Novak Djokovic explique avoir aggravé sa blessure aux abdominaux et va devoir prendre du repos

Publié le , modifié le

Auteur·e : Loris Belin
Novak Djokovic à l'Open d'Australie 2021
Le Serbe Novak Djokovic touché aux abdominaux lors de son troisième tour à l'Open d'Australie le 12 février 2021 à Melbourne | WILLIAM WEST / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Au lendemain de son succès en finale de l'Open d'Australie, Novak Djokovic a donné lundi un bilan médical de sa blessure aux abdominaux, contractée lors du 3e tour du tournoi. Le N.1 mondial souffre d'une déchirure de 2,5 centimètres et devrait manquer plusieurs semaines de compétition.

Pour Novak Djokovic, c'était le prix à payer pour décrocher l'Open d'Australie une neuvième fois. Touché aux abdominaux lors du troisième tour face à l'Américain Taylor Fritz le vendredi 12 février dernier, le Serbe avait annoncé souffrir d'une déchirure, faisant craindre pour la suite de son tournoi. Le Serbe et son entourage n'avaient pas donné plus de précisions sur l'étendue de la blessure, soulevant des interrogations alors que le N.1 mondial poursuivait son chemin vers le titre. Cette fois, le bilan se fait plus précis.

"La déchirure est plus grande que lorsque j'ai passé une IRM après le troisième tour", a révélé Djokovic lors de la traditionnelle séance avec la presse pour poser avec son trophée lundi. "Ce n'est pas trop grave à en croire ce qu'ont dit les médecins, mais je vais avoir besoin de repos pour me soigner. Elle fait 2,5 centimètres maintenant, elle en faisait 1,7 au début." Novak Djokovic devrait donc être absent du circuit ces prochaines semaines, alors que le Serbe n'était pas attendu de retour sur les courts avant le tournoi de Dubaï (à partir du 14 mars) et le Masters 1000 de Miami (à partir du 24 mars).

Cette blessure avait – une fois de plus – cristallisé les opinions autour du Serbe, alors que certaines voix s'étaient élevées pour clamer leur suspicion sur la gravité de la blessure. "Les critiques questionneront toujours chaque chose que je dis ou fais, et c'est ainsi, a expliqué Djokovic. J'accepte juste le fait que je ne peux plaire à tout le monde. Est-ce que cela me frustre ? Bien sûr. J'ai des sentiments comme tout le monde. Je n'aime pas quand quelqu'un me juge ou me critique." L'homme aux 18 sacres en Grand Chelem avait qualifié cet Open d'Australie de "montagnes russes", le qualifiant d'un des tournois "les plus difficiles émotionnellement" dimanche après sa victoire en finale face au Russe Daniil Medvedev.

à voir aussi "Un des tournois les plus durs émotionnellement" : maître de ses nerfs, Djokovic est redevenu celui des courts "Un des tournois les plus durs émotionnellement" : maître de ses nerfs, Djokovic est redevenu celui des courts