Lucas Pouille
Le jeune Français Lucas Pouille | AFP - PAUL CROCK

Lucas Pouille et Adrian Mannarino en demi-finales du double à Melbourne

Publié le , modifié le

Un an après la place de finaliste du duo Nicolas Mahut - Pierre-Hugues Herbert à l'Open d'Australie, une autre paire française se hisse en demi-finales à Melbourne. Lucas Pouille et Adrian Mannarino ne sont pas des spécialistes du double, mais ils ont tout simplement compté la tête de série N.1, le Néerlandais Jean-Julien Rojer associé au Roumain Horia Tecau 7-6 (7/5), 6-7 (2/7), 6-4. Très décontractés, les Français parviendront-ils à prendre la succession des seuls Français lauréats ici: Fabrice Santoro/Michael Llodra, sacrés ici en 2003 et 2004, et de Jean Borotra/Jacques Brugnon, vainqueurs en 1928 ?

Un bras gauche capable de tout, associé à une fougue et un bras droit très solide. Adrian Mannarino et Lucas Pouille, éliminés en simple dès le 1er tour (respectivement par Sam Groth et Milos Raonic), ont retrouvé le sourire avec le double. Pourtant, les deux hommes n'ont pas pour habitude de le disputer. Et surtout, ensemble, ils n'avaient disputé qu'un seul tournoi sur le circuit jusque-là, la saison passée à Wimbledon où ils avaient été éliminés au 1er tour. A Brisbane, Pouille avait été associé à Gilles Simon, pour un revers au 1er tour. Mais à Melbourne, la mayonnaise a pris. "Ils sont en vacances, car le double, ce n'est pas leur métier", estime Emmanuel Planque, l'entraîneur du plus jeune pour expliquer leur décontraction.

A 21 ans, le 90e mondial en simple vit sa première grande aventure dans un tournoi du Grand Chelem, lui qui n'avait passé un tour en simple qu'à trois reprises (Australie, Roland-Garros et US Open 2013). Son aîné, âgé de 27 ans et pointant au 48e rang à l'ATP en simple, a atteint une fois les 8e de finale (Wimbledon en 2013). Ensemble, les voilà dans le dernier carré du premier tournoi du Grand Chelem de l'année, avec la manière. Après avoir sorti le duo Estrella Burgos-Giraldo au 1er tour en deux manches, les Français ont ensuite débuté leur massacre. Au 2e tour, les tenants du titre et têtes de série N.5, Bolelli-Fognini, n'ont pas résisté plus de deux manches (7/6, 6-4). Au 3e, les Colombiens Cabal-Farah, têtes de série N.12, n'ont pas fait mieux (6-3, 7-6). Et en quarts, c'est les N.1, Jean-Julien Rojer et Horia Tecau qui sont tombés, en arrachant le premier set au duo tricolore de la quinzaine, avant de s'incliner au bout de 2h18 de match. 

Au prochain tour, pour devenir la 5e paire française à atteindre la finale de l'Open d'Australie (après Borotra-Brugnon, Santoro-Llodra, Clément-Llodra, Herbert-Mahut), ils devront encore se défaire d'une tête de série. Soir Klaasen-Ram (N.13), soit Jamie Murray-Soares (N.7). Quoiqu'il en soit, l'aventure sera belle, et les deux joueurs auront emmagasiné une énorme expérience dans un Majeur.