Rafael Nadal
Rafael Nadal | PAUL CROCK / AFP

Nadal résiste à l'assaut Berdych

Publié le , modifié le

Rafael Nadal, tête de série numéro 2, s'est qualifié pour les demi-finales de l'Open d'Australie en venant à bout en quatre manches serrées du Tchèque Tomas Berdych (N.7) 6-7, 7-6, 6-4, 6-3, en un peu plus de quatre heures un quart. L'Espagnol rencontrera jeudi son vieux rival Roger Federer (N.3) qui s'est débarrassé de Juan Martin Del Potro en trois sets secs. Vainqueur à Melbourne en 2009 contre le Suisse, Nadal vise un second titre à Melbourne.

Ce ne fût pas facile mais Rafael Nadal a finalement pris le dessus sur un Tomas Berdych accrocheur, en  quatre sets 6-7 (5/7), 7-6 (8/6), 6-4, 6-3. Il retrouvera donc son complice Roger Federer pour écrire une nouvelle page du grand livre du tennis. Ce sera seulement la deuxième fois, après Roland-Garros en 2005, que Nadal et Federer (N.3) seront opposés en demi-finales d'un tournoi du Grand Chelem. Ayant pendant longtemps été N.1 et N.2 mondiaux, ils étaient placés dans des parties de tableau différentes et ne pouvaient pas se retrouver avant la finale. Ils se sont affrontés neuf fois en finale en Grand Chelem, Nadal s'imposant sept fois. 

Nadal favori contre Federer ?

L'Espagnol mène aussi sur l'ensemble de leurs confrontations (17-9), mais est dominé (5-4) sur dur. Le Suisse reste sur une victoire 6-3, 6-0, au Masters en novembre à Londres. Ce match sera la revanche de la finale de 2009, que Nadal avait remportée en cinq sets. Effondré, Federer avait éclaté en pleurs pendant son discours à la remise des récompenses. Cette victoire sur Berdych lui permet d'effacer la déception de ces deux dernières années. L'an passé, il s'était incliné en quart face à David Ferrer, après s'être blessé à une cuisse en début du match. En 2010, il s'était arrêté également en quart, sur abandon contre Andy Murray, cette fois-ci gêné par un genou.

Berdych rivalise...

Le premier set tombait logiquement dans l'escarcelle de Berdych. Servant bien, le Tchèque faisait parler sa puissance de feu pour contraindre Nadal à reculer. Il effectuait la course en tête et se procurait trois balles de break à 5-4. L'Espagnol s'en sortait malgré tout et il pensait même avoir fait le plus dur au milieu du jeu décisif lorsqu'une magnifique gifle de coup droit lui valait un mini break d'avance (5-3). Mais Berdych alignait alors quatre points consécutifs –dont un superbe retour de revers à deux mains- pour s'emparer de la première manche en 1h15, à sa cinquième balle de set (7-6).

Dès l'entame de la deuxième manche, Nadal se voyait contraint de sauver deux balles de break. Il s'en sortait par miracle sur la première –une volée de revers dans le filet du Slave- puis claquait un ace sur la seconde (1-0). Et c'est le Majorquin qui ravissait l'engagement adverse à 2-1 en profitant des mauvais "challenges vidéos" de son rival et en remportant le dernier point du jeu au filet au terme d'un échange monstrueux où sa défense légendaire avait encore parlé (3-1 puis 4-1 et 5-2). A 5-3, Nadal se retrouvait en danger. Mené 15-40, il voyait le coup droit de Berdych valider par l'arbitre. Il demandait le challenge qui lui donnait le point. Mais sur le suivant, le Tchèque débordait l'Espagnol et revenait à 5-4. Il sauvait une balle de set à 5-6 pour arracher un nouveau jeu décisif. Et il se procurait une balle de deux sets à rien, sauvée sur un beau passing et une volée trop longue de Berdych. Nadal alignait les deux points suivants pour égaliser à une manche partout (7-6). 

Puis décline

L'ascendant du sextuple lauréat de Roland-Garros se confirmait progressivement. A 2-2 au troisième acte, Nadal accentuait la pression sur son adversaire. Berdych sauvait la mise une première fois mais il ratait une demi-volée qui offrait le break au taureau de Manacor. Il manquait une occasion de s'échapper définitivement en ratant une balle de double break en milieu de set mais ne gâchait pas la seconde opportunité, à 5-4, s'offrant l'avantage au score sur un smash qui électrisait ses chauds supporters (6-4). On jouait depuis déjà plus de trois heures (3h06 exactement) et les mouches semblaient avoir changé d'âne.

