Open d'Australie : ces Français qui ont brillé lors de l'Open d'Australie

Publié le , modifié le

Auteur·e : Charlotte Diry
Amélie Mauresmo
Amélie Mauresmo après avoir remporté l'Open d'Australie, le 28 janvier 2006, à Melbourne. | WILLIAM WEST / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le 8 février 2021, débutera la 53e édition de l'Open d'Australie sous l'ère Open. Un tournoi pour le moins particulier en raison de la crise sanitaire qui sévit dans le monde entier. Mais quelles que soient les conditions, la colonie française espère aller le plus loin possible dans la compétition. Cela fait maintenant quinze ans que la Marseillaise n'a plus résonné au Melbourne Park... Vainqueurs ou finalistes, retour sur ces Françaises et Français qui ont marqué l'Open d'Australie.

Promis, on ne reviendra pas sur l'absence d'un joueur Français au palmarès d'un Grand Chelem depuis 1983. Ou alors un petit peu... L'Open d'Australie n'y fait pas exception même si certains ont buté sur la dernière marche lors des vingt dernières années. Il faut remonter au 21 janvier 1928, bien avant l'Ère Open, pour trouver un tricolore avec la Coupe dans les mains. C'est Jean Borotra, 29 ans à l'époque, qui est l'unique français à avoir remporté le tournoi du Grand Chelem australien aux dépens de Jack Cummings (6-4, 6-1, 4-6, 5-7, 6-3). Depuis, l'Open d'Australie donne du fil à retordre aux français. Chez les femmes, le palmarès est légèrement plus garni. À commencer par Mary Pierce.

• Mary Pierce, première française à remporter l'Open d'Australie en 1995

C'était le lendemain de ses 20 ans. Le 16 janvier 1995, la Française affronte l'Espagnole Arantxa Sánchez en finale de l'Open d'Australie. Mary Pierce est en pleine ascension. Ce jour là, ce sera la consécration. La numéro un mondial Steffi Graf est absente de la compétition, une occasion en or pour la jeune Française qui ne perd aucun set durant le tournoi. Face à Sánchez, elle confirme. 6-3, 6-2 et remporte son premier tournoi du Grand Chelem.

Deux ans plus tard, le 13 janvier 1997 elle se retrouve de nouveau en finale du tournoi du Grand Chelem. Elle affronte la prodige Suisse, Martina Hingis. Mais cette fois-ci, la Française échoue et s'incline 6-2, 6-2. Le 16 janvier 1995 restera donc, sa meilleure performance lors de ce tournoi. Quelques années plus tard, c'est une autre Française qui se distinguera sur les courts australiens...

Mary Pierce victorieuse de l'Open d'Australie, le 28 janvier 1995 à Melbourne.
Mary Pierce victorieuse de l'Open d'Australie, le 28 janvier 1995 à Melbourne. © WILLIAM WEST / AFP

• Arnaud Clément, champion ...du discours

15 janvier 2001. Il n'est pourtant pas parmi les favoris, mais Arnaud Clément, réussi à se hisser en finale du tournoi du Grand Chelem. Face à lui, le tenant du titre, Andre Agassi. Un match de taille pour le Français qui tente d'arracher le premier set, en vain. L'Américain ne lui laisse finalement aucune chance et Clément le reconnait :  "Je me fais balayer. Il faut être honnête : il était largement supérieur. Ce n’était pas une question d’expérience ni de fatigue", raconte le joueur à l'AFP. 

Arnaud Clément s'incline en trois sets 6-4, 6-2, 6-2. Le Français estime pourtant qu'il avait les clefs pour aller chercher la victoire. Mais la barrière de la langue lui aurait-elle mis trop de pression ? "La veille, j’ai très mal dormi. Mais c’est surtout parce que je me disais que j’allais devoir faire un discours, en anglais, devant des milliers de personnes… Je ne pipais pas un mot d’anglais. J’ai eu 5 au bac ! Je paniquais." Après la défaite, le discours du "frenchie" sera lui une réussite...

• Amélie Mauresmo vainqueur 11 ans après Mary Pierce

C'est aujourd'hui, la Française la plus titrée. En 1999, à tout juste 19 ans, Amélie Mauresmo évince la numéro un mondial Lindsay Davenport en demi finale de l'Open d'Australie (4-6, 7-5, 7-5). Ce qui lui permet d'affronter la Suissesse Martina Hingis en finale. Mais le manque d'expérience face à la double tenante du titre est criant et la Française s'incline en deux sets, 6-2, 6-3. Après cet échec en finale, Amélie Mauresmo continue son ascension jusqu'à atteindre le sommet.

Nouvelle finale à Melbourne, le 16 janvier 2006, cette fois face à la Belge Justine Henin. La Parisienne décroche le titre avec tout de même un goût d'inachevé après l'abandon de son adversaire (6-1, 1-0, ab.). "C'est décevant pour tout le monde que le tournoi se termine comme ça. J'espère que Justine va récupérer rapidement" confiait la joueuse, avant de rajouter "Je remercie tous les gens qui ont toujours cru en moi, qui m'ont poussée même quand j'étais au fond."  Un sacre qui reste aujourd'hui le dernier en date pour une joueuse française. 

• Une finale pour Tsonga en 2008

Sept ans après la finale d'Arnaud Clément, l'histoire se répète pour un autre Français : Jo-Wilfried Tsonga. Le Manceau fait un parcours sans faute jusqu'en finale, réussissant même à faire tomber Rafael Nadal (6-2, 6-3, 6-2) lors d'une demi finale monstrueuse. Il est en plein boom. Ce 27 janvier 2008, tous les yeux sont rivés sur le Melbourne Park où Tsonga peut enfin succéder à Noah dans un Grand Chelem. Pour cela, il doit battre le Serbe Novak Djokovic. Tsonga remporte le premier set 6-4. Mais le Serbe renchérit et enchaîne dans les deux sets suivants (6-4, 6-3). Le Français jette ses dernières forces dans la bataille et pousse le "Djoker" au jeu décisif dans la 4e manche. Mais rien à faire, Tsonga s'incline 7-2. Rêve brisé et carrière de la machine serbe est lancée.

Jo-Wifried Tsonga et Novak Djokovic à l'issue de la finale de l'Open d'Australie, le 27 janvier 2008 à Melbourne.
Jo-Wifried Tsonga et Novak Djokovic à l'issue de la finale de l'Open d'Australie, le 27 janvier 2008 à Melbourne.