revers Novak Djokovic Masters novembre 2015
Novak Djokovic | LEON NEAL / AFP

Matches truqués: La presse italienne annonce que Djokovic est visé par une enquête

Publié le , modifié le

Après les révélations de la BBC sur les corruptions et les matches truqués dans le tennis lundi, le quotidien italien Tuttosport révèle ce mercredi que Novak Djokovic serait visé par une enquête. En cause, son match perdu au premier tour du Masters 1000 de Paris-Bercy en 2007 face à Fabrice Santoro.

L'information est à prendre avec des pincettes mais le quotidien sportif italien Tuttosport annonce qu'une enquête a été lancée par le parquet de Crémone autour du match Djokovic-Santoro, du premier tour du Masters 1000 de Paris-Bercy en 2007, perdu par le Serbe alors numéro 3 mondial face au 39e joueur à l'ATP. A l'époque, Djokovic venait d'être opéré d'une dent de sagesse et était annoncé incertain pour le dernier Masters 1000 de l'année. Oui mais voilà, le Serbe empochait le bonus de fin d'année promis aux joueurs du Top 10 ayant participé à neuf Masters 1000 dans la saison s'il se déplaçait effectivement dans la capitale française. Défait 6-3, 6-2, Djokovic n'avait peut-être pas tout donné pour remporter la partie. En revanche, il n'existe aujourd'hui aucune preuve de tricherie de sa part.

"Aucune preuve"

Questionné sur cette affaire après sa victoire face à Quentin Halys au 2e tour de l'Open d'Australie, "Djoko" s'est montré agacé. "Que peut-on dire ? J'ai perdu ce match. Je ne sais pas si vous voulez créer une affaire avec ce match ou avec n'importe quel match perdu lors des premiers tours par des joueurs de top niveau. Je pense que c'est juste absurde. N'importe qui peut créer une affaire avec n'importe quel match. Voilà mon avis", a asséné le N.1 mondial après sa victoire au deuxième tour de l'Open d'Australie sur le Français Quentin Halys. "Il n'y a pas eu tant de matchs que ça où des joueurs de top niveau ont perdu lors des premiers tours depuis dix ans. Mais vous pouvez choisir n'importe lequel de ces matchs et créer une histoire avec", a insisté Djokovic. "Il n'y a aucune espèce de preuve, aucun fait, c'est seulement de la spéculation", a-t-il poursuivi: Mais "comme c'est la grande histoire du moment dans le tennis et dans le sport en général, il va y avoir beaucoup d'allégations". "Ce journal suggère que vous avez perdu volontairement", rétorque alors un journaliste. "Ce n'est pas vrai", a aussitôt répondu le Serbe, avant de couper court à la conversation sur le sujet.