La joie de Caroline Wozniacki
Le bonheur de la Danoise Caroline Wozniacki | AFP - WILLIAM WEST

Open d'Australie - Caroline Wozniacki en finale

Publié le , modifié le

La Danoise Caroline Wozniacki, 2e mondiale, s'est qualifiée jeudi pour la finale de l'Open d'Australie en battant la Belge Elise Mertens (37e) en deux sets 6-3, 7-6 (7/2). C'est la troisième fois de sa carrière que l'ancienne N.1 mondiale atteint la finale d'un tournoi du Grand Chelem, la première à Melbourne après les deux précédentes à l'US Open en 2009 et 2014. La Danoise court toujours après son premier sacre. Elle sera opposée au duel entre Simona Halep (N.1) et Angelique Kerber (N.16).

Le cauchemar est effacé. Il y a sept ans, Wozniacki, N.1 mondiale à cette époque, avait perdu en demi-finale à Melbourne après avoir eu une balle de match contre la Chinoise Li Na. Elle avait avoué que cet échec la "hantait" toujours. Et l'histoire a failli se répéter.

Alors qu'elle avait totalement dominé la rencontre et menait 6-3, 5-4, 30-0, servant pour le match, la Danoise a été rattrapée par le doute. Elle a commis deux doubles fautes dans ce jeu crucial. "Normalement je suis calme, mais là mes jambes tremblaient, je ne savais plus ce qu'il fallait faire. Le match contre Li Na était encore dans ma tête", a avoué la N.2 mondiale, âgée de 27 ans. Mertens, 37e mondiale et invitée-surprise du dernier carré, a été mise en confiance par ce trou d'air, alors qu'elle avait tout raté jusque-là. En quelques minutes, elle est passée devant et s'est offert deux balles de set à 5-6, 15-40 sur la service de la Danoise. "A ce moment-là, je me suis dit qu'il fallait que j'aille chercher la victoire", a dit Wozniacki, qui s'est ressaisie in extremis et s'est finalement imposée dans le tie-break.

Mais pour vaincre le signe indien définitivement, elle va devoir renverser une nouvelle montagne. Car malgré son ancien statut de N.1 mondiale, elle n'a jamais remporté de tournoi du Grand Chelem. Finaliste en 009 et 2014 de l'US Open, elle y a été à chaque vaincu, par Clijsters puis par Serena Williams. Victorieuse du Masters en fin de saison dernière, elle doit encore franchir un cap.