Nadal
Coup droit ravageur de Rafa | WEST / AFP

Nadal se joue encore de Federer

Publié le , modifié le

Rafael Nadal a une fois de plus pris le dessus sur Roger Federer, en remportant la première demi-finale de l'Open d'Australie. S'imposant 6-7 (5), 6-2, 7-6 (5), 6-4, la tête de série N.2 a remporté la 27e rencontre entre les deux grandes stars de la dernière décennie, signant au passage son 18e succès sur le Suisse. En finale face au vainqueur de Djokovic-Murray, le Majorquin visera un 11e titre du Grand Chelem.

C’était seulement la deuxième fois que Nadal et Federer se retrouvaient avant la finale d’un Majeur, et dès l’entame du match, Roger Federer voulait montrer son envie d’en découdre. Plus agressif, le Suisse parvenait à breaker d’entrée grâce à un incroyable revers croisé. Mais Nadal, que l’on disait en méforme avant-même le début de ce tournoi, répondait aussitôt. Pour revenir à 4-3. Le rythme imposé par Federer dès le premier échange lui permettait de garder l’ascendant tout au long de cette première manche, et malgré quelques coups impressionnants du Majorquin, c’était bel et bien le recordman de victoires en Grand Chelem (16) qui enlevait cette manche au tie-break (7-6, 5).

Federer: "J'adore le jouer. Nous avons beaucoup de respect l'un pour l'autre. J'ai toujours l'impression qu'il joue un peu mieux contre moi que contre les autres joueurs, mais tant mieux pour lui. Je suis un peu déçu, parce que je sentais que mon jeu était bon et que j'aurais peut-être pu faire quelque chose en finale. Il réussit bien contre moi. Ce qui m'importe ce sont mes titres, si je suis heureux en tant que personne. Les face-à-face ne sont pas les plus importants".

Sous pression, « Rafa » était une nouvelle fois menacé sur son engagement, et le maître Federer prenait son service sur un étonnant jeu blanc. Nadal remettait une nouvelle fois les pendules à l’heure et commençait à retrouver de son mordant. Le Majorquin lâchait de plus en plus ses coups, prenait davantage de risques et surprenait son grand rival sur quelques passings qui faisait vibrer la Rod-Laver-Arena. Après avoir sauvé une balle de break, l’Espagnol reprenait la main sur cette manche, et le temps d’assister à un feu d’artifices, enfonçait le clou dans la foulée en prenant le service du Suisse. Ce dernier était un brin désabusé par la réussite de son adversaire qui enlevait le deuxième set en moins de trois-quarts d’heure (6-2).

Federer trop irrégulier

Pour cette 27e rencontre entre les deux caïds du tennis mondial, Nadal semblait une fois de plus le mieux armé. Mais c’était pourtant lui qui lâchait le premier son service pour être mené 4-3. Mais incapable de garder son avantage, Federer se faisait aussitôt reprendre. Les deux hommes se rendaient coup pour coup. Peu aidé par le filet, Federer n’était pas non plus à son avantage dans ses prises de risque, et Nadal se procurait une balle de set à 6-5. C’est précisément à ce moment que le Suisse reprenait des couleurs pour accrocher un tie-break, non sans mal. Dans ce jeu décisif, les choix du N.3 mondial n’étaient pas les plus judicieux, surtout sur les attaques placées. Fautif sur de trop nombreuses fautes directes sur son coup droit, son adversaire savait en profiter pour s’envoler à 6-1. Le Suisse gardait espoir pour recoller à 6-5, mais c’était bien Nadal qui empochait cette troisième manche 7-6 (6-2) sur sa cinquième balle de set.

Nadal: "Un joueur meilleur que moi"
"C'est un vrai honneur de jouer Roger, c'était un match fantastique"
, a indiqué l'enfant de Manacor après son succès. "C'est fantastique de voir devant soi un joueur qui ne fait pas d'erreur, qui a un jeu aussi complet", a-t-il estimé au sujet de Federer. "La seule chose que j'ai faite dans ma carrière, c'est de continuer à apprendre parce que je vois toujours devant moi un joueur qui est meilleur que moi", a-t-il ajouté.

Avec cette rencontre, les deux joueurs égalaient le record de 10 confrontations directes en Grand Chelem, jusqu’alors détenu par Ivan Lendl et John McEnroe. Le début de cette quatrième manche était la copie conforme de la précédente. Tous deux très appliqués sur leur service, la tête de série N.2 et la tête de série N.3 gardaient le cap ? Malgré deux balles de break contre lui, Federer restait dans le match (4-3). Après 3h30 de rencontre, Nadal avait encore la force de loger un passing qui laissait sur place Federer. Lentement mais sûrement, le travail de sape du Majorquin usait le mental de Federer, et il réalisait le premier break, avec service à suivre pour conclure. Malgré une belle résistance du Suisse, qui sauvait une première balle de match et qui s'offrait même deux balles de break, Nadal pouvait finalement savourer sa 18e victoire sur Federer, s'imposant 6-7 (5), 6-2, 7-6 (5), 6-4. Après ce succès probant, Nadal compte bien se rapprocher du record de victoires en Grand Chelem de Federer, et visera donc un 11e succès, pour égaler Bjorn Borg et Rod Laver.

Romain Bonte