Na Li
La Chinoise Na Li | AFP - PETER PARKS

Li Na et Cibulkova en finale

Publié le , modifié le

Li Na, tête de série N.4, aura une troisième opportunité d'être sacrée à l'Open d'Australie, après s'être qualifiée pour la finale en battant une Eugenie Bouchard (N.30) encore un peu tendre en deux sets (6-2, 6-4). La Chinoise affrontera pour le titre la surprenante Slovaque Dominika Cibulkova, expéditive face à la Polonaise Agnieszka Radwanska (6-1, 6-2).

La Chinoise essaiera de faire tourner la chance, après ses deux finales  perdues en 2011 et 2013. Si elle l'emporte, ce sera son deuxième titre du Grand Chelem. Li était  devenue en 2011 à Roland-Garros la première Chinoise et Asiatique à remporter  un Majeur. L'an passé, elle avait été malheureuse face à la Bélarusse Victoria  Azarenka en finale. Elle avait subi deux lourdes chutes, se faisant une entorse  de la cheville qui ne l'avait pas empêchée de finir le match mais l'avait  ensuite tenue pendant un mois à l'écart des courts.

"L'année dernière, ça avait été très difficile", a-t-elle raconté jeudi.  "Je vais essayer de gagner cette fois-ci, de franchir une étape supplémentaire." Forte de son expérience, la trentenaire (31 ans) a pris à la gorge Bouchard  dès le début de la rencontre. La Québécoise de 19 ans n'était que la deuxième Canadienne dans l'ère Open  (depuis 1968) à atteindre les demi-finales d'un tournoi du Grand Chelem, après  Carling Bassett-Seguso à l'US Open en 1984.

Une perfection de revers

Peut-être un peu intimidée, elle a vécu un début de match cauchemardesque.  Elle a perdu les 12 premiers points joués sur son engagement, pour être menée  5-0. La Chinoise jouait divinement bien, agressant son adversaire en retour et  dictant le point à la perfection avec son revers. Championne junior à Wimbledon en 2012, Bouchard a enfin débloqué son  compteur en breakant pour revenir à 5-1. Cela n'a pas été suffisant pour  remporter le set, mais lui a permis de se libérer.   

La bataille a été beaucoup plus acharnée dans le second set. Bouchard, qui  intégrera le Top 20 après ce tournoi, est restée en permanence en danger sur  son propre service, mais elle a aussi réussi à inquiéter Li sur le sien. Les breaks se sont enchaînés jusqu'à 3-3. La Chinoise, plus mature dans son  jeu et surtout beaucoup plus offensive (35 coups gagnants à 10), a ensuite fait  la différence. Li et Radwanska ont été les seules joueuses majeures à tenir leur rang dans  un tournoi qui a perdu les N.1 et N.3 mondiales, l'Américaine Serena Williams  et la Russe Maria Sharapova en huitièmes de finale, et la N.2 mondiale et  double tenante du titre Azarenka en quarts. La Chinoise a été en contrôle tout au long du tournoi, hormis au troisième  tour contre la Tchèque Lucie Safarova (N.26), où elle avait dû écarter une  balle de match avant de passer en trois sets.

Cibulkova en trombe

La Slovaque de 24 ans n'était pas attendue à pareille fête en Australie, où  elle n'avait encore jamais dépassé les huitièmes de finale. Mais elle a connu un parcours de rêve, n'abandonnant que 25 jeux en six  matches, et ne concédant qu'un set, en huitièmes de finale face à la Russe  Maria Sharapova (N.3).  "Ce sera ma première finale en Grand Chelem, je vais juste essayer de  prendre plaisir comme je l'ai fait jusque-là", a expliqué la Slovaque, folle de  joie après la balle de match. Avec son petit gabarit, Cibulkova dispose d'un jeu de jambes extrêmement  véloce, qui associé à ses qualités de battante en font une joueuse très solide  en défense.

Radwanska, qui avait réussi à éliminer la Bélarusse Victoria Azarenka, N.2  mondiale et double tenante du titre en quart de finale, s'en est rendu compte à  ses dépens. La Polonaise, remarquablement talentueuse mais parfois handicapée par son  manque de puissance, n'a jamais pu faire fléchir Cibulkova, qui s'est installée  du début jusqu'à la fin dans le court pour dicter les points. Curieusement, Radwanska avait infligé un 6-0, 6-0 à Cibulkova à Sydney il y  a tout juste un an. Mais elle n'a pu cette fois-ci trouver les solutions  tactiques pour contenir la Slovaque. La Polonaise reste bloquée à une finale en Grand Chelem, en 2012 à  Wimbledon.

AFP

Open d'Australie