Alize Cornet
Alize Cornet | AFP PHOTO/Greg BAKER

Les soeurs Williams en deuxième semaine à Melbourne, pas Alizé Cornet

Publié le , modifié le

Venus et Serena Williams, en puisant dans leur "fighting spirit", ont passé le cap du 3e tour de l'Open d'Australie, pour prolonger ensemble l'aventure en seconde semaine, une première en Grand Chelem depuis près de quatre ans. La N.1 mondiale s'est défaite difficielement de l'Ukrainienne Svitolina 4-6, 6-2, 6-0 alors que sa soeur, tête de série 18, a battu l'Italienne Giorgi 4-6, 7-6 (7/3), 6-1. En revanche, Alizé Cornet (N.19) n'a pas pu faire de même, dominée par la Slovaque Dominika Cibulkova (N.11) 7-5, 6-2.

Depuis Wimbledon 2011, les soeurs Williams n'avaient plus été ensemble en deuxième semaine d'un tournoi du Grand Chelem. A l'époque, elles s'étaient toutes deux arrêtées en 8e de finale, ce qui serait aujourd'hui une déception, surtout pour la N.1 mondiale. Cette année-là reste un bien mauvais souvenir pour Venus, puisqu'elle avait  disputé seulement quatre tournois. Blessée à une hanche, puis touchée par un  virus, elle apprendra plus tard qu'elle est atteinte du syndrome de  Gougerot-Sjögren, une maladie auto-immune, causant sécheresse des yeux,  douleurs articulaires et surtout grosse fatigue. La septuple lauréate de "Majeurs", dont cinq Wimbledon, dégringole au  classement (134e mondial début 2012) pendant que sa petite soeur continue d'empiler les couronnes en Grand Chelem (18 au total). Venus va de déconvenue  en déconvenue en tournoi.

Aujourd'hui, la hiérarchie est encore bien établie. A la benjamine les titres, la domination du circuit et le statut de favorite à chaque début de semaine. A son aînée le rôle d'outsider. Mais elle ne baisse jamais les bras, comme l'a montré samedi sa victoire  renversante (4-6, 7-6 (7/3), 6-1) contre la puissante italienne Camila Giorgi,  passée à deux points de la victoire. "C'est une battante. Je suis si fière d'elle", s'est réjouie Serena, qui a  elle aussi dû un peu batailler pour écarter l'Ukrainienne Elina Svitolina, 26e  mondiale (4-6, 6-2, 6-0), après des débuts timides. La N.1 mondiale, qui vise un sixième sacre à Melbourne, aura l'occasion en  huitièmes de prendre sa revanche sur l'Espagnole Garbine Muguruza (N.24), son  bourreau au deuxième tour de Roland-Garros. Pour Venus, ce sera la Polonaise Agnieszka Radwanska, N.6 mondiale. "C'est  vraiment super d'être en seconde semaine, mais je n'ai pas envie de m'arrêter  là", a prévenu l'ancienne reine de la WTA, qui surfe sur la vague d'une saison  2014 prometteuse.

Six balles de 1er set pour Cornet

A Wimbledon, déjà, elle n'était pas passée très loin des huitièmes, battue  un tour plus tôt après une bataille acharnée contre la future lauréate, la  Tchèque Petra Kvitova. Idem à l'US Open où l'Américaine s'était aussi inclinée au même stade et en  trois sets, mais contre l'Italienne Sara Errani. "J'ai toujours cru en mes capacités même si les résultats n'ont pas  toujours suivi", a assuré la finaliste de l'Open d'Australie en 2003, qui a  débuté l'année 2015 par un titre - le 46e de sa carrière - à Auckland.

Pour la sixième année consécutive, aucune Française ne sera présente en deuxième semaine en Australie. Alizé Cornet, comme souvent, a été le plus loin, mais elle a dû s'avouer vaincue face à Dominika Cibulkova. Contre la finaliste de l'édition 2014 qui l'avait toujours battue lors de leurs trois précédentes confrontations, la Française peut nourrir des regrets dans le premier set, où elle a obtenu six balles pour l'empocher. Mais après 1h08 de combat, elle a cédé la manche (7-5), ce qui a représenté le tournant de la rencontre. Elle peut aussi en avoir lorsqu'elle a fait le break en début de deuxième set, pour mener (2-0). La petite mais puissante Slovaque a ensuite pris la mesure de son adversaire, qui n'a jamais baissé les bras pour combattre plus de trois-quart d'heure avant de perdre le deuxième set sur un score sévère (6-2).

"Ca me fatigue"

"J'ai eu l'opportunité de remporter  la première manche mais je n'ai pas réussi à convertir une seule de mes six balles de set", a déclaré la Française. "Ça fait beaucoup. C'est vraiment ma plus grande frustration dans  ce match. Cela aurait pu être différent avec le gain de ce set. Le fait d'avoir  laissé passer trop d'occasions lui a donné des ailes. Il ne lui en faut pas  beaucoup, déjà, pour être bien excitée sur le court. C'est une fille qui ne  lâche jamais rien. Après, elle a frappé très fort, très long, et c'était très  dur pour moi. J'avais très peu d'occasions de monter au filet. Dans le deuxième  set, je fais le break (pour mener 2-0, ndlr), mais je n'ai pas confirmé. C'est  trop d'opportunités contre une fille du Top 10 (10e) (...) J'étais un peu déçue  de mon revers. C'est un coup sur lequel je fais peu de fautes d'habitude, mais  aujourd'hui il y en a eu beaucoup malheureusement. (...) Je suis un peu abonnée  au troisième tour en Grand Chelem et ça commence à me fatiguer un peu."

Le tableau de l'Open d'Australie

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze

Open d'Australie