Nadal plus frais

D'autant que Nadal s'emparait d'emblée du service de Berdych pour se détacher au quatrième acte (2-0). A 3-1, l'ancien numéro 1 mondial manquait deux balles de de double break. Porté par sa douzaine de compatriotes, le Tchèque se secouait pour tenter de rester dans le coup mais les égalités se succédaient dans ce très long jeu. Berdych parvenait à s'accrocher, une fois de plus (2-3). Dans le jeu d'après, c'est Nadal qui se voyait contraint de sauver deux balles de débreak, d'abord sur une superbe attaque de coup droit puis sur un ace.

Nadal: "J'ai retrouvé mon coup droit au quatrième set"

L'Ibère continuait de faire la course en tête. Il ratait toutefois deux autres occasions d'enfoncer le clou sur le service du Slave, toujours aussi combatif. Il réussissait à mener 5-3 non sans difficultés, même si son rival commençait franchement à se ressentir de la fatigue de son match précédent de presque quatre heures contre Nicolas Almagro. L'Espagnol concluait finalement sur un retour gagnant lui offrant le jeu blanc (6-3).

"Il a raté cette volée sur la belle de set, c'est vrai que c'est un tournant du match", a déclaré Rafael Nadal au micro de Jim Courier. "On était très proches à ce moment-là. Il aurait fallu que je joue davantage dans le court, que je retourne plus long pour avancer dans le court. Après, j'ai retrouvé mon coup droit dans le quatrième set (16 coups droits gagnants). J'étais moins nerveux après avoir gagné les deuxième et troisième sets. Je tape peut-être aussi plus à plat qu'avant. J'ai senti que je résistais bien physiquement dans le quatrième set. La finale contre Federer en 2009 ? C'était incroyable. Je n'attendais rien tellement j'étais fatigué après mon marathon contre Verdasco. Je me suis senti de mieux en mieux au fil du match et j'espère que ce sera un bon match contre Roger".

Réactions

Rafael Nadal (ESP/qualifié pour les demi-finales en battant le Tchèque Tomas Berdych): "Au début, mon niveau n'était pas exceptionnel. Mais au troisième et quatrième sets, il était très, très haut. Je suis très content de la manière dont j'ai fini ce match. Dans le quatrième set, j'ai évolué proche de mon meilleur niveau sur ce genre de surface, retournant dans le court, frappant beaucoup de coups gagnants sur la première balle. C'est quelque chose qui m'avait un peu manqué dans la seconde moitié de saison l'an passé. Au premier set surtout, j'ai senti que j'ai commencé le match en étant trop nerveux. Je ne parvenais pas donner de la longueur à la balle. Mes mouvements n'étaient pas assez costauds, assez rapides. C'est vrai que c'est difficile contre un joueur comme lui, parce que vous n'avez pas la chance de retourner. Il frappe la balle, très, très fort et à plat. Il est très difficile de trouver le rythme. Une demi-finale, c'est un résultat fantastique pour moi. C'est un très bon moyen de commencer la saison. Mon niveau est très positif, bien meilleur qu'en fin de saison. Tous les matches contre lui (Federer) sont spéciaux et seront spéciaux, même si nous sommes N.20 et 25 mondiaux. Je vais continuer à me battre avec une attitude positive. Si je joue comme au troisième et au quatrième sets, je pense que j'aurai ma chance. Il a très bien fini la saison, il est en confiance, ce sera un match très difficile pour moi."
Tomas Berdych (CZE/éliminé en quart de finale par Rafael Nadal): "C'était un bon match. Mais, bon, ce n'est pas suffisant pour battre Rafa. J'étais très proche. Mais je n'ai pas réussi à remporter le deuxième set, ce qui aurait fait la différence. Mon jeu s'améliore, je gagne en expérience. La prochaine fois qu'on jouera ensemble, j'essaierai de faire encore mieux. C'est probablement la période la plus difficile pour jouer parce que ces quatre gars très forts (les quatre premiers mondiaux) écrivent l'histoire presque chaque semaine.

Grégory Jouin @GregoryJouin

Open d'Australie