "Je veux présenter mes excuses à toutes les personnes qui ont été blessées par la vidéo de moi postée récemment", a-t-il écrit. "C'était une conversation privée sortie de son contexte qui a été communiquée aux médias sans mon consentement." Novak Djokovic, qui a lancé l'Association des joueurs professionnels de tennis (PTPA), a demandé sans succès un relâchement de cette quatorzaine. 

"Je remercie tous les personnes qui permettent de jouer à nouveau au tennis ainsi que ceux qui luttent tous les jours contre la Covid-19", a poursuivi Bautista Agut. "La gestion australienne pour empêcher la diffusion du virus est admirable."

à voir aussi Joueurs privés d'entraînement, repas polémiques et colère du circuit… un air de chaos entoure déjà l'Open d'Australie Joueurs privés d'entraînement, repas polémiques et colère du circuit… un air de chaos entoure déjà l'Open d'Australie

De son côté, le directeur du tournoi Craig Tiley a souligné qu'une majorité de joueurs s'accommodaient de la situation. "La majorité des joueurs a été absolument fantastique et il y en a qui sont un peu énervés par ce que certains ont dit, car cela les présente tous sous un mauvais jour", a-t-il dit aux journalistes.

Azarenka tente de ramener le calme 

La Biélorusse Victoria Azarenka s'est également exprimée sur les réseaux sociaux, appelant "chacun de faire preuve de sensibilité envers les gens, ceux qui ont perdu leur travail ou un être aimé durant cette période horrible à travers le monde". Tout en reconnaissant la difficulté de la situation pour les joueurs isolés dans leur chambre, elle invite à "respecter ceux qui s’épuisent pour essayer de nous rendre la vie plus facile (…). Les choses sont toujours plus simples lorsque vous évoluez dans un environnement compréhensif".

L'Open d'Australie doit débuter le 8 février, après avoir été décalé d'un mois. Face aux difficultés, l'organisation maintient le cap. Mais deux premiers cas de Covid-19 ont été enregistrés ce mardi parmi les joueurs. Pour Craig Tiley et Tennis Australia, les jours qui les séparent du début du tournoi doivent sembler bien long.