Rafael Nadal
L'Espagnol Rafael Nadal | AFP - MANAN VATSYAYANA

Nadal sereinement en quarts face à Berdych à Melbourne

Publié le , modifié le

Après s'être fait une grosse frayeur au 2e tour, Rafael Nadal (N.3) a bien redressé la tête en 8e de finale de l'Open d'Australie. Face au Sud-Africain Kevin Anderson (N.14), tombeur de Gasquet au 3e tour, l'Espagnol a été tranquille. Victoire 7-5, 6-1, 6-4 pour se retrouver en quarts de finale face à Tomas Berdych. Le Tchèque (N.7) a poursuivi sa promenade de santé en écartant Bernard Tomic 6-2, 7-6 (7/3), 6-2. Il retrouvera pour la 22e fois Nadal, alors qu'il n'a perdu aucun set depuis le début de la quinzaine.

Rafael Nadal et Tomas Berdych sont de vieux "amis". A Melbourne, pour le compte des quarts de finale, ils s'affronteront pour la 22e fois de leur carrière. A cette récurrence s'est aussi ajoutée une rivalité née en 2006, à Madrid, lors d'une victoire très tendue du Tchèque sur l'Espagnol sur ses terres, en deux manches. Et depuis cette date, depuis cette 3e victoire de Berdych en quatre matches, ce dernier n'a plus remporté la moindre rencontre. Sur tous les terrains, sur toutes les surfaces, l'ancien N.1 mondial s'est montré intraitable avec l'impudent. Dix-sept victoires de rang, cela a de quoi traumatiser n'importe qui. A Melbourne, le 7e mondial va donc se trouver face à une montagne, sur le terrain comme dans sa tête.

Il a néanmoins l'avantage d'avoir passé moins de temps sur le court que son prochain adversaire. Bernard Tomic ne lui a résisté que 2h01, pour une défaite juste remise en question dans le deuxième set (6-2, 7-6, 6-2). Le Tchèque a balancé des aces (17), n'a offert qu'une seule opportunité à l'Australien de faire le break (ce qu'il n'a pas fait), et inscrit 52 points gagnants (contre 27 à Tomic). Bref, la machine est en marche. A tel point qu'on peut même parler de métronome: 1h54 contre Falla au 1er tour, 2h03 contre Melzer au 2e, 1h51 contre Troicki au 3e, et donc 2h01 contre Tomic, avec dans trois des quatre matches un jeu décisif joué et gagné, mais toujours aucun set concédé.

Ce n'est pas le cas de Rafael Nadal, qui a dû s'employer énormément au 2e tour contre Smyczek, qui l'a poussé aux quatre manches et à plus de quatre heures de jeu. Mais hormis cet énorme rappel à l'ordre, l'Espagnol a enchaîné les trois manches. Et Kevin Anderson, malgré son gros service, n'a pas pu faire parler la poudre, se contentant de 8 aces et surtout seulement 21 points gagnants (contre 33 au N.3 mondial). En 2h06, Nadal avait plié l'affaire pour se retrouver en quarts de finale à Melbourne pour la 8e fois en 10 participations.