Pete Sampras félicite Andre Agassi (Open d'Australie 2000, demi-finale)
Pete Sampras félicite Andre Agassi (Open d'Australie 2000, demi-finale) | TORSTEN BLACKWOOD / AFP

L'Australie, terre de matches légendaires

Publié le , modifié le

L'Open d'Australie a toujours donné lieu à des matchs exceptionnels. De Wilander-Cash en 1988 à Djokovic-Nadal l'an passé, retrouvez dix chocs qui ont fait la légende du premier tournoi du Grand Cheleme de l'année.

1988. Mats Wilander contre Pat Cash (finale)
Le Suédois, vainqueur sur le gazon de Kooyong en 1983 et 1984, réussit la passe de trois en venant à bout du héros local Pat Cash en finale (6-3, 6-7, 3-6, 6-1, 8-6) au terme d'une superbe opposition de style. Il s'adjuge le premier Majeur de la saison et en gagnera deux autres (Roland-Garros et l'US Open) pour réaliser le Petit Chelem. L'Australien, qui a déjà perdu l'année précédente contre Stefan Edberg, ne rejouera plus de grande finale.

1991. Ivan Lendl contre Stefan Edberg (demi-finale)
C'est le remake de la finale de 1990 remportée par le Tchécoslovaque sur abandon du Suédois au troisième set alors que les deux hommes étaient à égalité une manche partout. Cette fois, Edberg est en pleine forme. Il domine même la rencontre après la perte du premier set mais il commet deux double-fautes sur deux balles de match en fin de quatrième acte pour finalement s'incliner 6-4, 5-7, 3-6, 7-6, 6-4. Il est maudit à Flinders Park.

2000. Andre Agassi contre Pete Sampras (demi-finale)
Le Kid de Las Vegas poursuit sur sa lancée de 1999 où il a gagné Roland-Garros et l'US Open (+ une finale à Wimbledon). Sampras mène deux sets à un et passe à deux points du match dans le jeu décisif du quatrième set. Mais Agassi s'arrache pour égaliser. Le match est terminé. Atteint physiquement et moralement, le Californien lâche complètement et perd 6-4, 3-6, 6-7, 7-6(5), 6-1 en presque trois heures de jeu. Il s'agit du deuxième des quatre titres d'Agassi à Melbourne.

2002. Jennifer Capriati contre Martina Hingis (finale)
La même affiche que l'année précédente. Et la même lauréate, l'Américaine en l'occurrence. Mais cette fois la Suissesse domine une grande partie du match avant de rater le coche au jeu décisif du deuxième set. Elle s'incline finalement 4-6, 7-6, 6-2 pour sa sixième finale consécutive à Melbourne (trois défaites après trois victoires). Capriati enlève à cette occasion son troisième et dernier Majeur.

2003. Andy Roddick contre Younes El Aynaoui (quart de finale)
L'Américain et le Marocain se livrent un combat épique, disputant notamment le cinquième set le plus long de l'histoire à Melbourne. Roddick s'impose 4-6, 7-6, 4-6, 6-4, 21-19 après avoir sauvé une balle de match à 5-4 sur un coup droit décroisé. Sur le coup, John McEnroe dira que c'était "le plus beau match qu'il ait vu de toute sa vie". Epuisé, le Texan s'inclinera en demie contre l'Allemand Rainer Schuettler qui perdra la finale contre Andre Agassi.

2005. Marat Safin contre Roger Federer (demi-finale)
Le Russe gagne en cinq manches ce qui est considéré comme l'un des plus grands matches de l'histoire du tournoi. Il s'impose 5-7, 6-4, 5-7, 7-6, 9-7 non sans avoir sauvé une balle de match sur un lob splendide. Le match a duré presque 5 heures. Les deux hommes ont multiplié les coups gagnants. Le Slave, battu par le Suisse en finale l'année précédente, prend donc sa revanche. Il enlèvera la finale contre Lleyton Hewitt en quatre sets. Son deuxième et dernier sacre en Grand Chelem.

2009. Rafael Nadal contre Fernando Verdasco (demi-finale)
Le duel entre les deux Espagnols tient toutes ses promesses. Vainqueur de Murray et Tsonga aux tours précédents, Verdasco donne du fil a retordre au Majorquin qui doit lutter cinq manches et 5h14 pour déborder enfin son compatriote, 6-7, 6-4, 7-6, 6-7, 6-4. Le beau gosse a raté le coche. Le gaucher de Manacor remportera la finale contre Federer, confirmant qu'il est bien désormais le meilleur joueur du monde.

2009. Rafael Nadal contre Roger Federer (finale)
L'Espagnol s'offre pour la première fois un Grand Chelem sur dur. Il vient à bout de son vieux rival Roger Federer. Le score (7-5, 3-6, 7-6, 3-6, 6-2) témoigne de l'âpreté du combat. Après Roland-Garros et Wimbledon 2008, c'est la troisième fois consécutive que Nadal domine Federer en finale de Majeur. Il s'agit de son sixième grand titre. Lors de la remise des trophées, Roger Federer éclate en sanglots. Nadal, gêné, lui rend un vibrant hommage.

2011. Francesca Schiavone contre Svetlana Kuznetsova (8e de finale)
L'Italienne et la Russe s'affrontent en huitièmes de finale. Schiavone l'emporte 6-4, 1-6, 16-14 lors du match le plus long dans l'histoire du Grand Chelem féminin. La partie dure 4h44 entre la tenante de Roland-Garros (N.6) et l'accrocheuse joueuse slave qui refuse longtemps d'abdiquer avant de rendre les armes. Le public australien rendra un vibrant hommage aux deux combattantes qui ont tourné une page de légende de la petite balle jaune.

2012. Novak Djokovic contre Rafael Nadal (finale)
Le Serbe s'impose en cinq sets (5-7, 6-4, 6-2, 6-7, 7-5) et près de six heures de jeu (5h53 exactement). Il conserve son titre et confirme qu'il est bien le numéro 1 mondial après sa magnifique saison 2011. Mené 4-2, 15-30 au cinquième acte, il bénéficie d'un passing raté de Nadal pour se rebiffer et renverser la vapeur alors qu'il aurait déjà pu conclure en quatre manches. L'accolade entre les deux hommes est respectueuse mais le Majorquin fait la moue: il vient de s'incliner pour la troisième fois consécutive contre son rival dans une finale de Majeur.